Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 06:30

 

Département :  67 - BAS RHIN

 Avec son oriel, cette façade est unique !

Le bourg : 

   Situation :  (--> le voir sur une carte)

     Le bourg de Heiligenstein est situé à 30km au Sud-Ouest de Strasbourg, à 20km au Nord de Sélestat et à 6km au Sud-Sud-Ouest d'Obernai.

       Le château est situé au pied de la Bloss, sur un éperon granitique à 590 mètres d'altitude. Il domine les villes de Barr et Heiligenstein.

   Coordonnées du château :

48° 25' 14.059" N 7° 25' 22.192" E
 48.420572°  7.422831°

 

Le château :

     L'extérieur :

L'approche

   Il y a plusieurs itinéraires pédestres pour rejoindre ce château. Il  faut entre 15 à 30 minutes de marche tranquille et agréable dans une forêt dense. 

 

L'arrivée

   En arrivant sur le site castral, une pancarte haut perché donne l'ambiance. Hummm, voila des ruines comme je les aime. Mon appareil photo est frétille et mes yeux clignent déjà.
   De loin, les formes du château sont surprenantes. Elles sont massives et très médiévales coté Nord, mais sont décorées et délicates coté Sud. Lentement j'approche pour découvrir cette curiosité.

L'oriel est la plus belle surprise de cette ruine oriel, cette façade est unique ! 

La découverte

    En faisant le tour pour trouver l'entrée, je dois longer au Sud-Est un haut rempart presque intact. Il comporte des archères avec couleuvrine (voir vocabulaire) en partie basse et une canonnière au Sud-Est. Dans les angles les corbeaux devaient supporter des échauguettes, aujourd'hui disparues. Voila le bâtiment de défense construit à la fin du 15ème siècle.

    Au détour du rempart, l'architecture change. C'est le mur du palais qui m'apparaît maintenant.

Quel choc !

   Ce spectacle est unique. Voici un mélange de force (avec les pierres à bossage et les corbeaux pour bretèche) et d'élégance (avec les fenêtres romanes et l'oriel ciselé). Le grès rose au milieu de cette végétation verte renforce l'émotion.

Incroyable vision à laquelle je n'étais pas préparée.... (et vous ?)

 

Incroyables détails architecturaux

    Fébrile, j'avance lentement en espérant presque qu'une dame blanche (heu, blonde aux cheveux longs ? ) m'invite à la découverte de ce site romantique.
    Au pied du mur, j'ai l'impression que l'oriel tient par un souffle magique. Je vous en avais montré un dans le château de Wasenbourg, mais plus "rudimentaire".  La base de l'oriel devait comporter de nombreuses sculptures dont il ne reste que de rares traces. J'ai hâte de découvrir le luxe à l'intérieur de ce palas.
(heu, ne rêvez pas trop chers visiteuses et visiteurs..... Nous sommes dans des ruines, donc point de lustre en diamant au plafond, ni de tenture brodée de fils d'or !)

 

  L'intérieur du Palas :

Quelle merveille

    Après avoir franchi la porte ogivale, je découvre l'autre coté du mur de l'oriel.
    Il est encore plus impressionnant. Les baies à double fenêtre me fascinent tant par leur caractère unique dans une ruine que par la légèreté qu'elles donnent à cet épais mur médiéval.
   Il n'y a pas que cette façade qui soit élégante, à l'étage, presque tous les murs du palas comportent ces "lumineuses fenêtres".

   Il me faut de nombreuses minutes d'observation pour regarder tous les détails de cette unique réalisation. Près d'un angle, une pierre sculptée a échappé aux ravages du temps et aux saccages des pilleurs. Des chapiteaux sculptés donnent encore plus de légèreté à ces murs.

Que de luxe dans cette ruine !

   Sur un mur peu éclairé se dessinent les restes d'une cheminée. Après ces rêves de "luxe", il me faut revenir au but premier de ma visite..... le château fort médiéval. Il est tant de découvrir les traces des fortifications.

 

Le donjon

    Contre le palas trône fièrement la construction la plus ancienne de ce château : Le donjon.
  Il est borgne comme étaient les constructions de défense au 12ème siècle, et comporte les traces des toits des bâtiments annexes. Ce détail montre la hauteur de cette tour carrée qui devait être le refuge ultime en cas d'attaque, et peut être aussi le lieu de surveillance sur la vallée. Mais la densité des hauts arbres et surtout le manque d'échelle pour gravir la tour sont des obstacles qui m'empêchent de vérifier mes dires.

   Un peu plus loin, la rudesse des archères surprend en comparaison des belles fenêtres romanes du palas. 

Vous souvenez vous de ces archères ?..... Mais si, en arrivant j'ai longé un rempart.

 

Les tours de défense

     Au Nord-Ouest devait se situer la basse-cour. Elle est protégée par d'épais murs du 14ème siècle, avec des tours rondes de flanquement. Venez avec moi, je vous montre  l'intérieur d'une tour de défense. Ce n'est pas très luxueux évidemment puisque cette construction n'est pas un lieu de vie. Chaque étage était indépendant, et le plancher en bois était porté par des corbeaux (voir vocabulaire) de pierre.

 

Les communs

   En ce début d'avril, le soleil se couche encore tôt. Il me faut redescendre à la taverne où un brave aubergiste m'offre gîte et couvert pour ce soir. Mais en cherchant la sortie, je vois les restes d'un bâtiment dans la basse-cour. Il est impossible d'identifier sa fonction, mais son arc roman est toujours debout.

   Si l'association en charge des ruines doit remonter tous les murs, il faudra encore des années de travail et beaucoup de courage tant les pierres taillées abondent sur ce site.

 

 

Histoire du château :

* Vers 1200, la présence d'un château "impérial" est cité dans une charte. Il semble avoir été construit par Conrad de Landsberg. Il est bâti pour renforcer les défenses des abbayes du Mont-Ste-Odile, de Niedermünster et d'Andlau.
* En 1232, les Landsberg trahissent les Hohenstaufen pour faire allégeance à l'ennemi : l'évêque de Strasbourg. Par cet acte, la famille devient puissante en Alsace durant 150 ans car les cadets sont toujours nommés à des postes importants dans l'administration épiscopale. 
* Au 13ème siècle, une construction est ajoutée à l'Ouest du bâtiment original.
* En 1412, le seigneur de Landsberg engage le château auprès de l'Electeur Palatin. Le château est fortement modifié par ce nouveau "locataire". Au Sud-Est un bâtiment de défense est construit.
* En 1461, les bâtiments et remparts sont décrits en mauvais état.
* En 1479, le château est rendu au seigneur de Landsberg.
* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Ce château souffre durant cette dévastatrice guerre.
* En 1632, les Suédois attaquent, pillent puis détruisent le château.
* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie par Louis XIV (voir liste des rois) mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château ne semble plus être habité par la famille Landsberg après cette guerre.
* Au 18ème siècle, le château est transformé en ferme, puis en maison forestière. A cette époque, plusieurs membres de la famille Landsberg sont cités comme officier dans les armées Royales.
* En 1789, les châteaux et terres des Landsberg sont confisqués par les révolutionnaires.
* En 1790, les anciens biens de Landsberg sont vendus comme "bien national".
* En 1842, la longue lignée des Landsberg s'éteint. Marie Constance de Landsberg, épouse du Baron de Spaeth, décède.
* En 1898, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, le château appartient au Baron Brice de Turkeim. Avec la société pour la conservation des Monuments Historiques, il a commencé une série de consolidations et de rénovation.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable près du palais et du donjon.

 

 

 


 Dans cette ruine en mars, pousse une fleur unique, ayant fait naître une incroyable légende.

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux du Bas Rhin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article

commentaires

Muriel 08/12/2011 17:25

Tu es bien téméraire, Chevalier... A la vue de ce panneau tu devrais trembler de peur... :)

Le Chevalier Dauphinois 08/12/2011 19:36



Que nenni princesse Muriel, trembler n'est point mon but. Découvrir et emporter les secrets est a mission, et mon heaume est ma protection.



Floria 01/09/2010 16:01


c'est agréable de se promener là :)


Le Chevalier Dauphinois 08/09/2010 21:21



Une belle balade dans la forêt et, pour finir, une ruine magnifique et .... mystérieuse.



Mélissa 30/03/2008 12:45

bonjour je trouve votre cite super mais je cherche les dimensions du chateau je ne lai trouve pas comment je fais alors ?

Le Chevalier Dauphinois 30/03/2008 14:31


ben...... il faut aller les mesurer (hihihihi).
.... Je vais chercher si un de mes documents en parle. peut être un plan ... je cherche, la truffe au sol, je cherche.
As tu essayé d'aller sur le site de l'IGN : http://www.geoportail.fr/  en s'approchant , comme il y a une échelle en bas à gauche dans le mode expert.


valserine 13/09/2007 23:19

Ce château est vraiment somptueux, avec ses courbes et ses pierres roses. Comme tu as dû vibrer, Chevalier dans cette ruine là ! Si je vais en Alsace je ne manquerai surtout pas de m'y rendre vu le coup de coeur que j'ai eu rien qu'avec tes photos.

Le Chevalier Dauphinois 14/09/2007 18:35

   Je suis très "Fier" que tu ressentes cela dans ma modeste prose...... Il y a des ruines magiques qui déclenchent des clignements d'oeil, des souffles qui se coupent et de silence admiratif..... J'avais peur de ne pas transmettre cela.  Dans un tel chateau, je reste 3 à 5 heures;  Mais comment résumer cela avec 9 photos et quelques mots.  C'est évidemment une ruine incontournable si l'on va marcher en Alsace.

sevy 22/01/2007 11:43

encore un superbe chateau que tu nous fais découvrir !
bonne journée
bisous

le chevalier du 38 22/01/2007 20:46

  Si un jour tu passes par l'Alsace et que tu n'as pas beaucoup de jours, ce château est à voir obligatoirement....... (remarque, je dis cela pour toutes "mes" ruines hihihi). La finesse des arcs face à la force des murs m'ont vraiment impressionné.