Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 06:30

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

  Depuis le parvis de l'église je vois la tour de Chimay

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune d'Aubenton est située à 12km au Sud-Est de Hirson, à 40km à l'Est de Vervins (voir son église) et à 25km au Nord-Est de Montcornet.

  Coordonnée de la tour de Chimay :

49° 50' 12.592" N
4° 12' 11.844" E
 49.836831°
 4.20329°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

 Le bourg est traversé par 2 rivières :

1 - L'Albe ou Aube,

2 - Le Ton ou Thon.

  Ce premier cours d'eau se jette dans le deuxième.

     Le bourg fut donc nommé Albeton, puis transformé en Aubenton.

 

La tour de Chimay :

     L'extérieur :

La découverteLa ronde tour en brique semble être sortie de terre hier !

   Après avoir visité l'église fortifiée de ce bourg, je me dirige vers la "ruelle de la tour" pour voir.... une tour !

Quel bonheur lorsque le nom des rues me guide vers mon Graal !

  Au bout de la ruelle, je découvre la tour de Chimay, l'un des rares vestiges défensifs des remparts du 14ème siècle.

 

L'enquête commence

    Cette tour en brique rouge est intégrée dans les vestiges d'un rempart en pierres. Ces dernières sont correctement taillées et jointives. Mais je pressens qu'elles ont été modifiées durant des siècles et aménagées dernièrement pour sécuriser le petit jardin.

 

Curiosités sur cette tour

    Comme moi, vous avez remarqué quelques détails :

1 - La tour en brique est posée sur une base en pierre.

2 - Un escalier a été aménagé récemment. Il semble impossible qu'il ait été construit au moyen âge pour faciliter l'intrusion des ennemis.

3 - Sur la paroi des fenêtres ont été percées pour rendre cette tour habitable.

4 - Au sommet, au 20ème siècle, des vitres ont été posées sur les ouvertures du chemin de ronde pour créer une pièce de vie.

5 - Des lucarnes ont été aménagées récemment pour amener plus de lumière dans la salle haute.

6 - Les mâchicoulis (voir vocabulaire) ont été obstrués pour ne point refroidir la chambre du gîte rural.

 

    L'intérieur :

  Quelle chance, une charmante princesse, voyant mon intérêt pour cette tour, m'invite à découvrir son intérieur. Je ne vous montrerai pas les 3 niveaux, mais je vais vous faire découvrir la chambre au sommet.

Voyez vous les lucarnes et les ouvertures de tir du chemin de ronde ?

 

 

Histoire du bourg :

   Cela fait de nombreuses années que je narre l'histoire de châteaux, d'églises fortifiées et même de cités. Jamais je n'avais vu autant d'acharnements et de saccages envers un petit bourg. Chaque génération d'habitants a vu un ravage ou un cataclysme s'abattre sur leur ville.

Je suis vraiment admiratif par l'envie de chaque descendant à continuer à vivre ici.

L'histoire est parfois très cruelle, mais les hommes sont toujours les plus forts !

Ceci n'est qu'un petit résumé de la dense histoire d'Aubenton.

 

* En 1169, la seigneurie d'Albenten est citée dans un texte.

* Au 12ème siècle, la peste et la lèpre déciment la population.

* Au 13ème siècle, la cité est prospère et importante.

* En 1254, la seigneurie relève de Saint Quentin.

* Au 13ème siècle, la cité est cédée aux abbayes :

- Saint-Rémi de Reims,

- Saint-Vincent de Laon,

- et au chapitre de Rozoy.

* En 1340, la cité, fortifiée de palissade, est saccagée par les troupes de Jean De Hainaut (voir liste des Comtes du Hainaut). Viols, meurtres, maisons brûlées, réserves de nourritures anéanties et les tonneaux de vin, richesse de la ville, transportés à Chimay.

- De ce sanglant épisode, les habitants ont gardé le souvenir en nommant 2 ruelles :

- Ruelle du sang,

- Ruelle du sac.

* En 1358, avec l'accord de Philippe VI de Valois, le bourg est fortifié. Six tours et trois portes fortifiées sont construites.

* En 1521, le cité est saccagée.

* En 1591, encore une attaque.

* En 1648, la cité n'échappe pas aux ravages de la Guerre de Trente ans.

* En 1650, Aubenton est assiégé.

* A partir de 1792, les Révolutionnaires s'attaquent à la cité. Les fortifications sont détruites.

* En 1793, la porte fortifiée nommée "Jeton" est démolie.

* En 1798, l'une des deux paroisses (nommée "Saint Nicolas") est démolie par les Révolutionnaires.

* En 1805, les Tours Saint Nicolas et du Vieux Moulin sont détruits par un arrêté Préfectoral.

* En 1810, la ville est occupée par les cosaques russes,

* En 1811, ce sont les Prussiens qui envahissent le bourg.

* En ce 20ème siècle, les 2 guerres mondiales n'épargnent pas le bourg.

* A la fin du 20ème siècle (1979 ?), la commune achète la tour de Chimay puis l'aménage en gîte rural.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite depuis ruelles et routes. La visite de l'intérieur n'est possible que si vous louez ce gîte. Vous aurez ainsi la chance de dormir dans une tour puis de lire l'histoire de la cité apposée sur la porte, tout en préparant un repas dans la belle ronde cuisine.

 

Les remparts se sont affaissés pour mettre en valeur la rouge tour !  

      Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

philae 03/05/2014 11:41

tout simplement superbe

Le Chevalier Dauphinois 03/05/2014 13:55



Cette tour rouge contraste avec mes articles sur les châteaux en ruine en pierre blanche. Notre patimoine est riche et en plus très varié.



Anne la Dauphinoise 03/05/2014 11:00

Nos avis divergent vraiment sur ce point : point ne parviens à trouver quelque puissance à cette tour, ni surtout quelque "âme"...
Ce n'est pas que je n'aime que les ruines (elles sont ma préférence, il est vrai), car si un castel pas ruiné, ou si peu - donc, disons : entier - est conservé "dans son jus", il me plait !
Avec ces genres de vestiges, comme ici, entiers et refaits (et qui plus est aménagés pour le confort des gens du XXIe siècle !), je ne peux pas me "transporter" dans le Moyen-âge, le rêve est
absent, donc point ne me seyent-ils ! (CQFD !)

Le Chevalier Dauphinois 03/05/2014 13:59



   Je comprends vos arguments, mais c'est la diversité qui va faire la richesse de mon blog. Et puis, une telle ronde tour (entière) est assez peu classique, même si les
nombreuses églises de la Thiérache en possèdent (de taille plus modeste). Dans l'Ain, si proche de notre Dauphiné, les bâtiments en brique sont carrés.



Anne la Dauphinoise 02/05/2014 21:49

T ravestir, de ce bourg, en un gîte rare vestige...
O ption très malheureuse, m'est avis, car prestige
U n tant a disparu, et de son histoire vraie
R ien ou presque n'en émane, trop moderne, trop refait...

D ira t-on que c'est mieux, qu'il n'ait été détruit,
E t peut-être est-ce raison, mais il ne me sied mie.

C omment puis-je retrouver en cette "mignonne tour"
H éroïques épisodes de son passé si lourd ?
I l est bien sûr des restes, mais par trop "arrangés" :
M audis-je personnes qui ont salle haute "lucarnisée"
A insi qu'obstrué là mâchicoulis puissants !
Y sens-je comme volonté "d'en être pour son argent",

A vouloir conserver ce bien coûte que coûte.
U ne vision de sauvegarde à laquelle je ne goûte...
B ien me demande comment, venant dormir ici,
E moi peut survenir, en voyant ce logis :
N ulle senteur du passé dans cette pièce sans âme.
T out au plus y trouver, peut-on, oui, quelque charme
O pérant parce qu'il est de forme originale -
N ombreux gîtes possédant un aspect très banal.

A vouez que l'on est ici bien incapable
I maginer combien durent être effroyables
S ensations des gens d'armes devant veiller antan :
N 'avaient point mobilier ni confort de leur temps,
E t moins encore lumière : dans forte obscurité

T oujours baignant ces salles, même si très haut placées.
H eureuse initiative ne sont tant de fenêtres;
I mpersonnel ont fait dès lors ce lieu paraître.
E xtérieur n'aura point avis bien plus flatteur :
R ayonne, vue de l'entrée, cette tour de bonne humeur !
A son autre "côté" (!), attaché au rempart,
C ertes plus de vérité : porte (?) bouchée est à voir.
H umble portion de courtine, bien qu'arasée, refaite,
E st du passé l'image, pour moi, la plus "parfaite".
...

N oté j'ai que n'avez dans cet article-là
O ncques révélé si ces aménagements-là
T ant vous seyaient ou non... Ruines trop "remaniées"
A u détriment du vrai, est-ce bon ou "à jeter" ?
...

P our ma part, le redis-je, je trouve très affligeant
S upprimer l'âme d'un lieu, en le "bichonnant" tant.

Le Chevalier Dauphinois 03/05/2014 10:29



 Du puissant rempart fortifié, il ne reste ce jour que 2 tours. La deuxième est privée et me paraît moins belle que celle-ci. C'est donc magnifique pour les générations futures de pouvoir
encore admirer cette tour défensive presque intacte. Sa modernisation n'a point entamé sa puissance.


   Je comprends votre passion pour les ruines, mais une construction ruinée est très rare en centre ville. De plus, avec les 2 guerres mondiales, les départements du Nord et de l'Est
ont eu beaucoup de bâtiments détruits. Cette beauté toute rouge est un vestige rare.