Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:30

 

Département 19 - Corrèze

Le bourg :
   Situation (--> le voir sur une carte)
   Le bourg de Arnac-Pompadour est situé en Limousin à 30km au Nord-Ouest de Brive la Gaillarde et à 15km à l'Ouest de Uzerche.

      Coordonnées du bourg :

45° 23′ 50″ N 1° 22′ 55″ E
 45.397222°  1.381944°


Pourquoi le choix de ce château :

 
    Il y a quelques temps une petite fille m'a dit : "Monsieur, des châteaux pas cassés, ça existe ?".... Surpris je fus.
  "Ben parce que les princesses avec les belles robes, elles ne vivaient pas là !".... Et elle partit sans que je puisse donner une explication.
   Alors, pour cette petite princesse toute de rose vêtue, et pour les grandes derrière leur écran, je vais vous montrer un 
Pas-cassé !
 

Mais lequel ?
  Je n'en ai pas beaucoup vus des "pas cassés", et puis vous connaissez ma verve devant un mur en ruine en opposition à mon silence devant un château parfait. Pour vous plaire, il me faut pourtant en trouver un qui ait appartenu à une grande dame...... Et c'est ainsi que le château de Jeanne Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour vint sur ce blog.
   Certains objecteront : "Messire le chevalier Dauphinois, La Pompadour fut la maîtresse du roi de France Louis XV, donc point médiéval cela est".
    Et je répondrai : "Évidemment, mais en ce lieu au 12ème siècle, Guy de Lastour bâtit une forteresse. Et puis, des murs ayant entendu au 13ème siècle la voix du troubadour Bertrand de Born, n'est ce point romantique pour les princesses ?".
   La cause étant entendue, voici ma tentative de montrer un château "pas cassé".
 

Le château :
       L'extérieur :
         Ne pas voir ce château est impossible, d'abord parce qu'il est imposant, ensuite parce que de nombreux panneaux routiers indiquent la direction, et enfin, étant devenu un haras national, un hippodrome le précède le rendant encore plus imposant (voir la vue satellite).  

Le rempart
    Avec le temps, les murs extérieurs entourant le château ont été détruits ou modifiés adoucissant la forteresse, mais les quelques tours à canon donnent une idée de sa puissance d'antan.
    Voici un plan facilitant la compréhension de cette fortification.

Les bâtiments
   Ce qui est marquant, c'est la rondeur de l'ensemble. Je ne vois aucun angle droit, aucun donjon carré comme dans "mes" autres ruines médiévales. La reconstruction et l'amélioration des défenses ont adouci cet ancêtre.
 
Le châtelet d'entrée
    La partie la plus fragile lors d'une attaque est l'entrée d'un château. Celle-ci a fait l'objet de quelques attentions.
   Il y a d'abord une "sorte de fossé" précédent le bâtiment. Je l'enjambe grâce à un solide pont fixe cimenté.
   Puis, de chaque coté, d'imposantes  tours rondes avec des bouches à feu dissuasives. La porte comporte les classiques ouvertures doubles (une pour les piétons et une pour les véhicules) avec au dessus les fentes des flèches (voir vocabulaire) de 2 ponts-levis.
   La fenêtre au dessus devait être une bretèche, reconvertie récemment en ouverture de confort.

 

Le sas d'entrée

       Le sas d'entrée a perdu son "agressivité" car il est dépourvu de herse, double porte, assommoir. Ce que je suppose être le corps de garde est devenu le guichet. Hélas, les heures de visite sont strictes, et aucune correspond à ma courte présence dans ce bourg. Je me contenterais d'un rapide aperçu.
 
Les bâtiments intérieurs
    Ils sont un compromis entre confort et efficacité défensive. Les impressionnantes tours rondes coiffées encadrent  de hautes courtines  ne comportant aucun angle mort. L'élégant chemin de ronde est équipé de mâchicoulis et de fentes de tir pour arme à feu.
   Ce petit plan vous fera mieux comprendre les bâtiments d'habitation.

 


 Histoire du château :

* Au 11ème siècle, après son retour des croisades, Guy de Lastour fait construire un "château fort".
* Durant la guerre de Cent ans, le château est détruit.
* Au 14ème siècle, le château est reconstruit. 
* Au 15ème siècle, les défenses sont adaptées à l'amélioration de l'armement.
* Au 16ème siècle, Geoffroy de Pompadour, évêque de Périgueux puis de Puy, achète les biens et la Vicomté de Comborn. Les terres sont élevées au rang de Marquisat (voir titres de noblesse).
* Au 16ème siècle, la Marquisat appartient successivement aux Saint Aulaire, Rochechouart puis Hautefort.
* Au début du 18ème siècle, le Marquis de Hautefort, propriétaire du château, meurt sans héritier direct. Une bataille juridique commence entre le Prince de Conti et la Marquise de La Vallière.
* Le Roi de France Louis XV (voir liste des rois) s'approprie le château, les terres et le titre pour les donner à sa favorite :  Madame d'Etiolle qui prit le nom de Marquise de Pompadour.
* En 1751, la Marquise crée un haras au château.
* En 1760, la Marquise de Pompadour se sépare du château et des terres qu'elle n'a pas vraiment habité. Ils retombent dans le patrimoine Royal.
* Vers 1761, Louis XV transforme le haras privé en haras Royal.
* Vers 1792, les révolutionnaires pillent et détruisent le château. Le haras est fermé.
* Vers 1795, Bonaparte rétablit le haras.
* Vers 1815, le haras est nommé : Haras National.
* En 1941, le château est classé aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

 

 
Vers Menu châteaux de la Corrèze

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Limousin : 19 23 87
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 09/06/2015 23:48

Pour le tripot, vaudrait mieux pour moi, même au Moyen-âge : je serais soit dans une mauvaise situation, soit mêlée à une intrigue, soit… « tripotée » !… Ce sont réellement les 3 sens de ce mot dans nostre vieille langue françoise ! (je ne sais pas si le sens actuel de ce mot vient de ces 3 sens mélangés … m’est avis que oui !)

Le Chevalier Dauphinois 10/06/2015 18:01

* M’est avis aussi que oui !

Anne la Dauphinoise 08/06/2015 23:35

Je viens de croiser un seigneur de Pompadour, qui semble être le même que vous mentionnez au XVIe siècle.
Je l’ai encontré au XVe siècle :
Geoffroy de Pompadour fit partie du conseil du roi, dès 1483, pendant la minorité de Charles VIII.
Il était dans le « camp » des princes rebelles avec à leur tête Louis d’Orléans, face à Anne de Beaujeu.
(ça y est : j’ai enfin trouvé un grimoire sur la fille de mon roi préféré !… et qui m’a l’air des plus intéressant. Lorsque j’aurai fini de le lire, j’irai vous en parler « chez » Louis XI, évidemment !)

Le Chevalier Dauphinois 09/06/2015 19:14

* Que lis je ?.... Vous croisez des seigneurs !
* Gente dame vous êtes !.... Mais j'espère que ce n'est point dans quelques tripots à la nuit tombée....hihihi.
* Merci pour cette information. LA Pompadour est si connue qu'elle efface le nom des vrais seigneurs de ce logis.

Anne la Dauphinoise 26/09/2010 19:08


Merci de vérifier, cela m'intéresse. Car j'ai lu que Bertrand de Born aimait la guerre, les combats d'homme à homme (il maudissait les engins de guerre) et qu'il guerroya aux côtés de Richard, et
critiqua son frère Henri le Jeune parce que lui allait tournoyer en France pendant ce temps (puisque les tournois étaient interdits en Angleterre à cette époque) J'en avais donc déduit qu'il était
peut-être plus guerrier que troubadour... il avait aussi le temps de pratiquer ces 2 "arts", l'un n'empêchant pas l'autre à mon avis.


Anne la Dauphinoise 25/09/2010 22:58


Mes 2 dernières lectures se rejoignent un instant à Pompadour:
en 1439, Hélie de Pompadour, conseiller au Parlement, rejoint à Naples les ambassadeurs envoyés par Charles VII auprès du roi René pour convaincre celui-ci d'accorder la trêve qu'Alphonse V, roi
d'Aragon, sollicitait.
Quant à Bertrand de Born, vous m'apprenez qu'il fut à Pompadour à une époque. Je le savais seigneur de Hautefort, un fidèle de Richard, guerrier, et troubadour, à la cour d'Henri II à un moment, ce
qui me déplait un peu... je le sais, la poésie n'a pas de frontières, mais tout de même...( Mathilde, la fille d'Henri II, devait vraiment être charmante - dans les 2 sens du terme -)
Pour sa défense, je sais qu'il ne "mâchait pas ses mots" à l'encontre des 2 rois qui le craignaient pour ses propos justement, et qu'il se rebella et dut subir les foudres de Richard, et les
confiscations de ses biens par là-même. Dante parle même de lui dans sa Divine Comédie (tout cela "récolté" chez J. Favier, encore une fois)
Mais j'ai du mal à m'imaginer ce troubadour déclamer ses vers dans ce château de Pompadour trop "moderne" et trop "carré" dans ses rondeurs... Rien à voir avec Ventadour où l'on peut ressentir la
présence de Bernard de Ventadour lorsqu'on se trouve devant les ruines ... peut-être aussi parce que lui, était troubadour uniquement (?) alors que Bertrand de Born semble avoir été plus guerrier
que troubadour ?


Le Chevalier Dauphinois 26/09/2010 17:56



Pour "Bertrand de Born", je vais vérifier.



Berhed 25/03/2010 13:10


eh eh chevalier vous en savez des choses !

merci d'être descendu de votre monture pour visiter mon blog

il est tres sympa votre blog, un blog de passion comme j'aime

au plaisir de vous revoir chevalier

bien amicalement


Le Chevalier Dauphinois 25/03/2010 19:28


Absolument - Ruines et poussières sont mes compagnes de loisir !