Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 06:30
    J'ai visité ce château il y a de nombreux "siècles", à l'époque où la photographie n'était pas numérique et les objectifs de qualité médiocre.
  Les images proposées ne sont pas très belles, mais elles montrent quand même l'architecture de cette curieuse ruine.
 

 

Département :  07 - ARDECHE 

   

Le bourg :

   Situation (--> le voir sur une carte)

       La petite commune de Montpezat sous Bauzon est au pied des Cévennes, entre le Bas Vivarais et le plateau. Il est situé à 50km au Nord-Ouest de Montélimard, à 35km à l'Est de Langogne, à 20km au Nord-Ouest de Aubenas et à 4km au Nord de Theys.

    Coordonnées du Bourg :

44° 42′ 47″ N 4° 12′ 26″ E
 44.713056°  4.207222°

 

     Coordonnées du château :

44° 42′ 19″ N 4° 13′ 22″ E
 44.70529°  4.222789°

 

Le château : 

     L'extérieur :

La découverte

   Vu de loin, le bâtiment ressemble à une forteresse massive et compacte. Il est posé sur un éperon basaltique, au confluent de 2 rivières :

- Le Pourseille,
- La Fontolière.

C'est l'endroit idéal pour surveiller et être protégé

 

Rapide descriptif 

   Le château a la forme d'un rectangle sur lequel vient se greffer aux angles 2 tours rondes du coté de l'attaque.  Imaginons le sans les arbres. Au moyen âge, ce château devait se voit de loin, il marquait vraiment le territoire de ses seigneurs.

 

Les Tours
  Quelques archères primitives et droites sont encore visibles sur une des tours. Les arbres empêchent de faire une analyse sérieuse.

  

Le logis :

   L'imposant logis semble peu adapté au confort de ses habitants prestigieux et pourtant il ne ressemble pas à une caserne pour soldats. (Il est vrai que la végétation importante de ce mois de mai ne facilite pas la lecture de la ruine, ni la progression pédestre de découverte. C'est pour cela que toutes mes photos sont prises de loin, depuis la route principale).

    Il est encore possible de voir les traces de cheminée sur le mur Nord, puis de belles fenêtres ogivales et à meneaux (voir vocabulaire) sur les 3 cotés opposés à l'attaque.

 

     L'intérieur :

  Le château se situe dans un terrain privé, je n'ai pas tenté l'aventure pour le visiter.

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une église entre les 2 rivières.
* Au 13ème siècle, aménagement d'une ville basse.
* Au 14ème siècle, construction du château par le Cardinal Pierre Flandin (nomination en 1371). Il est né à Borée.
* A la fin du 14ème siècle, son neveu, Jean Flandin après avoir été chanoine à Vivier, puis archevêque à Auch, est nommé Cardinal en 1390. Il devient seigneur de Pourcheyrolles.
* Au 15ème siècle, il semble que le domaine ait 2 coseigneurs :

- Les "Flandrin",
- Et les "Fage de Chaulmes".

* Au 16ème siècle, il est remanié pour plus de confort.
* Durant la seconde moitié du 16ème siècle, les guerres de religion font rage. Il semble que le château ait souffert de ces 36 années de lutte.
* Au 21ème siècle, le château est privé et le chemin, empruntant un champs cultivé, a disparu. Conséquence : accès difficile. Le risque de recevoir une pierre est important.

 



 Anecdote :   Conflit de Famille chez les  "Flandin". 

  Durant le "schisme d'Occident" entre 1378 et 1394, les chrétiens avaient 2 Papes, un en Avignon, l'autre à Rome. Les cardinaux et évêques devaient choisir leurs "camps".

   Pierre Flandin rend hommage au pape d'Avignon Clément VII pour ses terres et son château.

  Un jour, Pierre fit don des clés de son château à son neveu Jean Flandrin pour qu'il se rende dans ses terres de Montpezat.

   Le neveu ne se méfia pas du "tonton";  Hélas, cet acte était un piège politique.

  Jean ne reconnaissait pas le pape d'Avignon (son choix s'était porté sur le pape Boniface IX de Rome), mais en franchissant le seuil du château, il devenait un "disciple du pape d'Avignon".

   Furieux de ce piège, Jean fit construire un bâtiment "devant" l'entrée du château de son oncle, et rendit hommage au pape de Rome.

   Apprenant qu'un jour son oncle allait se rendre à Montpezat, il lui donna les clés de son "petit châtelet".  Voyant le piège, Pierre refusa.

  Mais le neveu dit :

 "Il vous sera impossible d'entrer chez vous sans passer par chez moi,

alors, vous devez accepter mes clefs."

 Ne voulant pas devenir un vassal du pape Romain, Pierre refusa. 

   La petite histoire affirme que Pierre ne revit JAMAIS son château.......

 

 

  Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Lyonnais Vivarais : 07 42 69
commenter cet article

commentaires

marmotte07 21/04/2016 18:34

Tout d'abord merci pour votre site.Il est super instructif bravo.Quel travail de recherches!Ce qui m'améne à vous écrire est qu'étant ardechois,je ne vois pas d'autres chateaux présentés,pourtant il y en a quelques uns beaucoup plus visibles que celui ci.Peut etre pourrais je vous envoyer des photos et ainsi contribuer trés modestement à votre travail.J'espere que ma remarque ne vous sera pas apparue trop critique et je vous transmets tout mon respect.Bien cordialement.

Le Chevalier Dauphinois 21/04/2016 19:51

* Bonjour et merci pour votre passage sur mon blog.
* En Ardèche, j'ai identifié 121 sites fortifiés d'origine médiévale.
* Durant mon errance, j'ai pu photographier 33 bâtiments (plus ou moins ruinés). Mais comme vous le constatez, un seul figure sur mon blog en cet an de grâce 2016.
* Raison vous avez, il me faut mettre en avant ce beau département si proche de mon Dauphiné.
** Je vous propose qu'en 2017, je vais réaliser les 33 articles.
** Si vous voyez de grands manques et si vous disposez d'une documentation (images et/ou texte) sur les autres sites, je serai heureux de pouvoir échanger avec vous.
** J'ai hâte d'être en 2017.

Anne la Dauphinoise 23/08/2013 14:11

Je connais un peu l'anti-pape Benoît XIII, "émigré" à Peniscola. Pendant un temps, la France le "laissa tomber" d'ailleurs, puis revint à son obédience quelques années plus tard. La France, même,
pendant ce temps, n'obéit plus à aucun pape ! l'Eglise de France était sa propre maîtresse !

... Je connais aussi, et bien sûr, l'anti-pape Félix V ! (plus, il est vrai, avant, en tant qu'Amédée VIII)
... Et à ce sujet (enfin, un peu éloigné des papes...) j'ai lu, par un historien Anglais, un motif tout autre que celui habituellement lu dans d'autres livres sur le fait que le comté de Savoie ait
été érigé en duché : motif peu glorieux... (peut-être est-ce pour cela qu'on ne le lit nulle part, ou presque ?):
- En fait, Sigismond, nouvel Empereur Germanique, et ayant besoin d'argent pour redorer le blason de l'Empire très décadent, aurait tout simplement vendu le titre de duc au comte de Savoie Amédée
VIII !
Pour beaucoup, le titre a été donné au comte de Savoie parce que la Bourgogne (+ la Savoie... ? je ne sais trop, sûrement aussi) a aidé Sigismond (Amédée VIII étant le beau-frère de
Jean-Sans-Peur... ceci expliquant sûrement cela...)
... Dans le doute , bien que je fasse grand'confiance en mon historien (Richard Vaughan), je coupe la poire en 2, et garde les 2 versions... malgré ma réticence !... Car j'en veux - toujours ! - à
Amédée VIII, lequel, avec le Prince d'Orange et le duc de Bourgogne voulurent s'emparer du Dauphiné en 1430.
... J'ai "dévié"... désolée... Mais point ne faut-il me tenter par des liens qui en amènent d'autres dans mon esprit, surtout s'ils touchent l'Histoire !

Le Chevalier Dauphinois 24/08/2013 15:15



 Cette périodes fut importante pour la suprématie des rois et villes. Il est important de l'assimiler, mais j’avoue ne pas avoir le temps pour en comprendre toutes les subtilités. Donc mon
approche n'est que "castrale", mais point chronologique et historique.


  Ce note les anecdotes qui ont fait la vie du château, mais sans replacer l'évènement dans la Grande Histoire du France et d'Europe.



Anne la Dauphinoise 21/08/2013 21:22

Je reviens ici pour votre anecdote qui m'a bien plu : voilà un personnage (le tonton) "droit dans ses bottes"... Quelle conviction !
... Ce temps du Schisme est surprenant. J'aime lire des passages (réels !) à son sujet, tant cela a pu jouer sur la politique des royaumes de ce temps, avec revirements d'alliances à cause de
lui.
... Bon, je m'empêtre toujours un peu dans les noms des papes et anti-papes (surtout quand il y en eut 3 à la fois !), mais ça me plait, de connaître cette implication, plutôt imbrication, du laïc
et du religieux au Moyen-Âge, car c'était la "normalité" de l'époque, qui peut paraître si insensée de nos jours.
... "Ménager la chèvre et le chou" - "composer" - est tout de même ce que j'ai pu déduire de mes lectures, pour les rois et puissants s'entend, mais pour les papes également, me semble t-il...
... L'intransigeance du tonton de votre anecdote est bien loin ! sauf pour certains... Mais point ne connais-je encore bien tous les dessous de ce pan d'Histoire.

Le Chevalier Dauphinois 22/08/2013 11:53



  Point spécialiste de cette curiosité historico-religieuse je suis, maios plusieurs fois avec "mes" châteaux j'ai vu les conséquences des décisions et revirement. La petite histoire locale
a rejoint la grande histoire de France et d'Europe.


  J'ai montré aussi un château appartenant à un Pape "dissident" : Peniscola



Anne la Dauphinoise 17/08/2013 00:48

P laisantes sont vos images, qui montrent bien
O riginale situation, combien
U nique assez, de ce castel antan.
R ecul était là nécessaire, donnant
C raintive sensation, par l'à-pic si près.
H abile choix des seigneurs, c'était :
E ntre deux rivières, sur bel éperon.
Y voit-on même d'icelui ses "jupons"
R avissants, faits de roches basaltiques;
O rgues, sont-elles nommées, à mes yeux magiques -
L eurs semblables ai-je vues dans cette contrée,
L 'une des beautés, par Dame Nature créée -
E n aucun cas, cette "coquetterie" -
S i attirante fut-elle - les ennemis

A utrefois ne la virent, sauf comme barrière
R edoutable, était-ce là, pour eux, misère :
D 'un seul côté ne pouvaient qu'attaquer,
E t, qui plus est, de loin étaient épiés...
C omme il dut faire bon vivre dans ce château
H ors de portée, presque, de tous les maux,
E t si près du ciel ! perché tout là-haut...

V ision certes éphémère de ce vestige.
I l en ressort pourtant certain prestige
V u l'importance de l'ensemble découvert...
A vaient conçu défenses, ses hôtes naguère
R endant côté plateau sécurisé
A vec archères dans tours d'angles percées.
I l est sûr que "d'atours", en eut encore.
S avons-nous les imaginer, alors...
...

N 'étaient proximité et qualité "
O bligatoires" : par cet article créé
T rès inconnu castel s'est "révélé".
A ussi, c'est bonheur l'avoir encontré!

Le Chevalier Dauphinois 17/08/2013 07:54



   Cette ruine oubliée, qui n'a point la chance d'avoir un panneau indicateur, est une des beautés de ce département. Sa situation au bord de ravin est surement la cause de sa
discrétion. Par ce modeste article, j'espère l'avoir un peu ressortie de  sa torpeur.



nath 20/08/2010 00:24


Un vrai nid d'aigle!


Le Chevalier Dauphinois 20/08/2010 08:01



Avec cette roche déchiquetée, avec la végétation sauvage, cette ruine est presque fantomatique. Un régal d'ambiance.