Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 07:30


Département
:   80  - SOMME

Le bourg :
   Situation   (--> le voir sur une carte)
     Le petit bourg de Boves est situé à 70km au Nord de Paris, 40km à l'Ouest de Saint Quentin et à 5km au Sud-Est d'Amiens.

   Coordonnées du château :

49° 50′ 35.99″ N 2° 22′ 50.99″ E
 49.84333°  2.38083°


Le château:

       L'extérieur :

L'arrivée

     Comme souvent avec une fortification médiévale, il faut monter sur le plateau au dessus du village pour découvrir le site. Il est possible de s'approcher avec un destrier (à moteur). Comme je suis un aventurier, je préfère la marche et je grimpe dans les sous-bois par le GR.
 
La découverte
       En haut de la colline, le spectacle est magnifique.... Regardez cette beauté de pierres.
   Ne faites pas la mou, vous avez devant vous les vestiges des remparts du château fort de Boves.

N'est ce pas émouvant ?

    Ce ne sont pas que des pierres bêtement posées, elles sont correctement taillées et jointives avec une construction dans l'angle assez originale.

L'autre vestige
   Il n'y a pas que des murs (faisant l'objet de fouilles) à découvrir à Boves, il suffit de lever la tête et un donjon apparaît !
    Même si la tour est "un peu" (mais un tout petit peu  , d'ailleurs le plan de ce donjon le prouve ) dégradée, j'admire la qualité du parement. Après quelques secondes de délectation,  je suis surpris.

Comprenez vous mon étonnement ?

     Je ne vois aucun trou de boulin (voir vocabulaire) et surtout aucune archère ou système de défense. Cette tour daterait elle du 11ème siècle ?

        L'intérieur :

Le trou réjouissant

    J'entre "religieusement" dans cette cathédrale de pierres et...

Que vois je ?..... Un grand trou !

    C'est assez logique, je suis dans une ruine, mais ce pan de mur est très instructif. Il me montre le remblai, l'épaisseur de la tour et à nouveau la qualité du parement. Mais je ne vois toujours pas de fenêtre, d'ouverture de tir et encore moins de cheminée.

Ce donjon n'était il qu'une tour de repli et non un bâtiment habitable ?

 


Est ce une autre tour ?
    L'autre mur me livre un énigmatique détail. Il y a une forme ronde incrustée dans l'épaisseur.

Est ce la trace d'une tour flanque aujourd'hui disparue ?

.... "Oui et non chevalier" me dis je "Regarde en haut, il y a les restes de marches".  Une tour escalier desservait les étages de ce donjon. Ce style de réalisation n'est pas du 11ème siècle, époque où l'échelle escamotable en bois était un moyen de défense.


Que de surprises !

   A la base de la tour, un vestige de salle voûtée me fait penser à un ratier (voir vocabulaire). Ce site est vraiment fascinant. Imaginez un peu les beautés que les archéologues vont trouver dans une si grande surface castrale. J'ai hâte de vieillir de 20 ans.
   Avant de partir, je savoure la richesse des sites médiévaux :

- La vue sur le village,

- Le panorama sur les champs aux alentours.

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, la seigneurie appartient à un seigneur "brigand" nommé : Thomas de Marle.
* En 1075, un château semble avoir été construit.
* En 1185, le château est assiégé par l'armée du roi de France Philippe Auguste (voir liste des rois) en conflit contre le Comte (voir titre de noblesse) de Flandre.
* Au début du 13ème siècle, la seigneurie appartient à la famille Rumigny.
* En 1265, le château appartient à une famille de Lorraine.
* En 1443, le Duc de Bedford saccage le château.
* En 1595, la forteresse est démantelée pendant les guerres de la Ligue.
* Au 21ème siècle, le terrain est privé, donc évitez les visites en groupe pour entrer dans le site. La découverte des ruines est "libre" et gratuite. Le site est un chantier de fouille, veuillez respecter le balisage et éviter de marcher sur ces vieux murs.

 

==> Pour les passionnés, je vous invite à lire cet excellent site sur les fouilles du château de Boves.

 

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour revenir au menu des donjons remarquables   Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 80 Vers Menu châteaux de la Somme

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Picardie : 02 60 80
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 06/07/2015 00:42

Je viens, par l’un de mes grimoires, d’en savoir un peu plus sur Hugues de Boves, qui fut bien côté Anglais : il combattit aussi côté ennemi à la bataille de Bouvines… où il ne fit aucun exploit… mis à part celui de s’enfuir !
… Mon historien précise que si Hugues de Boves était côté Anglais, sa famille, elle, était côté fleur de lys. (il fut la « brebis galeuse » de la famille, alors, je suppose !)

Le Chevalier Dauphinois 06/07/2015 19:45

* Peut être que Hugues ne possédait pas le château.
* Ainsi, en se mettant coté Anglois, si ces derniers gagnaient, il aurait pu récupérer le château.
* Peut être est ce l'explication... Peut être.

Anne la Dauphinoise 12/01/2015 18:34

Relisant un livre sur la bataille de Brémule, je retrouve quelques anecdotes au sujet des seigneurs de Boves :
... Thomas de Marle était le fils d'Enguerrand Ier de Boves. En 1103, le prince Louis, futur Louis VI le Gros, aida Thomas de Marle qui l'avait appelé au secours, bien qu'à l'époque il était déjà
reconnu comme "brigand" (il fallait bien "asseoir" son autorité, pour le roi ou sa descendance, quitte à s'allier avec un brigand !)
Suger et Guibert de Nogent le décrivent même non seulement comme un brigand, mais un tyran... qui fut cependant un croisé valeureux et qui fonda également l'abbaye de Prémontré sur ses terres !
... En 1114, l'inverse se produisit : Thomas de Marle était un seigneur rebelle, rebelle à son suzerain le roi Louis VI. Mais ce dernier en "vint à bout" en assiégeant son castel de
Crécy-sur-Serre, puis en s'emparant de Nouvion-l'Abbesse. Thomas de Marle se soumit.

... En 1115, Louis VI encontra des problèmes avec son père Enguerrand de Boves en butte avec les bourgeois d'Amiens depuis 1113 (Thomas de Marle avait soutenu son père). Louis VI mettra 2 ans à
soumettre le seigneur de Boves. Pour le punir, il lui confisqua son comté d'Amiens (qu'il donna à Adèle de Vermandois).
... Marles, Boves, Coucy : les seigneuries d'Enguerrand Ier de Boves... Encore des liens qui vont se créer pour moi, au moins lorsque Coucy apparaîtra un jour dans votre blog. Et je sais qu'il
apparaîtra un jour : vous me l'aviez dit... dans je ne sais plus quel article, par contre, c'était il y a longtemps, mais... je m'en souviens ! (pour Marle, est-ce que le castel existe toujours ?
Point ne le sais)

Le Chevalier Dauphinois 12/01/2015 21:13



* Marle se situe dans l'Aisne (02).


* Mon dictionnaire affirme qu'il ne reste qu'une motte et quelques rares
vestiges.


* Ce château, du 12ème reconstruit au 13ème par Enguerrand de Coucy, a été détruit par les maudits Anglois en 1338.


* Je n'ai pas pris le temps de le rechercher durant ma semaine dans la Thiérache.


* De plus, il n'apparaît pas sur la carte au 1/25000ème de l'IGN.



Anne la Dauphinoise 07/06/2012 22:08

Auguste: je préfère son autre prénom: Dieudonné: pour moi, il fleure mieux l'esprit de son temps, la mentalité d'alors. Et les chroniqueurs du Moyen-Âge l'appellent souvent ainsi.
... Pour ma part, je préfèrerais que vous fassiez avec Philippe II Auguste Dieudonné ce que vous comptez faire avec Jeanne d'Arc... sauf que les châteaux vus par elle et décrits par vous me
plairont quoi qu'il en soit.
... Il me tarde donc d'être... dans 10 ans, pour lire vos écrits sur le sujet. J'y apprendrai beaucoup, car Jeanne d'Arc n'est pas dans mes "favorites": pour moi ce seraient plutôt ceux que l'on a
nommé ses "compagnons" qui m'intéresseraient plus: le Bâtard d'Orléans, La Hire, Xaintrailles, même Gilles de Rais... eux qui, comme je l'ai lu, ont été des capitaines de Charles VII avant d'être
les "compagnons" de la Pucelle, et je pense qu'ils ont plus oeuvré pour le royaume sans elle qu'avec elle, et plus qu'elle, en fin de compte (j'ai peut-être bien tort... et je m'éloigne de vos
châteaux...)
... Philippe Auguste est "mon 2e roi préféré". Pour moi, c'est le roi qui a "assis" la féodalité dans un royaume qui ne se serait pas développé sans ça (et qui a "récupéré" la Normandie !) Et puis,
les rois qui ont osé défier la papauté et se sont fait excommunier, cela me plait beaucoup aussi ! dans la mentalité de l'époque, cela représentait beaucoup il me semble, et cela renvoie une image
forte des personnages.
... Désolée de "dévier", mais dès que l'on effleure un point d'Histoire, je "démarre au quart de tour" (pour tout savoir... tout de suite, évidemment !)
NB: j'ai bien apprécié votre "auguste lien" ! mais il ne m'a pas empêchée de rester toutefois sur mon nuage médiéval !

Le Chevalier Dauphinois 11/06/2012 08:13



  Même s'il est vrai que ce Roi de France a été très important et influent, Jeanne me fascine et m'interpelle.


* Avait elle un charisme si impressionnant pour influencé un Roi (certes très fragile) et sa cour ?


* Etait elle vraiment la simple paysanne que l'histoire tente de nous faire croire ?


* Sa présence face aux juges, ses répliques durant son procès en font un personnage intelligent et très instruit des us et coutumes de "l'inquisition".


* Hélas, étant une héroïne médiatique, je crains que les historiens soient peu objectifs dans leur proses et aient peur d'égratigner cette Sainte représentant souvent la France. J’essaie donc de
lire entre les lignes des livres et de comprendre commet elle a pu entrainer tant d'hommes.... Même s'il est vrai que ce sont ses compagnons qui ont gagné les batailles contre ces maudits
Anglois.



Anne la Dauphinoise 06/06/2012 23:56

B ien peu de chance ai-je avec ces seigneurs
O u n'ai-je point lu les bons livres à cette heure ?...
V raiment j'espère que des Boves eurent l'honneur
E t la gloire de compter dans les meilleurs
S outiens du royaume, ce serait bonheur.

En attendant...
je viens de rencontrer Hugues de Boves, en 1213 (est-ce le même que j'avais croisé à la 4e croisade ? d'après les dates je peux supposer que oui) et il se trouvait côté anglais !... (mais peut-être
n'habitait-il pas Boves, mais Coucy ? puisque j'ai rencontré des Boves seigneurs de Coucy aussi...)
... Pendant que Philippe Auguste assiégeait Gand, des Français mêlés aux Anglais vinrent aider Ferrand de Flandre, contre lequel Philippe Auguste s'était retourné, et prirent le navire de Philippe
Auguste qui était hors du port de Damme, puis ils prirent le port et la ville de Damme (que Philippe Auguste reprit aussitôt)
...Tout cela, je viens de le lire dans "l'Histoire de Bretagne", en vieux-françois, que j'avais trouvée grâce à l'un de vos liens (merci encore, Chevalier, pour ces liens précieux pour moi) Cette
Histoire de Bretagne datant de 1638 si je ne me trompe pas, j'espère que les données sont exactes et... que j'ai bien tout compris !

Le Chevalier Dauphinois 07/06/2012 09:13



  Cet Auguste (même s'il est Philippe aussi) ne fut pas un clown.    Il semble être partout dès que l'on gratte un peu les batailles sur un
château fort.


 Lorsque mon blog sera plus dense en ruines et châteaux forts, peut être faudra t il que je narre la vie de ce roi en liaison avec mes descriptions castrales.


     Je souhaite déjà faire cela avec "Jeanne d'Arc" puis avec la Croisade des Albigeois..... Mais cette mission ne se réalisera que dans .... 10 ans, tant j'ai à proser sur
les ruines médiévales.



aubert le lombard 16/09/2010 16:13


bjr
j aimerais en savoir plus sur le seigneur robert de boves
ne en 1220 mort en 1248 d apres mes recherches
et de quoi est il mort et quels etaient ses armoiries et couleurs d avance merci
au plaisir de lirent
amicalement


Le Chevalier Dauphinois 16/09/2010 20:21



   J'ai mis dans l'article toute la documentation dont je dispose. Je vous propose d'écrire, à l'association en charge des fouilles dont j'ai mis l'adresse dans l'article. ;)