Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 06:30

 

Département :   32 - GERS

  

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La petite commune de Lasseube-Propre est située à 80km à l'Ouest de Toulouse, à 65km au Nord-Est de Tarbes et à 10km au Sud de Auch.

  Coordonnées du bourg :

43° 34′ 32″ N 0° 34′ 26″ E
 43.575556°  0.573889°

 

Le château :

   L'extérieur :

L'approche

    Ce petit bourg est un village-rue perché sur une colline qui aurait été fortifié. Des fortifications, il ne reste rien excepté un vestige qui est le but de ma visite.
   Il est impossible de ne pas voir le vestige médiéval. En arrivant, c'est le premier que l'on rencontre. Regardez, il est là.    

 

La découverte

   Ce n'est pas un puissant château comme je vous en montre parfois, mais les vestiges d'une ancienne tour que beaucoup qualifient de donjon (voir vocabulaire). Il me faut continuer d'avancer pour mieux comprendre.

 

Une tour

   Ce vestige est une tour à base rectangulaire de 7m x 8m. L'ouverture inférieure n'est évidemment pas l'entrée médiévale qui devait logiquement se trouver à 7m du sol. C'est une porte créée au 19ème ou 20ème siècle pour utiliser cet ancêtre comme cabane de stockage. Le mur semble épais, supérieur à 1mètre.

 

   Ce qui surprend c'est l'usure importante des pierres (du calcaire certainement) ainsi que la diversité de leurs dimensions. A certains niveaux la taille est très petite. Type d'architecture que je ne m'explique pas, excepté si l'on admet que ce château a été construit avec peu de moyen. Ce doit être le cas, car cette ruine n'était pas l'habitat d'un puissant seigneur.

Avez vous remarqué l'épaisseur importante des joints entre chaque pierre ?

Surprenant, n'est il pas  !

 

Questionnement

  La végétation grimpante colonise cette tour, mais il est possible de voir une ouverture en partie supérieure.

Est ce une ancienne archère (je doute car l'ouverture est grande) ?

Ou l'entrée médiévale (possible vue sa position) ?

...Mystère !...

   Pour découvrir ce secret, il faut entrer.

 

    L'intérieur :

       Hélas, la tour est privée, la porte est fermée et point de châtelain pour me la faire visiter.
  Un habitant, surpris de voir un touriste dans son village, me donne quelques détails :

* La salle basse ne comporte aucune ouverture ni puits de lumière dans les murs.

* Avant le percement de la porte basse, on ne pouvait y accéder que par un orifice sous la voûte (je vous en avais montré un dans le village de Molèdes dans le Cantal).

* Mon guide m'affirme qu'il n'a jamais vu d'archère dans les murs. 

    Je prends congé de l'aimable autochtone et de la tour. Mmais avant de quitter un vestige médiéval... Que fais je toujours ?

   Je savoure le panorama.

 

 

 Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, un petit village fortifié semble exister en ce lieu.
* Vers 1265, plusieurs chevaliers vivent dans l'enceinte (source Cursente).
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. L'intérieur est interdit au public.

 

  Cliquez pour voir le menu des châteaux forts du Gers Vers Menu châteaux dans le Gers

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gascogne : 32 47
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 20/02/2013 22:13

Votre remarque sur les joints ici m'a rappelé une anecdote que j'ai lue à ce sujet.
Bien sûr, vous devez déjà connaître ce que j'ai lu, mais pour moi qui ai encore beaucoup à apprendre, cela m'a fait comprendre comment un joint trop large pouvait se révéler tant dangereux, avec un
exemple on ne plus plus concret et qui m'a surprise :
... Au siège de Bressuire, en 1371, pour escalader les murs après avoir passé le fossé, Du Guesclin enjoignit à ses hommes de trouver n'importe quel moyen pour atteindre le haut de ces murs. Alors,
ceux de ses soldats qui n'avaient point de cordes fichèrent leurs poignards ou leurs dagues dans les joints, "confectionnant" ainsi leurs propres échelles !
Quelle subtile utilisation de ces joints trop larges, à laquelle je n'avais point pensé !

Le Chevalier Dauphinois 26/02/2013 13:18



Les sapeurs étaient les spécialistes en destruction de remparts et murailles. Ils savaient merveilleusement exploiter les faille des scellement. La qualité des joints (et des remblais)
étaient important pour donner moins d'efficacité au travail de sape.



Philippe Coueille 07/07/2010 00:15


Bonjour, je viens de tomber par hasard sur votre site et voila que j'y trouve un éloge de mon "tas de pierres"... Dommage que vous n'ayez pas taper à la ferme juste à coté on aurait pu deviser et
vous auriez pu visiter... enfin si un de ces jours vous repassez dans le coin; n'hésitez pas.
Cordialement, PhC


Le Chevalier Dauphinois 08/07/2010 12:33



   Merci pour votre invitation à découvrir ce palais médiéval, j'oserai frapper à votre porte si mon destrier revient (avec moi dessus bien sur) dans ce beau département.



domi 09/06/2008 17:25

La taille des pierres est magnifique bisous et bonne soirée

Le Chevalier Dauphinois 09/06/2008 19:24



  J'apprécie, de temps en temps, montrer des petites ruines sans faste apparent, sans histoire, sans architecture complexe. C'est aussi cela la diversité de notre patrimoine.



David 29/05/2008 23:37

Encore une jolie ruines enigmatique comme on les aimes!!!

Le Chevalier Dauphinois 30/05/2008 07:57



  J'adore découvrir ces ruines oubliées des hommes, non mises en valeur dans les revues, non présentées dans les guides touristiques. Celle-ci est proche de la route et point de longue
marche il m'a fallu. Mais parfois, écarter les ronces, fouiller dans les hautes herbes est un plaisir incroyable.
  Je suis le chevalier des ruines oubliées !