Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 07:50

 

Département :   38 - ISERE 

 

Le village :

La tour s'abrite derrière des feuillus.     Situation :   (--> le voir sur une carte)

         Le petit village de Laval, en Isère est accroché sur une pente du massif de Belledonne, au Nord-Est de Grenoble en direction de la station de ski de Prapoutel.
   La Tour est plantée au sommet d'une colline visible depuis le bas du village. 

         Coordonnées de la tour :

45° 15' 22.255" N 5° 55' 36.527"
 45.256182°  5.926813°

 

    Origine du nom :

          Laval serait l'aboutissement de l'évolution du nom sur 8 siècles  d'un petit hameau dans le "Mons Reculatum" (Mont reculé, donc 'inaccessible') :
  * Vallis Sanctis Stephanis : La vallée de Saint Etienne (au 11ème siècle),
  * Vali ((au 12ème siècle),
  * Vale (au 13ème siècle),
  * La Vale (au 15ème siècle),
  * Laval (au 18ème siècle).

 

Dans les textes, la Tour comporte 3 orthographes :

     - Montfallet,
     - Montfalet,
     - Montfollet.

 Je retiendrai le 1ère nom qui semble le plus usité.

 

La Tour :

    Extérieur :

Comment la découvrir

    Pour voir la tour de Montfallet située à 715 m d'altitude, vous avez le choix entre :

  - Une petite promenade à pieds depuis le parking des pompiers en bas du village. Un chemin balisé fait découvrir les richesses d'un petit village historique Isérois et de sa verdure.
  - Une montée en voiture jusqu'au sentier proche du champ à pique-nique dominical.

La tour médiévale dresse ses dernières pierres fièrement.

 

Première constatation

        D'habitude, les ruines médiévales peu connues que je tente de vous montrer sont envahies par une végétation luxuriante, je dois me battre contre les épineux pour me frayer un passage. Cette tour est extraordinaire, elle a son petit chemin, et son champ d'herbe.

   En arrivant sur le site, je pensais que cette ruine était le seul vestige d'un château disparu.

Peut être le donjon d'une forteresse seigneuriale ?

   Mais les rares études du terrain n'ont pas trouvé des fondations de mur ou de rempart. Curieux.

Était ce une simple tour de guet ?

 

Tour d'observation

   Il est vrai que sa "fonction de vigie" est exceptionnelle :

        - Vers le Sud, elle regarde les montagnes du massif de Belledonne, avec un col qui se nomme "Col de la mine de fer".  Est ce le lieu de surveillance du passage des mineurs transportant ce métal précieux au moyen âge ?

        - Vers l'Ouest, la Tour contemple la cité de Grenoble, ville importante où résidait parfois le Dauphin. Elle regarde aussi la rivière Isère.

       - Vers l'Est, dans la vallée du Grésivaudan la Tour surveille les ennemis belliqueux de l'époque : Les Savoyards.

 

Datation 

      Elle ne semble pas facile à réaliser. Sur le coté Sud, le mur comporte de nombreux trous de boulin (voir vocabulaire), ce détail tend à définir une construction antérieure au 16ème siècle.
     Sur la face Nord, une petite archère droite me fait penser à une construction du 13ème siècle. En l'observant, il semble que cette ouverture ait été ajoutée après la construction du mur. La tour serait donc plus ancienne.
     Au pied de la tour, le mur d'angle est mal appareillé avec des pierres peu taillées et de provenance différente. 

Cet assemblage laisse présager une construction du..... 12ème ?

 

Rapide analyse

       La tour forme un carré de 8 mètres de coté. Actuellement elle comporte 2 étages (les textes donnent une hauteur de 16 m). Les créneaux étant absents, il semble logique d'imaginer une plate-forme submitale créant un 3ème niveau.

   Comme souvent au moyen age, l'entrée devait se situer au 1er étage, par l'ouverture rectangulaire (à gauche). L'ouverture de droite semble être un effondrement, et celle inférieure est tardive (utilisation de la tour pour stockage).

Comment montait on ?

     Soit par une échelle en bois qui était retirée en cas d'attaque ou peut être par un chemin de ronde depuis une palissade en bois.

 

    Intérieur :

Il n'a a plus rie 

   A travers la porte grillagée du bas, je constate que les murs de base sont épais (1,5 m).

       L'intérieur est très sobre et classique pour ce type de bâtiment. Pas de trace d'escalier, pas d'élément de confort ni de cheminée, pas de corbeau pour poser les poutres du plancher. Un simple retrait du mur servait à soutenir "les planches" des étages.

 

Questionnement

 Pourquoi le choix de ce vestige dans mon blog ?

   La Tour de Montfallet n'est pas un petit agglomérat de pierres perdue dans la montagne, il semble qu'elle soit l'une des plus anciennes constructions  médiévales de l'Isère. De plus, elle n'a pas été remaniée (profondément) depuis sa création. C'est donc une construction très instructive pour les archéologues et historique pour les amateurs de pierres comme "nous". J'espère que vous avez pris autant de plaisir que moi à visiter ce "vestige" si bien conservé.

 

 

Histoire de la Tour :  

    Comme souvent pour des tours de guet ou des bâtiments n'ayant pas une importance stratégique, l'histoire écrite est pauvre (voir autre exemple).

* Au 11ème siècle, un lieu est nommé : Monte Folletis.
* Au 12ème siècle, une famille Montfalet est citée dans un texte.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. Mais n'oubliez pas, ce bâtiment est une ruine de plus de 800 ans, respectez là.

 

Quelle vue sur le massif de la Chartreuse !

 

  Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

ALDO70 21/03/2012 15:36

Au noble et seigneur chevalier, salut !
Je dois rendre une chronique relative à Laval et j'aimerai pouvoir l'illustrer avec votre photo du Montfallet. N'ayant point saisi votre adresse, c'est pourquoi je viens quérir votre assentiment,
par le moyen de votre blog.
Bien cordialement.

Le Chevalier Dauphinois 21/03/2012 18:08



Bien le bonjour messire


  Flatté je suis que mes modestes images puissent être utilisées pour illustrer une chronique. C'est avec un immense plaisir que je vous les offre. Je ne demanderai qu'une toute petite
contribution (et même deux). Si cela est possible (sans que cela soit obligation) :


1 - De citer mon blog, mes ruines en seraient ravies.


2 - De m'informer lors de la parution de votre prose pour que mes yeux se régalent de vos mots.



Anne la Dauphinoise 17/07/2010 21:48


Merci pour vos "nouvelles" infos, Chevalier, je m' étais mal expliquée : je pensais qu'une tour comme celle-ci ne pouvait appartenir qu'à un seul seigneur, châtelain ( pas à d' éventuels sergents
ou plusieurs personnes), donc à l' un des 2 châtelains de Laval: soit le grand-père maternel de Bayard, soit Guiffrey ( c' eut été trop facile !)
Par contre j' ai retrouvé le nom complet de la mère de Bayard, qui prouve, je pense, qu'elle a bien habité l' une des 2 maisons-fortes: elle s' appelait Hélène Alleman-Laval ( avec un nom comme
Alleman, elle n' habitait sûrement pas une simple chaumière, je suppose ) Vous l' avez écrit , au château de Pontcharra, sans le " Laval", et comme vous l' avez écrit dans ce château, sa grand-mère
paternelle était une Bocsosel, mais ce que j' ai trouvé de plus est que Bayard a marié sa fille à un Bocsosel !...( comme l'on dit par chez nous " ça ne sort pas de la famille, au moins " !...)Tout
cela " récolté" dans un livret écrit et édité par " les Amis de Bayard ", donc des infos sûres normalement.


Le Chevalier Dauphinois 17/07/2010 22:05



   L'histoire des familles du Dauphiné se construit grâce à vos commentaires. Il faudra que je regroupe toutes ces informations pour en faire quelques articles.


  Je ne vais pas m'atteler à l'histoire tant que je n'ai pas décrit au moins 1000 ruines médiévales.



Anne la Dauphinoise 12/07/2010 21:50


Une question (idiote sûrement): une tour comme celle-ci ( de guet) appartenait obligatoirement à un seigneur, un chevalier, qui entretenaient les guetteurs, non ? ( sinon, à qui d' autre
pouvait-elle appartenir ? ) Et vous m' avez parlé de 2 maisons fortes: je viens de voir dans l' une de vos réponses qu'une s' appelait Gordes, vous avez le nom de la 2e ? au cas où je la rencontre
dans un futur livre... là, je crois que j' ai "épuisé" toutes les infos que j' ai pu récolter dans le livre sur le Grésivaudan . Je retourne un moment à Constantinople où peut-être je rencontrerai
des Dauphinois, car dans la bataille du marquis de Montferrat se trouvaient des gens " venus du Montcenis jusqu'à Lyon sur le Rhône "...


Le Chevalier Dauphinois 12/07/2010 23:06



Le 2ème manoir se nomme : La Martellière.


  Tout bâtiment (de plus s'il est fortifié) a un propriétaire (ou des propriétaires car certains sites en ont 2 à 5 en partage). Mais tous les propriétaires n'habitent pas
dans un site et parfois un "sergent" ou un châtelain en a la charge. Mais je n'ai pas d'informations sérieuses sur les détenteurs.



Anne la Dauphinoise 12/07/2010 01:06


elle me sied, cette tour , et ses pierres, du mur d' angle notamment, comme je les aime ( votre dernière photo est superbe !)
je me trompe peut-être, mais dans le livre sur le Grésivaudan, j' ai noté une chose : à la bataille de Varey, en 1325, il est fait mention d'un chevalier Guigonnet de Guiffrey , de Laval :
Montfallet lui appartenait peut-être bien ?
J' espère en savoir plus d' ici quelques temps vu que je vais lire le livre sur la bataille de Varey ( co-écrit par Tardy d' ailleurs) car, bien qu' elle ne se passe pas en Dauphiné, pas mal de
chevaliers dauphinois y ont participé apparemment même si ce ne fut pas une grande bataille ( pour être mise au rang des " batailles oubliées" !...)Si j' en connais plus, je reviens à Montfallet...


Le Chevalier Dauphinois 12/07/2010 20:57



   Dans ce petit bourg de Laval, il existe aussi 2 maisons fortes dont une aurait vu la naissance de la mère du futur chevalier Sans Peur et Sans Reproche : Pierre III de Terrail aussi
nommé Le Chevalier Bayard.


   Peut être que Guiffrey y habitait il ?



domi 09/08/2007 19:33

Ahhhh mes montagnes je ne pourrai vivre sans elles ... merci pour ces merveilleuses photos; même si j'habite la région je ne m'en lasse jamais

Le Chevalier Dauphinois 09/08/2007 21:08



  Il est vrai que les montagnes nous sont obligatoire..... Dernièrement, je suis allé dans une région "plate". Voir l'horizon était une sensation curieuse.