Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 06:30
Le rôle du château dans la France médiévale

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

Résumé :

    « Il n'est pas habituel de traiter dans un même ouvrage des formes du pouvoir, des hommes qui l'exercent et des châteaux où ils résident. L'historien de la société s'est, jusqu'à une époque récente, assez peu intéressé aux bases concrètes du pouvoir des seigneurs et des princes. La fortification elle-même semblait abandonnée aux archéologues...
 
    Dans cette perspective, les châteaux médiévaux apparaissaient, au mieux, comme objet des luttes entre les puissants ou comme cadre de la vie familiale de la seigneurie châtelaine. Les progrès réalisés depuis vingt ans en archéologie médiévale obligent à réviser cette manière de voir et à prendre en compte la diversité de l'implantation des sites et la complexité des relations qu'ils entretiennent avec l'espace qu'ils ont modelé.
 
    C'est vers l'an Mil que se cristallisent les effets d'une crise sociale et politique qui voit à la fois l'affirmation de l'aristocratie et l'affaiblissement des structures étatiques carolingiennes. Dès lors, le XIème siècle connaît, dans tous les domaines, des bouleversements fondamentaux : économiques, démographiques et sociaux. Ils se traduisent par un reclassement des hommes, une mainmise directe de l'aristocratie sur le plat-pays et la mise en dépendance de la masse des hommes libres.
 
    Cet ouvrage tente, en s'appuyant sur le progrès de l'archéologie et de l'histoire sociale, de s'interroger sur les moyens qui ont permis à la société féodale de se mettre en place. C'est dire que l'on s'attache à mettre en évidence le rôle des châteaux, mottes, rocas, donjons..., qui couvrent alors le pays, et à intégrer dans l'analyse de cette "révolution féodale" les apports concrets de l'archéologie médiévale.
 
    C'est pourquoi ce livre se situe dans une perspective nouvelle, celle de montrer qu'il n'y a pas de pouvoir sans châteaux...  »
 
 
Mon avis :
Enfin, la fonction du château expliquée par l'exemple !!!
 
 
     Toutes les illustrations de ce livre sont en 'noir et blanc'.
  Mais est ce important ?....
 
  Ce n'est pas un livre d'image comme  le Larousse des châteaux ou  les châteaux d'Alsace.  Il me fait penser à l'ouvrage sur  le village médiéval. Technique, fouillé, détaillé, innovant, mais plus accessible.
     C'est une véritable étude sur les raisons de construction des mottes castrales qui deviendront des châteaux, de leur fonction et de leur évolution architecturale et politique.  Oui, vous avez bien lu, une analyse politique...... mais pas comme dans vos journaux du 21ème siècle.
     Des graphiques, des plans, des photos aériennes, des enluminures viennent appuyer les démonstrations de l'auteur.
 
     C'est un ouvrage facile à lire, mais avec de nombreux détails et explications qui raviront les plus pointilleux des passionnés.
     Je ne connaissais pas cet auteur ni cet éditeur, et j'avoue que leur sérieux me donne envie de regarder d'un peu plus près leur catalogue.
 
D'ailleurs, je vous abandonne pour faire une recherche sur le WEB.
 
A tout de suite pour un nouveau conseil.
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by le chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 20/12/2015 21:23

Les synthèses ne sont pas mon fort… (comme vous avez pu vous en rendre compte !). Merci d’avoir noté mes omissions.
… Ce livre devrait m’apporter celle qui me manque, de synthèse, sur un sujet qui me passionne : la féodalité et ses règles complexes, surtout dans des contrées où le roi de France est le « souverain suprême » de droit, mais pas de fait (ou, à l’inverse, le cas du Dauphiné, par exemple, où le roi fut le souverain suprême de fait et non de droit… notre souverain fut l’empereur Germanique (de droit) pendant longtemps ! Au fil du temps, et au gré de mes lectures, je retrouve cette ambigüité notée dans moult de mes grimoires, et cela me plait, car, en extrapolant, on arrive à des situations assez cocasses ! – situations qui ne furent d’aucune conséquence parce que justement l’état de fait primait sur l’état de droit).
… Il va me falloir acquérir ce grimoire, vraiment.

Le Chevalier Dauphinois 23/12/2015 17:59

* J'en ai un autre dans les cartons (au fond de ma pile..... de cartons bien sur).
* Il va falloir que je le retrouve et que j'en face la description rapide sur le blog.
* Il me faut aussi relire un Duby et un Le Goff.... Donc, nous allons nous parfaire sur les relations complexes de cette époque.

Anne la Dauphinoise 17/12/2015 18:53

N’ayant toujours pas acquis (ni lu) le livre que vous mentionnez, je vous livre ce que j’avais retenu de la lecture de l’un de mes grimoires, concernant, il semblerait, un peu le même sujet.
… Bien sûr, l’étude que j’ai lue fait référence au Dauphiné, mais je suppose qu’il en fut de même dans le royaume de France et dans les principautés avoisinantes.

… Le château put s’ériger un peu partout parce qu’il n’y avait pas de pouvoir assez fort pour empêcher sa construction, dans une période où la souveraineté royale ou princière s’était affaiblie (vers le Xe siècle).

… Bien sûr, seuls les plus riches des personnages d’une contrée pouvaient se permettre ce genre de chose… sur lesquels personnages, dans le cas du Dauphiné par exemple, le Dauphin s’appuya ensuite pour asseoir son autorité.

… En construisant des châteaux sur leurs terres - qui étaient des alleus et qu’ils agrandirent souvent par usurpation… le plus fort gagne toujours contre le plus faible ! - les seigneurs s’emparèrent d’une partie de l’autorité publique en s’emparant du ban qui relevait de ces terres, personne n’étant face à eux pour les contrecarrer.

… Et ainsi, la coutume (de se plier à l’autorité du seigneur local) remplaça l’autorité du souverain.

… Puis, les riches seigneurs, à un moment de l’Histoire, préférèrent rendre hommage à un seigneur devenu plus puissant qu’eux, car, ce-faisant, ils bénéficiaient de moult d’exemptions qui les arrangeaient bien (vers le XIIe ou XIIIe siècle, je crois).
Les alleus se transformèrent en fiefs, parce que les seigneurs les remirent (vendirent) à leur « supérieur en puissance » (qui leur redonna aussitôt en fief) pour bénéficier alors des exemptions et privilèges qui en découlaient, et aussi pour être protégés.

… C’est ce que j’ai compris, très schématisé, bien entendu, de la lecture de mon grimoire.
Le vôtre, si vous vous en souvenez (peut-être l’avez-vous relu.. ?) parle t-il de la même chose ? Et suis-je dans la vérité ?
(mes réfs : « Dauphiné-France – De la principauté indépendante à la Province (XIIe XVIIIe siècles)» - Vital Chomel - Collectif - La Pierre & l’Ecrit - 1999)

Le Chevalier Dauphinois 20/12/2015 17:29

*** Je n'ai point relu ce livre. D'ailleurs il faudra que je le fasse avec mes nouvelles connaissances sur les châteaux.
*** Il me semble que la vie dans le château et les besoins de réparation ou d'agrandissement sont aussi abordés.
* Votre approche est correcte mais il y a "omission" de quelques cas :
-1- Les villes franches ou les cités ayant acheté leur liberté. Ainsi, point d’allégeance... Mais parfois problème avec un seigneur proche.
-2- Les vassaux n'acceptant pas le revirement de l'autorité supérieure (par exemple après le mariage d'Aliénore d'Aquitaine quémandant l'obéissance au Roi d'Angleterre, ou les guerres de Religion avec le choix Protestant pour un vassal Catholique, etc...).
-3- Et surtout, les terres appartenant aux évêques données ou vendues.... donc vassaux ou pas.
*** D'ailleurs ce respect religieux et la lutte de richesse/pouvoir sont souvent problèmes de territoire.
* Mais je ne suis point expert en ces sujets. J'ai simplement des morceaux d’histoire différente dans les châteaux que je visite.

Anne la Dauphinoise 02/04/2015 13:56

Je n’avais pas prêté attention à ce livre… Et pourtant, il me semble qu’il devrait me passionner.
Cela m’a fait penser à des articles lus dans mes « livres magiques » (La Pierre & l’Ecrit) sur notre Dauphiné. Je crois me souvenir qu’il est question de cette « interrogation » : le pourquoi des castels forts à une époque… la naissance de l’Etat féodal…
Je pense que je vais quérir ce livre pour confronter les idées des différents auteurs.
Si je le fais, je reviendrai vous en parler, pour sûr !

Le Chevalier Dauphinois 02/04/2015 18:37

* Cela fait bien longtemps que je n'ai pas remis le nez dans ce livre.
* Ceci est une erreur "grave" qu'il me faudra combler rapidement.
* Je pressens qu'avec les beaux jours, après une randonnée en montagne, je le relirais avec plaisir allongé dans l'herbe ou sur une moelleuse couverture.

honorius 12/08/2006 17:57

un bon livre ! Amitiés du vieux sorcier

le chevalier du 38 12/08/2006 21:06

Bonsoir messire...... C'est toujours un immense honneur de voir votre passage sur mon modeste blog..... A bientôt  "vieux sorcier."