Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 02:00

 

    La description architecturale de l'incroyable château de Rochechinard est ICI.

 

Département :   26 - DROME

 
Historique du château :

* Vers 1174, un certain Guillaume de Rocha Chinard est cité dans une charte de témoignage du don au monastère de Léoncel d'une terre par le seigneur du Royans. Il n'y a aucune allusion à un château, mais il semble logique qu'une fortification puisse exister en ce lieu.
* En 1250 (ou 1275 suivant les textes), Arnaud Guélin est seigneur de Rochechinard
* Vers 1290, Arnaud décède. Suite à un accord passé avec le Dauphin Guigues VII  (voir liste des Dauphins), ses terres et son château sont intégrés aux propriétés Delphinales.
* Durant 67 ans, le territoire de Rochechinard fait parti de la seigneurie de Saint Nazaire en Royans  petit bourg à quelques km au Nord. La fortification n'a pas le statut de château mais de maison forte.
* En 1318, Jean III, Comte d'Albon (voir ce château) Dauphin du Viennois, donne la seigneurie à Girin Courtet (ou Curtet) pour ses bons et loyaux services.
* En 1340, Girin Courtet vend château et terres à Aymard Alleman, seigneur de Beauvoir (--> voir son château sur une carte). Le château de Rochechinard est restauré puis agrandi.
* En 1367,  les familles nommées Alleman sont nombreuses dans la province, celle habitant le château prend le nom de : "Alleman de Rochechinard". Elle le gardera jusqu'en 1547.
* En 1483, selon la légende, un prince Turc nommé "Zizim", fils de Mehmet II et frère de "Bajazet" 10ème sultan de l'empire Ottoman, y aurait vécu "prisonnier". La réalité est un peu différente. Je vous décrirais la vie de ce personnage prochainement.
* Vers 1547, Gabriel Alleman, seigneur de Demptézieu, vend le château à "un roturier" nommé : Charles Mosnier. Dans certain texte il a pour profession "Sergent d'armes" et dans d'autres "maître de la Monnaie de Romans sur Isère".
* En 1572, les guerres de religion engendrent des batailles qui détruisent de nombreux châteaux en Dauphiné. Le Royans, presque entièrement Huguenot, est en conflit avec le gouverneur de la province.
* En 1574, Claude Mosnier, seigneur de Rochechinard est un catholique fidèle au Roi de France (voir liste des rois). Pressentant une attaque prochaine, il demande une aide à François Bourbon, Gouverneur du Dauphiné. Il obtient 10 soldats pour défendre son château.
* Vers 1578, il semble que le château possède (durant une courte période) une garnison de 40 défenseurs (un défenseur est souvent un paysan peu expert en arme).
* Vers 1579 (?), Claude Mosnier, seigneur de Rochechinard, tente de protéger les alentours. La population catholique de Saint Nazaire en Royans se réfugient au château. Hélas durant une bataille, Ronan Mosnier, le fils du seigneur de Rochechinard, est fait prisonnier par les protestants.
* Vers 1580 (?), Ronan est libéré contre une forte rançon payée par la ville de Romans sur Isère (?).
* En 1586, un important assaut est lancé par les Protestants contre le château. Il est repoussé grâce à un courage exemplaire des défenseurs.
* En 1588, il semble qu'il reste encore 30 défenseurs dans le château.
* En 1598, le 13 avril Henri IV (voir liste des rois) promulgue l'Edit de Nantes. Les guerres de religions cessent, et le "château-refuge va pouvoir panser ses plaies".
* Vers 1599, 2 des 10 enfants de Claude Mosnier habitent au château de Rochechinard. Les guerres ayant ruinés le pays, peu de réparations sont effectuées sur le château. Le confort de ce "nouveau siècle" est incompatible avec une forteresse médiévale construits sur un rocher. Conséquence : Le château est peu entretenu.
* En 1673, ces 2 enfants meurent sans héritiers. Alphonse Mosnier, nouveau propriétaire du château,  fait réaliser un inventaire. Les bâtiments sont en mauvais état.
* A partir de 1682, Alphonse II Mosnier, capitaine de cavalerie, fait réaliser dans le château quelques réfections et surtout des décorations dans la chambre.
* En 1690, âgé de 30 ans Alphonse Mosnier meurt au siège de Huningue. Sa veuve (Madeleine du Vivier) ne continue pas les travaux car elle est couverte de dettes.
* Vers 1695 (?), Madeleine épouse Pierre Duchon, conseiller aux compte du Dauphiné. Il semble que quelques travaux de toiture soient réalisés.
* Vers 1699 (?), un maçon est nommé pour réaliser une expertise du château. Son rapport est stupéfiants : fenêtres, planchers, portes, cheminées et aussi les toitures sont dans un état lamentable, même les tapis sont troués, les meubles bancals et la vaisselle dépareillée . Les murs extérieurs, pourtant si épais, sont "peu solides", et la tour occidentale n'est pas en bon état. Devant un tel bilan, les nouveaux héritiers décident de ne pas entretenir ni consolider ce château.
* Le 10 février 1699, pour 78 000 livres, Marguerite Mosnier vend la seigneurie à Félicien de Marcoux,  ancien premier consul de Romans sur Isère.
* En 1740, le domaine appartient à Charles Gabriel Justin de Barral, conseiller au parlement de Grenoble. Le château n'est plus habité.
* En 1760, la carte de Cassini faisant la liste des châteaux du Royaume décrit une ruine à Rochechinard.
* Les années qui suivent sont un calvaire pour cette ancienne forteresse. Elle devient une romantique ruine, sert un peu de carrière de pierres, et son territoire est morcelé par de nombreuses ventes.
* A la fin du 20ème siècle, un petit musée est créé proche du château, un "son et lumière" tente de faire revivre ce lieu, hélas sans succès.
* Jusqu'en 2008, la découverte est libre et gratuite, mais dangereuse à cause d'un sol glissant, des marches instables, des pierres peu scellées.
* Vers 2008, un particulier achète la ruine avec comme but : Lui redonner vie.
* Depuis fin 2008, des travaux de consolidation sont entrepris. La visite est maintenant impossible.... L'histoire de ce château n'est peut être pas terminée.

 

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Dauphiné : 05 26 38
commenter cet article

commentaires

CHEVALEYRE 07/09/2012 23:07

Oui j'ai lu le livre de J.M. CHEVRIER. je j'ai trouvé un peu "bref"; je suis restée sur ma faim..Savez-vous qu'un film de 52 mn a été réalisé par Fabian da COSTA , sur Rochechinard? où il parle de
Zizim.
Quant à moi je m'intéresse maintenant au séjour de Zizim en Savoie, aux Echelles, car un de mes ascendants, Pietro de BRINCATO en est originaire. Il a émigré à Malte, à Gudja , non loin de Santi,
une des terres de Zizim à Malte ( il avait aussi les terres de Gharghur )
Vaste programme, mais ô combien merveilleux...

Le Chevalier Dauphinois 08/09/2012 21:45



   Actuellement, je suis dans ma période rédactionnelle de Charente Maritime. Lorsque ce département sera complet, je vous promets de rechercher mes notes puis de vous les faire
parvenir.


  Elles ne seront pas novatrices, mais peut être que la période Savoyarde puis Dauphinoise vous confirmeront quelques détails.



CHEVALEYRE 04/09/2012 23:31

je suis réellement une descendante de Zizim!!par Antonia Santu qui a eu des enfants illégitimes avec Nicolas SAYD ( 1505-1536),fils de Pierre Mehmed SAYD dit Murad ( 1475-1522)lui-même fils de Djem
SAYD né à Andrinople Palace en 1459 - décédé en 1495 à Naples, et époux de Hélena dei Conti ORSINI . Antonia était une esclave qui a été librée à la mort de Nicolas. Ils firent souche à Gharghur,
Malte. Elle prit le nom de SANTU, village d'une des nombreuses résidences de Nicolas sur Malte.
Les SANT sont les ascendants des fammilles comtes SANT et FOURNIER. Le monde est petit.....

Le Chevalier Dauphinois 28/07/2015 20:41

* Chaque jour j'appends, et chaque visiteur m'informe..... Donc, je vous remercie pour votre commentaire.
* Il me semble avoir lu une prose (un résumé ?) sur ces 3 tomes, mais je n'en ai pas gardé le souvenir.
* Il est vrai que je ne lis que rarement des romans ou des histoires romancées. Je crains toujours de ne pas distinguer la vérité de la fiction.
* "Zizim" a donné lieu a de nombreux délires, certains même écrits par des historiens.
* Je me suis rendu dans 4 châteaux ou sites l'ayant hébergé. Je n'ai décrit que celui de la Drôme... Mais un jour, ils seront tous visibles.
* Je comprends votre intérêt pour ce personnage : Un prince, une errance, un trône perdu, un charme d'orient.
* Plusieurs damoiselles de son siècle ont aussi été séduites (puis conquises) par ce personnage.
* Peut être qu'en décrivant son dernier château, je ferai un petit article sur les anecdotes et les grands moments de sa vie.

Menoldine 28/07/2015 19:24

Je ne vous apprends sans doute rien, mais je suis actuellement en train de lire "le chant des sorcières" de Mireille Calmel.(3 volumes dans la collection Pocket). Le prince Djem en est un personnage important. C'est bien sûr très romancé et je sais que Mireille Calmel est controversée .Mais je ne peux m'empêcher de transmettre l'information...
Bien cordialement,
Michèle

Le Chevalier Dauphinois 05/09/2012 21:49



  Récemment, j'ai pu lire rapidement à la bibliothèque le livre de Jean Marie Chevrier. Peut être le connaissez vous ? http://www.albin-michel.fr/Zizim-ou-l-epopee-tragique-et-derisoire-d-un-prince-ottoman-EAN=9782226064103



CHEVALEYRE 04/09/2012 09:24

je serais intéressée par vos connaissances sur la résidence de Zizim à Rochechinard.
Je suis une des nombreuses descendantes de cet homme, et je cherche à retracer son parcours en terre de France.
Cordialement.
Eve

Le Chevalier Dauphinois 04/09/2012 22:06



  Heureux je suis qu'une descendante de ce personnage si sympathique soit venue sur mon modeste blog poussiéreux. J'espère que votre belle robe n'a point été tâchée par mes vieilles ruines.



   Depuis que j'ai découvert l'incroyable château de Rochechinard, je cherche aussi les traces de "Zizim". Je vais certainement narrer quelques morceaux de son incroyable vie dans ce
blog. Mais faire la synthèse de mes notes ne va pas être simple... Accepterez vous d'attendre un peu ?.



Anne la Dauphinoise 02/07/2012 00:27

Puisque point ne retrouvez votre classeur sur le prince Zizim/Djem, je m'en vais aller querre le livre de Messire Caron.
Grâce à vous je vais découvrir un nouvel auteur pour moi et je trouverai peut-être dans ce livre ce que je cherche: va t-il me livrer la réponse que j'attends, à savoir : ai-je bien lu la vérité
dans mon livre sur la fin et même "l'après-fin" de ce prince, ce qui me tient à coeur, car il est notamment question d'un Dauphinois auquel je tiens, celui-ci ayant été proche de Louis XI.
... Et tant désolée d'avoir écrit une fausse information au sujet de Charles Alleman. Je bats ma coulpe...

Le Chevalier Dauphinois 02/07/2012 12:40



  Un grand nombre de mes projets rédactionnels se retrouve décalé. Zizim, les Templiers, Jeanne d'Arc, la croisade des Albigeois sont rejetés au 22ème siècle (environ).


  J'ai photographié tant de ruines, d'églises fortifiées et de châteaux forts (plus de 3000) que je ne vais consacrer mon blog qu'à ce thème (avec quelques incursions pour des
articles sur les livres et les légendes).


  De plus, j'ai une autre passion qui me dévore du temps : La montagne. Il va falloir que je montre les beautés des Alpes, de ses paysages, de sa flore et sa faune. Si j'ouvre un autre blog
sur ce sujet, il ne me restera plus de temps pour...dormir et manger.


.... Donc j'allège (à regret) un peu mes projets.



caron maurice 27/01/2012 19:31

Merci de votre réponse rapide.
Cependant, Monsieur le chevalier, je ne résiste pas au plaisir de vous gratifier (en exclusivité), afin de parfaire vos connaissances, d'un court extrait de mon livre. Voici :

La tour, élevée par Guy de Blanchefort à l’intérieur des murs de la commanderie, est affublée par les Français de l’exécrable nom de « tour Zizim », surnom toujours attribué au prince par les
chevaliers lorsqu’ils parlent entre eux de mon maître. Un jour, je m’enquis auprès de mon contact pour en connaître la raison. Voici quelle fut sa réponse :
— Présent au palais à Rhodes lors d’une conférence entre le prince et le magistère, notre vice-chancelier, le Flamand Guillaume Caoursin, notait l’entretien. Il entend le grand maître dire au
sultan, dans la langue la plus usitée sur l’île, le latin : « Zyzymi ad Magistrum verba ; responsio Magistri.» Or, de toute évidence, Caoursin « croit » alors avoir entendu le nom de Zyzimi que
notre grand maître ne peut avoir prononcé. Peut-être tout au plus le magistère a-t-il dit « Djemschid », honorant Djem d’un des titres du sultan. Depuis, par raillerie sans doute, mes frères les
chevaliers plaisantent ou se moquent en appelant ton maître Zizim.
Pour info, cette variante est authentique.
Mes respects, sire.

Le Chevalier Dauphinois 28/01/2012 19:48



Voila quelques informations qui me font mieux connaître la vie de ce personnage un peu oublié de l'histoire. Pourtant sa vie fut un vrai roman.