Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 09:00

 En cliquant sur l'image, vous pouvez trouver les coordonnées complètes de ce livre sur des sites que je vous propose.

 

Résumé :


« La Messénie fut l'une des régions du Péloponnèse à rester latine pendant plus de deux cents ans, du XIIIe siècle au milieu du XVe. De nombreuses forteresses y furent construites alors, mais la plupart sont aujourd'hui méconnues et en ruines. Or ces châteaux oubliés méritent notre attention...
   Le présent ouvrage fait découvrir ces lieux fortifiés par une approche originale, fondée sur la topographie, le lexique, l'histoire et la castellologie. Les décrire, reconstituer leur histoire, tout cela contribue à réhabiliter le patrimoine de la Messénie médiévale.

  L'exemple messénien illustre aussi ce qu'est la fonction essentielle du château sous la Francocratie: Un lieu de pouvoir militaire et de prospérité économique plus qu'un lieu de vie.» 
 
 
 
Mon avis : 
La Grèce autrement !!!!!
 
  La Grèce, ce n'est pas que les merveilleuses ruines âgées de 5000 ans que l'on visite en car climatisé au mois d'Août.....
       Oui, il existe des châteaux médiévaux en Grèce.
       Oui, il existe un livre écrit en Français sur des ruines d'un lointain pays.
  Plusieurs sujets sont abordés dans cet ouvrage technique mais simple :
     * L'architecture de certaines ruines,
     * La toponymie des lieus,
     * L'histoire,
     * L'équilibre fragile entre sécurité, compromis et économie....
 
- Ce livre n'est pas un dictionnaire des ruines médiévales comme je vous en décrits parfois (clic ici).
- Les photos sont rares et en noir et blanc (contrairement au Larousse),
- Les châteaux  ressemblent plus à un amas de 3 cailloux comme je les aime (clic ici) qu'à un beau château de princesse (clic ici).
 
   Ce n'est pas une histoire "romancée" comme peut l'écrire Régine Pernoud (que j'apprécie d'ailleurs). Cet ouvrage est un vrai travail de scientifique sur un pan de l'histoire que nous ne connaissons pas, et un peu oublié de nos manuels scolaires et des guides touristiques. Bien qu'écrit pas un scientifique, ce livre a une approche simple et compréhensible.
Un exemple de livre médiéval trop rare, que je recommande. 
 

Vous ai je convaincu ?

 

    Si la réponse est OUI, je vous propose un voyage ensemble dans ce beau pays, je fournis les glaces, le livre et la visite guidée, et vous.... la crème solaire car j'ai la peau fragile.

Quand partons nous ?
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans LIVRES sur l'époque médiévale
commenter cet article

commentaires

Pierrote 16/11/2016 13:32

Ce que j’ai surtout voulu dire, et qui répond en partie aux 2 questions de votre dernière réponse, est que je pense que tous les castellologues ont le même vocabulaire : comme l’on dit : « Il faut appeler un chat un chat »… si l’on veut être précis et compris !
… Ce qui revient à dire, pour ce grimoire et pour ma part, que si je ne suivais pas votre blog depuis longtemps et si je n’avais pas assimilé le vocabulaire spécifique à l’architecture des castels (ou une bonne partie, pour être plus exacte), je ne comprendrais pas grand chose à ce livre… et je suppose qu’il ne m’aurait point intéressée !

Pour ce qui est d’avoir la même vision, je ne sais mie répondre : d’un côté je réponds oui, car des murs d’enceinte, par exemple, restent des murs d’enceinte.
… C’est pourquoi j’avais écrit dans mon 1er commentaire, que je vous voyais bien à la place de l’auteur du grimoire.
… Mais cette vision n’est pas transmise de la même manière suivant les yeux qui mirent les ruines… Et là est toute la différence…

L’auteur de ce grimoire est très « universitaire » dans ses descriptions.
... Il m’a manqué toute l’émotion d’une « trouvaille » qui caractérise vos articles ! (je sais bien que le but recherché par l’auteur n’est point le même que le vôtre… enfin, pas exactement le même).
… Il faut dire aussi qu’elle n’est pas « à la fête » non plus : ses ruines, il lui faut déjà les chercher et trouver leur emplacement, pour certaines. Quelle misère ! Personne - ou il y a si longtemps que ce n’est pas exact, souvent - n’en a parlé ou presque : elle part avec un gros désavantage, plutôt handicap ! (par rapport à vous qui avez votre « dictionnaire magique », déjà, et nos cartes de l’IGN, je suppose, pour repérer le lieu exact des ruines).
… J’ai trouvé très malheureux que dans ce Pays l’on ait à ce point oublié tant de castels, au point qu’ils sont carrément introuvables maintenant…

Ce livre est d’abord une explication des noms des castels. Très intéressant… pour qui aime savoir l’origine des mots.
… Puis il y a une petite partie Histoire, que j’ai été heureuse de lire, car elle débute avec les Villehardouin, neveu et descendants du chroniqueur Geoffroy de Villehardouin.

Ensuite, nous partons, avec l’auteur, à la recherche des castels :
Le titre annonce qu’ils sont oubliés, mais à ce point pour certains, c’est difficile à croire !
- Certains sont connus (par des textes) mais à peine repérés, ou pas du tout même, sur les cartes… Ce qui m’a paru incroyable, ou plutôt inconcevable !
- Certains autres sont à peine mentionnés dans les textes et sont visibles, ou moins, cela dépend.
- Certains, enfin, sont repérables et connus par des textes, mais il m’a semblé qu’ils étaient peu nombreux… ? (c’est peut-être une impression, parce que l’auteur a eu tant de difficultés parfois, sinon souvent, à repérer les castels qu’elle cherchait… ?).

Puis, nous avons la description des ruines trouvées ou retrouvées : cela rapporte à mon commentaire précédent et au début de celui-ci ; je me suis retrouvée – presque – en « pays conquis » !

…Un bémol : toutes les photos sont en noir et blanc (ce qui ne me gêne mie, en soi), et ici, à mes yeux, cela ne permet pas d’apprécier les ruines à leur juste valeur.

Ma conclusion :

Lisant ce grimoire, je me suis rendue compte de notre chance inouïe, en France, d’avoir eu, et d’avoir encore, des personnes qui se sont intéressées à ce sujet (bâtis du Moyen-Âge, dans le cas présent) pour nous transmettre l’étendue de nos richesses.
… Je pense déjà à Mérimée et sa base, à M. Salch et son « dictionnaire magique » - votre livre de chevet ! – aux personnes de l’IGN… et avant eux aux merveilleux Cassini dont les cartes me font toujours rêver !… Et, de nos jours, je pense notamment à un Chevalier, Dauphinois de surcroît, qui nous offre ses découvertes et nous transmet son savoir à leur sujet !

… J’espère que je vous aurai donné l’envie de (re)lire ce livre, Chevalier !!!…
Voilà que les rôles sont inversés !… sauf que je sais bien que la concision n’est point mon fort ! Pas moyen de « faire court » lorsque je parle d’Histoire ou de ruines ou de grimoires lus !… Vous me pardonnerez, je l’espère…

NB : je n’ai mie eu le temps encore de comparer les noms de castels de ce grimoire à ceux encontrés chez le chroniqueur Geoffroy de Villehardouin. Mais, apparemment, ceux cités dans ce grimoire sont plus récents. L’auteur parle du neveu de Villehardouin, et de sa descendance, à propos de certains castels, mais pas de Villehardouin lui-même. Mais, dès que j’ai le temps, je vais essayer de voir.

Le Chevalier Dauphinois 20/11/2016 17:45

* Étant encore très jeune (800 ans, c'est la force de l'âge d'un Dauphinois Chevalier) il est fort probable que croisade en ces terres je fasse un jour.
* Si le projet se construit, je relirai avec annotation cet ouvrage.
* Mais j'ai tant à faire, tant à lire, tant à visiter, tant à photographier en nostre Royaume que je pressens que je ne vais pas ré-ouvrir ce livre de suite.
* Par contre, je me suis abreuvé de chaque mot de votre longue prose. J'i eu l'impression de le lire une deuxième fois.
* Merci, MA Pierrote de mon Dauphiné. J'ai plaisir à vous lire et à vous relire (si, si, ceci (et ce si) est vrai).
* Même si parfois je vous titille (en ne vous révélant pas tout), même si parfois je réponds (volontairement) à coté de vos propos, vos mots sur mon blog me plaisent et me motivent à écrire des articles, à montrer autrement, à changer parfois de style.

Pierrote 17/05/2016 21:51

J’ai acquis ce grimoire il n’y a que quelques temps, en fait.
Je suis en train de le lire, mais, je voulais de suite vous rassurer ( ! ) :
… Point de courroux vous aurez de ma part !
…Vu que je n’ai pas fini sa lecture, je ne vais pas encore vous dire ce que j’en pense, mais il me plait.
… J’en suis arrivée aux descriptions des ruines, et là, j’ai presque cru me retrouver dans votre blog avec ces descriptions.
… Comme je vous aurais bien vu à la place de cette femme qui est allée à la recherche de ruines vraiment « perdues dans les errances du temps » ! (pour le coup, votre expression est on ne peut plus à propos, ici), et qui nous les explique.
… Me reste à finir de lire ce grimoire, puis, à comparer ce que je pourrai avec ce qu’a pu décrire Geoffroy de Villehardouin.
… Et je reviendrai… je ne sais quand encore.

Le Chevalier Dauphinois 18/05/2016 19:47

* Heureux je suis que mon conseil soit un bon choix.
* Suite à votre remarque, la question est :
- 1 - Ai je le vocabulaire de mes livres ?
ou
- 2 - Tous les castellologues (amateurs ou pros) ont ils la même vision avec les mêmes mots ?
* Point la réponse j'ai, mais l'important est de transmettre la passion et de montrer la beauté de notre passé (ceci est ma philosophie).

Anne la Dauphinoise 09/08/2015 13:56

En fait, je vais acquérir ce grimoire, et non pas l’emprunter.
La raison : je vais pouvoir faire un lien entre ce grimoire et celui de Geoffroy de Villehardouin - « La conquête de Constantinople » - (et me replonger ainsi dans notre vieux-françois par la même occasion !).

… Je viens de le reprendre « en diagonale », et j’ai retrouvé quelques noms de castels de cette contrée.
… Mais il faudrait que je le relise entièrement ou presque, pour y retrouver tous les noms qu’il a pu noter… et les retrouver également sur une carte !… qui j’espère existe dans le grimoire que vous nous conseillez ; et être sûre que ces noms de villes ou castels sont bien situés en Messénie.
… Il me sera plus aisé d’avoir des noms et les rechercher dans mon propre grimoire. Surtout que Villehardouin cite les noms des villes comme elles étaient appelées en son temps (mais il y a des notes du traducteur qui me seront très utiles pour ce genre de choses).
… Et puis, je pourrai ainsi voir s’il n’y a pas d’inexactitudes chez ce chroniqueur (je pense qui si, car déjà le traducteur en cite…)
… Je reviendrai donc ici un jour.
… Merci déjà à vous, car j’aime faire ces liens : soit entre mes lectures et vos castels, soit entre mes lectures et les vôtres (celles que vous conseillez dans votre bibliothèque médiévale, bien sûr).
… Je pressens que ce grimoire va compléter le mien… ou vice-versa !…

Le Chevalier Dauphinois 16/08/2015 11:34

* Diantre !... Acheter ce livre vous allez.
* Peur j'ai de vous décevoir !
* Imaginons qu'il ne soit pas comme j'ai cru le lire.
* Imaginons que... heu... mon imagination fut plus importante que la réalité des proses dans cet ouvrage.
* Et voila que je tremble déjà pour votre possible courroux..... Diantre, point facile il est d'être un Chevalier au service des mots et même des maux.

Anne la Dauphinoise 06/08/2015 21:53

En fait, et en fouillant dans ma mémoire, je dois connaître, peut-être bien, quelques castels de cette contrée, quelques noms de castels, du moins (peut-être… et avec un peu de chance des descriptions, qui sait, les montrant au début du XIIIe siècle) :
Va falloir me replonger dans les écrits de Villehardouin (« La conquête de Constantinople ») lors de la 4e croisade, à laquelle il participa en tant que chevalier Champenois.
Il « hérita » de terres (il fut Prince de Morée, si je me souviens bien) en « Grèce actuelle », et d’autres chevaliers également : mais là, la géographie me fait un tant défaut… Je dois me replonger dans ses textes, et je reviendrai peut-être ici.

Le Chevalier Dauphinois 14/08/2015 20:46

* Je me suis abreuvé de ce livre il y a plusieurs années.
* L'article date de cette époque.
* Curieusement, en redécouvrant mon article, j'avais la sensation de ne pas avoir lu ce livre.
* Donc, il me faudra un jour le ressortir des cartons.
* J'attends que vous le lisiez pour avoir votre vision... puis je le dévorerai avec "vos yeux".... disons, un regard différent.

Anne la Dauphinoise 03/08/2015 22:26

Bon, je suis un tant à la bourre pour vous répondre : « de suite ! »
Tant pis !
Mais, du moins, j’aurai appris quelque chose aujourd’hui. Complètement inconnus de moi, les médiévaux castels de cette contrée. Merci de nous avoir révélé cette « info ».
Je vais essayer de me procurer ce grimoire dans une bibliothèque.

PS : pour les exemples que vous donnez, le castel d’Arques me paraît moult guerrier pour une princesse, non ? Ce donjon si austère… (mais il me plait beaucoup ainsi, sauf les fenêtres « ciselées » : elles jurent dans ce cadre. Mais ce n’est que mon avis : je les aurais préférées simples).
En revanche, j’apprécie votre autre exemple de 3 pierres debout !

Le Chevalier Dauphinois 05/08/2015 19:11

* Lorsqu'il y a une brocante ou un vide grenier, je tente souvent d'y passer... Rapidement.
* Mon but est de voir les bouquinistes, point les autres articles et camelots.
* Lorsque je suis proche d'un village du livre, je fais le détour pour profiter de cette aubaine.
* C'est ainsi que je me procure ce style de livre.
** Ma bibliothèque lentement ce construit d'ouvrages peu connus, peu publiés et même oubliés.
* Je ne sais pas encore si je ferai le voyage jusqu'à cette région, mais... je suis prêt !