Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Tel un donjon de château fort, ce clocher montre sa puissance

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le petit village d'Hary  est situé à 33km au Nord-Est de Laon, à 18km au Sud-Ouest de Hirson et à 6 km au Sud de Vervins.

49° 47′ 6.82″ N 3° 55′ 28.64″ E
 49.785227°  3.924622°

 

L'église :

     L'extérieur :

La découverte

      Je somnolais sur mon destrier quand soudain j'entends une voix :

"Monsieur Potter, tu es chez toi" .

  Ne me nommant point ainsi je cherche à comprendre. En levant la tête je vois le village d'Hary

  "Quelle curieuse introduction dans ce blog consacré aux fortifications médiévales" pensez vous.

   Il fallait bien que j'attire votre attention sur une construction puissante comme un donjon de château. Mais, après quelques minutes, j'ai un doute :

Est ce un château fort ou une église incroyable ?

 Ma vue se brouille devant tant de puissance !

L'enquête commence

    En arrivant dans le village, ce n'est point une église que je vois mais un véritable donjon. S'il n'y avait pas eu d'abat-sons au sommet, doute j'aurais eu.

   En entrant dans le cimetière, je me refuse à regarder le clocher-donjon et je me précipite sur le corps du bâtiment pour voir si une salle de repli ou chemin de ronde existe au dessus de la nef.

  Hélas la "partie religieuse" (sans transept) de cette église ne possède aucune défense. Son architecture un peu chaotique est surprenante.

Le clocher serait donc le seul système défensif ?

  Je prends un peu de recul pour vérifier ma supposition.

 

Le clocher-donjon

Que voyez vous en 1er en regardant ce donjon ?

   Mon regard est attiré d'abord par la tour flanque. Sa forme ronde surprend sur cette église très parallélépipédique. Ce devait être la tour escalier. Il est amusant de voir des dessins géométriques créés par des briques noires vernissées.

Que voyez vous après ?

   Je suis en admiration devant les contreforts d'angle, linéaire et monobloc. Leur position n'est pas idéal pour éviter les angles morts (pour les défenseurs), mais quelle puissance ils donnent à ce clocher-donjon.

Y a t il un détail qui vous surprend ?

    Évidemment, l'absence de fente de tir, d'archère, de mâchicoulis et de bretèche (voir vocabulaire) ne facilite pas la défense. Peut être que leur disparition est due à une récente consolidation.

 

    L'intérieur :

       Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Je me console en regardant la gravure du blason de la famille De Coucy, seigneur de Vervins.

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction d'une église.
* Au 17ème siècle (1619 ?), modification de l'église et construction du clocher-donjon.
* En 1989, certaines parties de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.
* En 1994, classement partiel aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Corneille et Saint Cyprien) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

L'immensité de l'Aisne s'offre à moi

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour revenir au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 07/04/2015 20:42

H eureuse je suis d’entendre reparler
A ujourd’hui de votre fidèle destrier !*
R avie moins de voir construction de brique ;
Y suis-je encore et toujours « allergique »…

A cela près qu’ici est un donjon -
I l ne peut être « apposé » autre nom
S ur ce si massif et puissant bâti -
N anti de cet appareillage… Aussi
E st cette petite aversion oubliée,

T ant plus que tout le reste du moutier
H abillé de pierre se voit, mais défenses
I gnore t-il. Seul clocher « donne l’ambiance »…
E st-il imposant, déjà en hauteur,
R appelant qu’était du lieu le guetteur,
A vec chemin de ronde, certainement ;
C omme aussi plus bas ouvertures ayant
H élas disparu, mais qui existèrent.
E n pouvait-il être autrement naguère ?

P erplexe serais-je si l’on me disait : oui ;
I maginer que l’on aurait construit
C ette énorme tour sans nul autre « artifice » :
A ttaque aurait été « un vrai délice »,
R ompre bois de la porte jeu enfantin,
D u moment qu’était libre le chemin…
I l m’est avis que bouches à canons et
E ncore fentes à fusils ici étaient.

N ombreuses peut-être pas, mais furent-elle vues.
O u alors, j’avoue que je suis perdue :
T ant de force affichée juste pour un leurre ?
A ce donjon, c’est vrai, aussi bon heur

B ien protéger de sa masse le moutier
E n le cachant… mais d’un unique côté !
N ‘est-il dissuasif, là, qu’en partie.
E tait-ce prudent ? surtout en ces temps-ci ?

P risé j’ai moyennement ce « donjon ».
S ut me plaire, par contre, le très beau blason.

* je pensais à lui ces temps – si, si ! me disant que vous l’aviez abandonné ! - et notamment en lisant votre l’article sur la dômerie d’Aubrac : je l’aurais bien vu vous y conduisant.

Le Chevalier Dauphinois 08/04/2015 12:48

* Raison vous avez, mon destrier était un peu au repos dans mes précédentes proses.
* Pour ce qui est de la Dômerie, mon quadrupède m'avait lâchement abandonné quelques centaines de mètres avant pour brouter la bonne herbe du plateau.
* Mais il est curieux que vous abordiez ce sujet car, hier soir, j'ai terminé un article sur un site du Rouergue où mon magnifique cheval a eu une place importante dans l'introduction.
* Il vous faudra attendre septembre pour lire cela.
------------------------------------
** Pour le matériau de cette église, je pressentais qu'il ne serait point votre.
** Mais les bâtiments en briques ont l'avantage de se construire rapidement. Ceci est un atout en cas de conflit ou de périodes d'insécurité.