Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 07:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  La belle se cache pour mieux se faire désirer

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village de Laigny est situé à 43km à l'Est de Saint Quentin, à 16 km au Est-Sud-Est de Guise et à 4km au Nord-Ouest de Vervins.

    Coordonnées de l'église :

49° 51' 28.102" N 3° 51' 14.465" E
 49.85780643
 3.85401785

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

     Dans cette région où la brique est le matériau principal de construction, je m'attends à voir une église rouge. C'est donc d'un pas allerte et sur de moi que je m'avance vers le haut bâtiment religieux.

    En découvrant cette puissante architecture, je suis en arrêt  . La construction est bien de couleur rouge, mais l'architecture est peu classique. Une conclusion s'impose :

      * Le clocher-tour fut la construction défensive de cette église.

  Pourtant je me pose une question.

Nef et chevet sont ils aussi fortifiés ?

 

L'enquête commence

    Pour découvrir la beauté de cette église, je la contourne lentement en prenant un peu de recul. Le transept, tenu par de hauts et puissants contreforts à larmiers, est peu classique. Mais le castellologue que je suis ne voit pas de système défensif. L'ensemble ne possède ni archère, ni bretèche (voir vocabulaire). De plus, je ne vois pas de possibilité d'une salle de repli au dessus de la nef. 

 

Le clocher-tour

    En m'approchant du clocher, je remarque plusieurs curiosités :

* Une imposante tour en brique alors que la nef est en pierre (le clocher serait dont postérieur ?).

* Des abat-sons prouvant la fonction de clocher.

* Un coq-girouette classique pour un clocher.

* Des briques noires vernissées réalisant des dessins géométriques.

* De petites fentes de tir pour fusil.

* De puissants contreforts d'angle à larmiers.

* Et, curiosité extrême, je vois une base en pierres et des étages en briques.

Est ce du à une reconstruction ?

  Le plus étonnant est l'absence de tour-escalier à l'extérieur. Le manque d'ouverture de lumière sur la hauteur ainsi que l'étroitesse de la tour me forcent à penser que l'accès aux étages se faisait par une échelle (amovible peut être).

 

    L'intérieur :

  Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

    Les fenêtres étant assez basses, je tente de voler une image. L'intérieur très refait n'a plus le charme d'antan et je ne distingue aucune trace d'archère ni de fente de tir dans les murs.

 

 

Histoire de l'église :

   Je n'ai hélas aucune information historique sur cette église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite. 

Le clocher ne ressemble pas à celui d'une église classique

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 30/06/2013 03:19

La brique, vous la voyez "côté pratique", apparemment... Et moi, la brique, je ne la vois que côté, disons : impression première, ou côté sentimental (bien grand mot, je pense) : A mes yeux, elle
est froide et trop régulière dans ses contours (ce qui la rend encore plus froide). Ou peut-être, et en même temps, est-ce parce que je n'y suis point habituée... ?
J'aime trop nos galets roulés qui ont un charme et une chaleur qui s'en dégage. Ou simplement les pierres, mal taillées de préférence, ce qui leur donne aussi cette chaleur qui moult se ressent et
me sied, à mon avis toujours.

Le Chevalier Dauphinois 03/07/2013 08:22



  Le castellologue-amateur que je suis rend gloire à la brique plus solide et mieux armée à résister aux boulets. Le Dauphinois qui est en moi évidemment préfère la pierre car elle lui
rappele ses montagnes.


  Chaque région a son matériaux et l'utilise avec génie. Par exemple, en Auvergne, la pierre n'est point blanche. Le château est sombre et les intérieurs peu lumineux. Donc d'autres astuces
ont été trouvées. Le Tuf a permis dans d’autres régions d'avoir des châteaux très ciselés, mais résistant moins bien aux boulets.


  C'est cette variété qui me fascine et que je tente de montrer.



vikki 28/06/2013 07:42

voila une bien jolie église , je ne savais pas
que dans cette région , les briques rouges étaient
présentes comme a Toulouse ( mon chez moi ).
la pendule est originale , et l'intérieur semble
impeccable et en bon état .voila une jolie découverte .
bonne journée cher Chevalier

Le Chevalier Dauphinois 29/06/2013 13:09



 Le département du Nord, l'Aisne et dans une moindre mesure, le Pas de Calais et les département de l'Est ont des constructions en briques. La pierre étant rare, la brique fut le matériaux
de prédilection.


   La Belgique et la Hollande utilisent abondamment ce rouge matériaux qui possède des qualités de solidité et de facilité de  fabrication bien plus importantes que la pierre.



Anne la Dauphinoise 25/06/2013 21:31

L a brique, hélas, ne me sied toujours point.
A t-elle, c'est vrai, composé là dessins...
I mpressionnant chevet plus haut que nef !
G uère ne sut-il faire aux intrus grief :
N ul système de défense visible ici;
Y attendais-je, au moins, salle de repli...

A ntan, l'argent a t-il donc tant manqué,
I mpliquant que peu serait remanié ?
S e pourrait-il que le clergé d'alors
N 'ait point voulu, pour ses ouailles, faire d'efforts ?
E st-ce possible, ou ai-je complètement tort ?

T ant massive église ne présentant point
H ourds ni bretèches, échauguettes, encore moins
I mmense refuge, créneaux, non plus qu'archères...
E t ces dernières, absentes, prouvant que guerres
R eligieuses durent obliger à créer
A leur époque quelques sécurités.
C locher fut ainsi l'endroit dévolu.
H ormis contreforts et fentes de tir vus,
E st-il "banal"... Girouette, oui elle, m'a plu !
...

N on, point ne m'a cette église attirée vraiment,
O mission faite de son plan des plus surprenant :
T rès petite nef, "racée", semblant comme écrasée
A côté des trapus chevet, transept, clocher !

Le Chevalier Dauphinois 29/06/2013 13:33



La brique me plait car elle offre une couleur parfois aux reflets multiples. Elle résiste mieux au temps (donc permet de voir les construction de plusieurs siècles) et se répare plus
facilement (donc conserve la forme d'origine) et semble mieux conserver la chaleur.


  La brique résiste mieux aux impacts des boulet, ainsi elle protège mieux ses occupants. Ce matériaux est l'opposé des pierres de nos classiques châteaux et montre le génie de l'homme à
s'adapter aux situations géographiques.