Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 23:50

 

Département :   38 - ISERE

 

Le château : 

  Situation :  (--> le voir sur une carte)

   Chirens est un village proche du lac de Paladru, à 10 km au Nord de Voiron et à 30km au Nord de Grenoble.

   Coordonnées du château :

45° 25' 2.384" N 5° 32' 10.45" E
 45.417329°  5.536236°

 

 

  Origine du nom :  (petite initiation)

     En 1350, un texte nomme le village sous le château : Villa nova di Chiroyen.
    Avec le temps le nom se transforme en :

  - Chiroyen,
  - Chiron (?),
  - Chirenc,
  - Chirens.

  Il semblerait que ce nom soit une déformation d'un personnage dénommé : Caro de Carencus.

 

Le château : 

   L'extérieur :

L'arrivée

   Il est situé sur une butte isolée à 528m d’altitude. Ce lieu n’a pas été choisi par hasard puisqu’il permet d’observer :   

- Le vallon de l'Ainan à l'Est,
 - Le vallon de La Fure à l'Ouest,
 - La vallée de Voiron (et de l’Isère) au Sud.

   Les vestiges, en partie dissimulés dans la forêt, sont accessible à pieds en 10 minutes, depuis le petit hameau de Clermont, par un sentier très agréable mais mal indiqué.  

 

La découverte

   Du château fort, il ne reste que le donjon pentagonal et quelques éléments d'enceinte envahis par une végétation dense et de nombreux arbres en remplacement des premiers remparts. Pour mieux comprendre cette ruine, je vous propose ce plan réalisé suite aux fouilles de 1991 :

   1 – Donjon pentagonal. 
   2 – Tourelle d’angle encore existante du rempart de l’habitat seigneurial. 
   3 – Fondation très ruinée du logis seigneurial (?) 
   4 – Entrée du logis. 
   5 – Chapelle et bâtiments annexes. 
   6 – Premier rempart du château.  
   7 – Réserves ou armurerie ou bâtiments pour soldats ?

 

Les remparts :

   Autrefois le site comportait trois enceintes concentriques isolant la butte centrale. Aujourd’hui, les traces des 2 enceintes extérieures ne sont visible que par un œil expert et beaucoup d’imagination.
   Le 3ème rempart, entourant le logis seigneurial, est encore visible sur un petit quart de sa longueur. Il comporte des restes bien consolidés d’une tourelle d’angle coté Est.
   Du sommet des remparts, la vue est extraordinaire est extraordinaire sur les vallons et le massif de la Chartreuse.  
 
La basse-cour
   Elle est vaste pour la dimension globale du site castral. Elle est accolée à la grande enceinte extérieure. Bien qu’envahit par les arbres, un « castellologue » la discerne sans difficulté.
 
Les bâtiments annexes et la chapelle
    Durant la belle saison, les fondations des bâtiments sont cachées par les hautes herbes. Mais à l’automne, parfois,  ils se révèlent partiellement à nous. Il est difficile d’identifier avec certitude leur fonction originale. Des fouilles ont clairement identifié l’emplacement d’une chapelle.
       

Le donjon

   C’est le bâtiment le mieux conservé et le plus impressionnant. Il semble daté du 13ème siècle sans fenêtre de confort. Sa forme pentagonale est surprenante pour la région. Il est réalisé en tuffe et pierre.
Il devait comporter 4 niveaux séparés par des planchers. 

   Le 3ème étage devait être la pièce principal car il subsiste coté Nord, les fondations d’une grande cheminée, et dans le mur coté sud, apparaît une ouverture pouvant être les latrines ( ?).

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, la commune de Chirens est possession de la famille de Clermont. Ses nouveaux seigneurs habitent sûrement proche du lac de Paladru, riche en poissons et en gibiers.
* En 1040, les eaux du lac montent et les habitats sont abandonnés. Est ce la raison de "l’émigration" sur la colline situé au sud du lac ?
* A la fin du 11ème siècle, de nombreux châteaux en bois se construisent. Présence de motte à :

- Poype, au Nord,
- Châtelard, au Nord-Nord-Est,
- La Louvatière, au Nord-Est,
- Saint Sixte, à l’Est,
- Etc…

* En 1072, un prieuré dédié à Notre-Dame de Gayet est fondé par les moines bénédictins. Il est probable que ce soit sur une demande du seigneur de Clermont pour "christianiser" la population et assoire sa puissance.
* En 1094, Siboud de Clermont est cité dans un texte relatif à une descendance (?).
* En 1107, lors du passage de nobles du comté de Sermorens (royaume de Bourgogne), un château est cité en ce lieu.
* Au début du 12ème siècle, des moines Bénédictins s’établissent à Chirens et fondent le prieuré de Notre dame du Gayet.
* Durant le 12ème siècle, la famille Clermont consolide et agrandit le château. Les seigneurs de Clermont étendent leur pouvoir sur les territoires environnants et progressivement il crée une vaste seigneurie indépendante. Ils fondent la ville "nouvelle" de Chirens. Les Clermont dominent un territoire enclavé entre 2 puissants rivaux :

   - le Dauphiné,

   - et le comté de Savoie.

*Au 13ème siècle, le château est fortifié par la construction d'un important donjon et d'un rempart supplémentaire.
* En 1317, le seigneur de Clermont rend hommage au Dauphin Jean II. Ce territoire devient une frontière face à la puissante Savoie qui possède une enclave au sud, vers Voiron (exemple : le château de Bocsozel). Ce territoire devient la première baronnie du Dauphiné (voir titres de noblesse).
* Au 14ème siècle, cette contrée devient une vicomté. La famille se nomme maintenant : Clermont-Tonnerre.
* En 1547, Antoine III  de Clermont est nommé Comte par le Roi de France Henri II (voir liste des rois).
* Vers 1633, à la fin des guerres de religion, cette forteresse n’a plus sa fonction de château-frontière, elle est définitivement démantelée après la promulgation d’un ordre de Richelieu. Cela pour éviter que le château soit le refuge de quelques bandes de brigands.
* Le chateau est oublié pendant deux siècles. Il sert parfois de carrière de pierres.
* En 1814, le colonel Lubière commande une "armée" impériale de Napoléon. Il décide d'arrêter l'armée Autrichienne en "fortifiant" le château. Hélas, les Autrichiens gagnent la bataille. Les ruines s'endorment à jamais. 
* En 1983, le site est classé aux Monuments Historiques.
* En 1991, des fouilles révèlent l’architecture de cette ruine et les fondations de l’église.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Les murs ont été consolidés, mais ce château est une ruine. Soyez prudent.

 


Pour de plus amples informations sur les mottes castrales et l'histoire autour de Chirens, veuillez consulter cet excellent site.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 29/12/2010 22:15


L'année 1107 vous notez dans l'historique de ce château: voilà ce qu'à propos de cette date je viens de lire:
... L'évêque St Hugues de Grenoble et l'archevêque de Vienne se disputaient le comté de Salmorenc (= Voiron). Venu dans le pays, le pape Pascal II les départagea. Il attribua 12 des 23 châteaux de
ce comté à St Hugues de Grenoble (Voiron, Moirans, Voreppe, Rives, Tullins, Vinay, Miribel, entre autres), et les 11 autres échurent à l'archevêque de Vienne, dont Clermont (et Bressieux, Virieu,
Paladru, entre autres également)
... Il m'est dit que, peu de temps après, les comtes de Savoie d'un côté et les comtes d'Albon de l'autre s'emparèrent de beaucoup de ces châteaux.
... Mais les seigneurs de Clermont sont cités comme "possesseurs directs" et, de ce fait, furent à peu près indépendants (tout comme les Bressieux)
... Autre renseignement glané au sujet des effectifs que le seigneur de Clermont devait fournir à l'armée royale: 15 lances et 5 arbalétriers. Ceci d'après un état de l'armée féodale, dressé en
1367.


Le Chevalier Dauphinois 31/12/2010 18:18



Clermont semble avoir été très important dans la lutte Delphino-Savoyarde. Quand j'aurais le temps, il faudra que je regroupe tous les écrits pour mettre en valeur cette ruine.



Anne la Dauphinoise 05/12/2010 21:20


Si je puis rajouter quelques personnes de la famille de Clermont rencontrées au gré d'autres lectures...
... Dame Beatrix de Clermont et Virieu: épouse de Siboud de Clermont, et fille de Martin de Virieu elle était. (Virieu qu'elle apporta en dot aux Clermont)
En 1281, elle fait une attestation à la Chartreuse de la Sylve Bénite au sujet de bois de construction pour le castrum de Virieu (problème des historiens pour savoir si ce mot signifie bourg
castral ou château... pour la datation du château...)
Cette Dame Beatrix pourrait être l'épouse de Siboud rencontré en 1241... mais point ne peux l'affirmer.
... En l'an 1300, Agnès de Clermont, veuve de Humbert de Bocsozel, vend sa maison de Montgontier (à Champier) au Comte de Savoie Amédée.
... En 1308, Geoffrey de Clermont, doyen de St Maurice de Vienne, et fils de Dame Beatrix, renouvelle la même attestation que sa mère. Est-ce le même Geoffrey qu'en 1277 ?... il se pourrait.
... En 1325, Humbert de Clermont participe à la bataille de Varey dans l'Ain.
... En 1384, un Vicomte de Clermont j'ai également rencontré. Il avait pour prénom Joffrey. Et toujours pour une attestation au sujet de bois appartenant à la Sylve Bénite.
...Ces renseignements provenant de plusieurs livres sur le Dauphiné, je ne peux savoir si les rapprochements que j'envisage sont exacts... les dates seules me le laissent supposer.


Le Chevalier Dauphinois 10/12/2010 19:09



Voila un historique qu'il me faudra mettre dans un article. Quelle patience vous avez pour dévorer et comparer les vies des personnages. Admiratif je suis.



Anne la Dauphinoise 26/08/2010 22:29


En relisant un livre sur le Nord-Dauphiné, j'ai retrouvé la trace de 2 seigneurs de Clermont:
En 1241, Siboud fut le témoin de l'hommage rendu par le seigneur de Chandieu à Amédée de Savoie.
Et en 1277, Geoffroy fut présent à la lecture du testament de Guillaume de Beauvoir (de Marc - dont la fille avait épousé Albert de Sassenage) Et l'un des exécuteurs testamentaires était Humbert de
La Tour... ce nom vous dit quelque chose...


Le Chevalier Dauphinois 28/08/2010 19:13



Voila des noms de personnages qui ont traversé mes lectures et celle des ruines que je fréquente.


Il vca falloir que je (avec vous bien sur) fasse un organigramme des personnages, de leur relation... Cela permettra certainement de mieux comprendre ses châteaux.



Anne la Dauphinoise 19/05/2010 18:43


En attendant Guilhem d 'Ussel, je me suis replongée dans des écrits sur le Dauphiné et, d' après le rapport des fouilles de 1991, l 'occupation du château n 'aurait pas excédé les années 1350. Il
serait intéressant de connaître la raison de cette " désertion", et où ont pu émigrer ses habitants... Cela aurait pu être au profit de St Geoire en Valdaine, simple hypothèse apparemment à l
'époque des fouilles ( ce dont paraissaient en être sûrs les gens en 1947 par contre...)


Le Chevalier Dauphinois 02/06/2010 08:34



Avec les frontières mouvantes entre Dauphiné et Savoie, avec le niveau du lac changeant la vie dans cette petite contrée, j'ai aussi remarqué de curieuses désertions de villages et fortifications
sans en comprendre les raisons.



hihi 14/08/2007 20:17

A noter que cette ruine appartient toujours à la famille de Clermont-Tonnerre..... Pas mal comme fidélité non?

Le Chevalier Dauphinois 14/08/2007 20:28

Mais la question est : Qui est fidèle à qui ?....... C'est pour cela que j'adore les ruines, elles sont très fidèles (hihihi).