Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:35

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

  Les pieds dans le fossé, la muraille semble haute et imprenable.

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      Le château du Morimont se situe dans le Jura Alsacien sur un promontoire à 532 m d'altitude entre les villages d'Oberlarg et de Levoncourt.

   Moersberg est un château frontière avec la Suisse. Je vais vous faire visiter la fortification la plus au Sud de l'Alsace.

 

     Coordonnées du château :

47° 26' 43.526" N7° 12' 54.241" E
 47.445424° 7.215067°

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

    Comme souvent, je découvre le château au dernier moment (le nez dessus), car de hauts arbres empêchent d'admirer de loin ses contours.

Le château est massif !

   C'est un mélange d'architecture de plusieurs époques.

 

 Les rondes tours protègent chaque courtine

Deux curiosités !

 * Cette belle ruine a une caractéristique : C'est le seul château d'Alsace en calcaire.

 * Une autre caractéristique géographique a du lui enlever son rôle stratégique.

 * Cette beauté fortifiée est entourée de collines, ce qui le rend assez vulnérable lors de l'invention de puissantes armes de jet.

* En marchant dans le fossé, je fais le tour pour découvrir ce que les assaillants devaient ressentir.

 

 

Le rempart

 * Le rempart a une forme trapézoïdale asymétrique.

 * Les courtines sont hautes et puissantes.

 * Des tours semi-circulaires renforcent l'impression d'invulnérabilité.

 * Les tours sont au nombre de 7 de formes et tailles différentes. Presque toutes comportent des bouches à feu avec une ouverture impressionnante, certainement de la fin du 15ème siècle.

 * Ces "bouches" sont prévues pour un tir horizontal, c'est le plus dévastateur à cette époque.

     - La tour d'angle au Nord-Est est nommée : "Tour de 1515" (cela vous rappelle t il quelque chose ?).

     - La tour d'angle du Sud-Ouest est nommée : "Tour Schlossturm"

(curieux diminutif puisque cela signifie "tour du château" !).

 

 

Je vais entrer

L'entrée, située du coté Sud-Est, est protégée par une sorte de barbacane (voir vocabulaire) avec une tour munie de bouches à feu à tir rasant.

Fou il fallait être pour pénétrer sans autorisation.

 

 

Même en ruine, les bâtiments donnent l'impression que le château est encore vivant ! 

    L'intérieur :

La découverte

* En traversant le sombre porche d'entrée, je crois discerner des marques pour vantaux, doubles vantaux et herses. L'accès à l'intérieur était très protégé.

* Au bout de ce "tunnel", je suis accueilli avec le soleil, sous un arc tenant par "magie" (et surtout grâce au ciment du 21ème siècle).

* Sur la gauche, je vois les entrailles des tours.

* Avec l'épaisseur impressionnante, les nombreux étages, j'imagine que cette construction  était dédiée à la défense.

* Au fond, je discerne les murs du 15ème siècle correspondant aux dépendances et au logis coté Nord.

* Ces "modernes" constructions donnent une indication de la richesse des anciens propriétaires de ce château.

Je pénètre dans la vaste cour verdoyante. 

 

 

L'analyse

   En regardant l'ensemble avec attention, il est facile de voir 2 époques de construction (voir le plan).

- 1ère époque :  Dans la partie Sud du château, l'époque médiévale avec un donjon (Sud-Est) construit sur le rocher, puis une chapelle et le logis en prolongement vers le Sud-Ouest.

   Au centre une tour-escalier trône fièrement devant les vestiges du logis médiéval. Elle est d'époque renaissance, mais utilise certainement une tour primitive du 14ème

- 2ème époque :  Toute la partie Nord est du 15ème au 17ème siècle. De puissantes tours, des dépendances très grandes et lumineuses. Et une tour centrale avec un puits dont la littérature m'informe d'une profondeur de 115 mètres.

Quel château !

 

Fenêtre, puits de lumière ou arquebusière ? 

Quelle richesse !

 * Je me sens en sécurité dans ce château aux murs épais de 5 mètres (et même 6 mètres pour la plus massive), hauts et protégés par des bouches à feu "modernes".

 * La plupart des ruines que je visite (avec vous) ont des murs intérieurs inexistants (il ne reste que les fondations).

 * Enfin, je vois les parois d'habitation. Je me mets en quête de décors, cul de lampe et autres beautés sculptées.

 * Hélas, après de nombreuses minutes de recherche, je constate l'absence d'ornement de luxe :

  - D'abord parce que le château a été détruit très souvent,

  - Et peut être que la révolution Française n'a pas épargné les belles pierres.

 

 

C'est déjà la fin

* Il faut déjà quitter cette ruine unique.

* Mais avant, je vais vous montrer une des nombreuses curiosités du Moesberg : 

- Son grand souterrain voûté unique en Alsace (52 m sur 8 m de large et 4 m de haut).

* Il n'est pas très sombre et aboutit dans les fossés par une sorte de poterne (voir vocabulaire).

* Ce souterrain a été taillé dans le rocher. Sa voûte en berceau est magnifique.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est sûrement construit, mais aucun texte l'affirme. Par contre, une famille Morimont originaire de Porrentruy, s'installe en ce lieu.

* En 1228, l'évêque de Strasbourg fait détruire le château.

* En 1324, la dernière héritière du Comté de Ferrette (puissante famille Alsacienne) épouse l'Archiduc Albert II de Habsbourg. Cet évènement a une conséquence : La famille Morimont se met au service de la Maison d'Autriche.

* En 1356, le tremblement de terre qui a dévasté Bâle a aussi détruit partiellement courtines et bâtiments du château.

* En 1440, la famille Morimont commence son ascension dans la noblesse et la puissance.

* En 1444, Pierre de Morimont fait appel aux Armagnac pour lutter contre les Suisse. Hélas, le choix fut mauvais car...

* En 1445, les confédérés Suisses attaquent et détruisent partiellement le château.

* En 1448, nouvelle attaque des Suisses et nouvelle destruction du château.

* Vers 1475, avec l'amélioration des armes à feu, Gaspard de Morimont transforme le château. Il l'adapte à l'artillerie naissante. Ces travaux dureront 30 ans. Cette forteresse devient un verrou important dans l'axe de défense demandé par les Habsbourg.

* Durant le 16ème siècle, la forteresse ne fut plus inquiétée. D'abord, qui oserait se frotter à une telle débauche de canons, et ensuite, parce que les Suisses préféraient les actions de harcèlements rapides plutôt qu'un long siège ou une attaque de position.

* Au début du 17ème siècle, Jérôme de Morimont devenu protestant, est très endetté. Il vend la seigneurie et le château aux Comtes d'Ortenbourg-Salamanque.

* En 1632, durant la "guerre de 30 ans" (voir ce livre) les Suédois envahissent et occupent le château.

* En 1637, les troupes Françaises attaquent, pillent, détruisent et incendie le château.

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château est donné par le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) aux nobles de Vignancourt.

* En 1792, les révolutionnaires le déclarent Bien National. Il est acheté par Joseph Bruat, juge au tribunal civil de Altkirch.

* En 1808 (?), il est racheté par Aaron Meyer de Genève. Le château devient le lieu de mémoire du Jura et de la province du Sundgau.

* En 1826, sous l'ombrage des hêtres au milieu des ruines, 4 Jurassiens Suisse (Xavier Stockar, Louis Quiquerez, Auguste Quiquerez et Olivier Seurez) ont juré de délivrer le Jura de l'oligarchie Bernoise au risque de leur vie. 4 ans plus tard, le serment fut tenu.

* En 1841, la ruine est classée aux Monuments Historiques.

* En 1870, la famille Meyer revend les ruines à la famille Vieillard. Des travaux importants de consolidation sont entrepris.

* En 1971, dans la cour du château est fondée la Société d'Histoire Sundgauvienne.

* Au début du 21ème siècle, le château est fermé pour travaux, la visite est interdite. La découverte de l'extérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre est faible dans la partie autorisée.

 

La vaste cour a un romantisme, avec ses dentelles de pierres ruinées.

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68Vers Menu châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Alsace : 67 68
commenter cet article

commentaires

Pierrote 18/08/2017 18:30

M erci pour cet article qui « tombe à point » : *
O ncques ne pensais-je voir si vite, c’est certain,
E xception aux castels en grès rose et
R éguliers trop dans l’appareillage… J’ai
S uccombé une deuxième fois ici :
B onheur de découvrir des ruines qui
E xhalent un si doux parfum du passé.
R ichesse et force, pour moi, sont là montrées
G randement, même si lieux furent remaniés.

H eureuse je suis encore mirer ces murs
A l’épaisseur tant forte : ils nous murmurent
U n désir de repousser assaillants
T entés d’investir la place… Avec plan

R udesse se lit : sont enserrés bâtis.
H élas, sont loin d’être entiers aujourd’hui,
I l est vrai, mais vestiges restants sont bels.
N ous sommes toujours face à superbe castel.

* merci, même si, comme je le suppose, cet article était prévu à la suite de celui sur les castels de Wasingenstein, dans lequel je parlais des exceptions qu’il devait bien y avoir (pour les castels Alsaciens presque toujours construits d’une façon très régulière en grès rose, ce que je n’aime pas vraiment).

Le Chevalier Dauphinois 26/08/2017 12:27

* J'avoue avoir une grosse passion pour les ruines d"Alsace.
* D'abord, par leur diversité de forme, de couleur et d'architecture.
* Ensuite par leur histoire qui n'est point rattaché à cette du royaume médiévale de France.
* Puis par l'approche de randonneur. Pour la plupart, il faut marcher pour les découvrir.

Anne la Dauphinoise 29/08/2013 13:52

Et vos "yeux ébahis d'enfant" , cela se ressent dans vos articles, par un mot, une phrase, ici ou là (sur les images, aussi) quand ce n'est pas par l'article complet. C'est cela la passion,
n'est-il point vrai ?... et bien savez-vous la transmettre. Cela n'est point donné à tout le monde.
Et merci d'avoir permis à ceux qui travaillaient cet été, avec tous vos articles, de voyager au moins en rêve.

Le Chevalier Dauphinois 30/08/2013 12:05



Ce qui est formidable dans ce blog, c'est :


* Que je rêve une 1ère fois en cochant les châteaux sur une carte


* Puis je rêve à nouveau en les visitant


* Puis mes neuronnes sont joyeux à nouveau durant la rédaction des articles.


* Enfin, mes yeux s'illuminent pendant la lecture des commentaires.


Quelle incroyable chance j'ai !



Anne la Dauphinoise 28/08/2013 13:50

M algré les collines "encerclant" ce lieu,
O ncques ne sent-on oppression, c'est heureux...
R éellement sentiment de puissance
I l émane de ces ruines, aussi prestance
M ontrée par grandeur du site découvert.
O utreplus, l'ensemble même "baigné de vert"
N ous laisse impression de très grand'richesse :
T émoins courtines et tours, toutes fort épaisses;

H autes et nombreuses fenêtres donnant lumière
A u logis, et nul doute qu'ici naguère
U n certain raffinement était vu.
T riste je suis que moult ait disparu...

R avie pourtant je suis voir ces vestiges.
H ouleux fut leur destin, et c'est prestige
I mmense qu'aient su ainsi braver le temps,
N otamment ceux qui approchent huit cents ans.

A ssaillants durent connaître misère ici :
L e castel, de défenses était garni.
S es énormes et nombreuses tour protégeaient
A lors les courtines de toutes parts; restait
C ertes l'entrée, mais était-il dur passer :
E ncontraient barbacane après fossé.
...

N e puis-je oublier souterrain tant bel,
O ctroyant sortie de la citadelle.
T out en voûte, c'est certain m'a t-il charmée...
A rruiné même, ce castel a gardé

B eaucoup d'allure, et logis, c'est bien vrai
E n "romantiques dentelles de pierres" paraît,
N iché dans la verdure, hors de son temps,
E ndormi... peut-être, mais toujours présent.

Le Chevalier Dauphinois 29/08/2013 12:39



Moersberg fut un moment magique pour moi. Après avoir visité les châteaux troglodytiques d'Alsaceà l'architecture si rude, je fus surpris de voir cette élégeante ruine avec d'imposantes
canonnières dans un bois odorant.


  La découverte d'une ruine est toujours une surprise. Même si je me document avant, j'ai les yeux ébahis d'une enfant à chaque fois.



Dominique Py 15/02/2013 10:16

Je pense que par honnêteté intellectuelle. vous pourriez citer les personnes de Leimbach (près Thann) qui ont largement participé à retaper le château dans les années de 1960 à 1970 environs).
merci.

Le Chevalier Dauphinois 15/02/2013 13:00



  Cet oubli n'est point de la malhonnêteté de ma part. Je ne suis pas un spécialiste de tous les châteaux de France et j'avoue que je ne connais que peu sur l'immense histoire des
constructions que je visite. 


  Mon modeste blog est heureux d'avoir des informations complémentaires enrichissant la connaissance pour tous. 


  Je vous remercie pour cette précision.



Annak 03/11/2006 19:34

Le Jura alsacien, ça existe ? t'es sûr ? C'est un détail, mais ça m'a interpellé. L'Alsace, c'est davantage la chaîne des Vosges. Tu vas me dire, oui mais c'est en bas...certes...
Bon week end :)

Le Chevalier Dauphinois 03/11/2006 20:43



"Oui, mais c'est en bas".


  Voilà, je l'ai dit (hihihihi). Certes Jura-Alsacien peut choquer puisque Vosges est LA montagne du 67-68, mais c'est un terme que je retrouve souvent dans les guides et autres
livres parlant de cette région très proche de la Suisse. D'ailleurs il me semble avoir lu que la géologie était différente.
  Tu peux aller voir ce site: http://www.jura-alsacien.net/histoire/.