Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 06:05

 

Département 11 - AUDE

 Ho, hisse... Que c'est haut vers le paradis des ruines !

Le château :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Padern est une petite commune située à 65km au Sud-Est de Carcassonne, à 30km au Nord-Ouest de Perpignan et à 5km au Nord-Est de Cucugnan (voir ce château) sur la route des châteaux Cathares entre Tuchan et Peyrepertuse.

  Coordonnées du château :

42° 52' 3.036" N 2° 39' 19.552" E
 42.86751°  2.655431°

 

      L'extérieur

La découverte

* Le château est posé sur un rocher escarpé.

* Il domine le village et surveille les gorges du Verdouble.

* En voyant l'impressionnante falaise, je me pose une question :

Est ce que je dois prendre mon équipement de montagne pour grimper ?

 

L'agréable montée

* Evidemment non.

* L'accès est facile par un petit chemin qui serpente au Sud.

* Je pressens déjà que dans l'ascension, je vais manger des mouches (tant la chaleur est lourde en ce mois de juin).

* Le château n'a pas du avoir de visiteurs depuis quelques jours, car des toiles d'araignée me chatouillent durant la marche entre les arbustes.

* En partie basse, je rencontre les ruines d'un premier rempart (flèche rouge)

* Après une petite ascension, le château m'apparaît.

 

J'ai une question

* La sensation est curieuse.

* Il est situé en hauteur comme une forteresse médiévale, il est donc rustique.

* Et pourtant, de grandes ouvertures et des murs peu épais l'entourent parfois. 

* La raison est simple : Au 17ème siècle, le château est aménagé dans un soucis de confort. Mais les bases médiévales sont conservées. 

   Torturée est la forme de ce château qui épouse en partie la falaise.

Le plan

* Pour mieux comprendre la visite, il est préférable de regarder le plan.

* La forme n'est pas conventionnelle.

* Elle est due à l'emplacement du château sur ce pog et aussi par certains aménagements de défense par armes à feu.

 

Première constatations

* A l’Ouest, le mur d’enceinte est d’une épaisseur imposante

* Curieusement, il est borgne dans sa première moitié. Aucune archère ou bouche à feu permet la défense.

Surprenant !

Est ce du à la consolidation du 20ème siècle ?

* A l’Est, en léger contrebas du château, un mur de faible épaisseur s’élève jusqu’à un passage entre deux vestiges de bâtiments.

* L’un est carré et l’autre est triangulaire avec des créneaux.

* L'entrée originale du château est au Sud (E sur le plan), à travers un mur aujourd'hui écroulé.

* Elle devait sûrement être précédée par une barbacane (voir glossaire).

 

      L'intérieur

La cour

* Pour entrer dans le château, il faut d'abord escalader des éboulis très nombreux.

* En franchissant une porte d’entrée "invisible" (repère E sur le plan), j'entre dans une cour (en vert sur le plan, repéré C).

Quelle curieuse sensation !

* Des murs solides sans fissure (sûrement dus à la rénovation du 20ème siècle) côtoient des éboulis au sol, au milieu d'herbes hautes et griffantes.

* L'ensemble étant sécurisé par une courtine avec créneaux reconstruits.

* Pour amplifier la sensation, des "fenêtres" immenses regardent des archères primitives.

* Jamais un château n'a été aussi confus pour moi.

Mais je me régale. Et vous ?

* En regardant le bâtiment central (en jaune sur le plan, repéré D), je comprends que je suis devant le donjon médiéval très remanié.

 

Il n'y a plus de princesse dans ce donjon... à cause du courant d'air je suppose ! Le donjon

* En revenant dans la cour, je décide d'explorer une ouverture à gauche du donjon.

* Il est précédé par un pan de mur arrondi qui est une tour-escalier desservant les 3 étages.

* Il subsiste les vestiges de quatre marches.

* A l'entrée du donjon, sur la droite, deux petites marches descendent vers un étrange orifice.

* Pas si étrange que cela car ce sont les vestiges des latrines bâties sur le vide.

* Le donjon n'est que le fantôme du bâtiment initial, la consolidation a lissé les détails.

* Mais, au fond du donjon, une surprise m'attend (sur le plan, repère V).

* Une porte, quelques marches et j'aboutis dans une pièce munie d’une ouverture rectangulaire de 1,10m sur 0,60 m donnant sur un précipice.

* C'est le vide-ordure. (oui, nos ancêtres jetaient les restes dans "le vide"). 

* Et en me penchant un peu plus, je découvre le vide... disons plutôt, la falaise.

Oups.... j'ai failli tombé.

 Ressentez vous la chaleur de la ruine proche de la cheminée ?

Le Logis

* En revenant dans la cour, je décide d'explorer un "couloir" sur la gauche du donjon (en bleu foncé sur le plan, repéré L).

* Ce n'est pas un simple couloir mais le logis de la famille Vic construit à la fin du 16ème siècle sur la façade Ouest.

* En entrant, sur la gauche, je vois une grande niche soutenue par un arc de décharge.

* Evidemment, vous avez reconnu un évier, avec écoulement de l'eau dans le vide (cela devient une habitude de tout jeter !).

* Juste à coté, à droite, je pressens l'existence d'une cheminée.

Cette pièce était elle la cuisine ?

* Un peu plus loin, une archère très primitive surprend.

* La sensation que j'avais en arrivant dans cette ruine continue.

* Voila un château qui n'a jamais réussi à évoluer "correctement".

C'est très curieux. 

 

Les "communs" (?)

* Au fond (en bleu clair sur le plan), je découvre une pièce qui devait être sombre par manque d'ouverture.

* Avec son sol non aplani, j'imagine que cela devait être les communs et la réserve de nourriture. Mais ce n'est que supposition de ma part.

* Je suis surpris de ne pas voir de corbeau ou de retrait du mur pour soutenir les poutres des planchers aux étages.

Quelle curieuse ruine !

  Elle parait entière (pour une ruine bien sur) mais de nombreux détails manquent.

 

C'est fini

* Il me faut repartir vers une autre croisade (pacifique car point Simon de Montfort je suis).

* Avant de quitter cette curieuse ruine, j'admire le paysage Audois.

* Ce n'est pas à Versailles que je verrais un tel spectacle de la nature.

Comprenez vous maintenant le plaisir

que j'ai à découvrir des ruines médiévales ?

 

 

Le diaporama du château est ici.

 

 

Histoire du château :

* Au Ier siècle, à l'époque romaine, exploitation de minerai de cuivre.

* En 899, le roi "Charles le Simple" donne le territoire de Padern à l'abbaye de Lagrasse (qui en sera propriétaire jusqu'en 1579. Longévité de propriété très rare dans cette époque troublée).

* En 1024, l'abbaye de Lagrasse chasse un certain Ginabert qui occupe injustement le lieu (je n'ai pas pu identifié quel lieu).

* En 1026, une motte est mentionnée pour la première fois.

* Vers 1165, une "forcia" (fortification secondaire) est signalée.

* En 1209, début de  la croisade contre les Albigeois.

* En 1210 (?), le château est pris par les troupes de Simon de Montfort.

* En 1211 (?), Alain de Roucy, lieutenant de Simon de Montfort, devient "propriétaire" du château.

* Vers 1216 (?),  le château est l’objet d’un litige entre l'héritier de Alain de Roucy, seigneur de Termes  et  l’Abbaye de Lagrasse. (Ce seigneur Nordiste jouit de tous les impôts et taxes qui aboutissait auparavant dans les caisses de l'abbaye "catholique").

* Vers 1246 (?), Chabert de Barbeira, seigneur faidit de Quéribus, le reprend par la force.

* En 1248, le roi Louis IX (voir liste des rois) ordonne au Sénéchal de Carcassonne de restituer le château à l'abbaye de Lagrasse.

* En 1283, après transaction avec les procureurs du roi de France, puis contre paiement, l’abbaye de Lagrasse récupère la forteresse.

* En 1579, la seigneurie de Padern est confiée à Jean-Pierre Vic capitaine de Termes et originaire de Girona en Catalogne. Il s'y installe et reconstruit le château en lui conservant son caractère fortifié et féodal en raison de l'insécurité qui règne dans la région.

* Durant le 17ème siècle, l'abbaye intente de nombreux procès contre la famille de Vic pour récupérer le château.

* En 1706. Blaise II de Vic le revend à l’abbaye de Lagrasse.

* En 1713, la carte de Roussel, recensant les fortifications, identifie "le château" comme une ruine.

* En 1790, il est abandonné. Comme souvent à la révolution Française, les pierres sont pillées, et l'état de ruine est l'avenir de ces bâtiments.

* Au 20ème siècle, des travaux "rapides" de consolidation sont réalisés.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas nul. Soyez très prudents.

 

Le panorama est le magnifique cadeau d'une ruine médiévale

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Languedoc : 11 30 34
commenter cet article

commentaires

Pierrote 25/06/2016 23:02

P uissance se lit toujours dans ces vestiges
A rrangés, certes, mais ne faisant « litige » :
D ans le passé furent-ils très imposants.
E t même si n’ont été très importants -
R apide coup d’œil sur plan et vue du ciel
N ous livre image d’assez petit castel -

A ttestent-ils du vouloir du pays
U ne forte sentinelle posséder, qui
D ominait le village et la vallée.
E tait, pour sûr, château bien situé !

L es reconstructions effacèrent un tant
A llure guerrière, mais une archère pourtant
N ous donnez à mirer… Elle me suffit,
G arante que fut ce site pour ennemis
U n lieu à éviter car il montrait
E léments défensifs qui savaient
D e vie à trépas tôt vous faire passer…
O bstacles, aujourd’hui, sont insectes ailés
C omme mouches, ou alors vilaines araignées !*…

N ‘oublierai-je évier moult ancien dont pierre,
O n le suppose, se trouve dans une chaumière.**
T ant dommage… J’aime ces simples preuves de vie
A vec lesquelles on rêve à l’infini…

B ien sûr, songes ne furent que de veilles, plutôt,
E ntre ces murs, pour les hommes médiévaux :
N e fut cette place que pour bien surveiller
E nvirons, avant d’être très remaniée

P our servir d’habitat, tout en gardant
S a force, malgré atours guerriers absents.

* c’est vous qui le narrez dans votre écrit !
** vu qu’il ne reste que l’emplacement de l’évier, je suppose que la pierre d’évier fut pillée et doit avoir profité à quelqu’un du village certainement.

Le Chevalier Dauphinois 26/06/2016 20:58

* Après avoir visité plus de 3000 sites fortifiés, j'avoue que mon œil change de "point de vue".
* Je ne cherche plus à montrer l'architecture globale ni les systèmes défensifs.
* Depuis quelques temps, je me "force" à trouver un détail qui crée la particularité du site.....
...... ou une pierre de vie (ayant ou non disparue).
* Lentement je vais tenter de montrer des éviers, des fenêtres, des sculptures, des clefs de voûte, des peintures, des blasons prouvant que les châteaux ne sont point que des masses de pierre et que les ruines regorgent de beautés.
* Mais cela ne se fera que progressivement. Il me reste presque 1600 articles (avec photos) "classiques".

Gilles 04/05/2013 20:58

Grand merci pour ce partage Chevalier. J'ai découvert ce château (et d'autres) grâce à votre blog : une bonne manière de compléter le circuit officiel des chateaux Cathares ! Merci encore !
Encore un petit mot pour signaler une petite coquille concernant la situation du village de Padern : c'est plutôt 65km au SE de Carcassonne que 5km.
Bien amicalement,
Gilles Souvigny

Le Chevalier Dauphinois 05/05/2013 07:53



  Merci pour votre visite et votre prose d'encouragement qui me motive encore plus à continuer ce blog. Avec mes 3000 châteaux forts, ruines et églises fortifiées visités, j'ai encore
quelques surprises "peu connues" à montrer.


   Comme vous l'avez constaté, je n'ai point encore mis les magnifiques et très touristiques châteaux de Puylaurens, Puivert, Queribus etc.... Pour ce dernier, voulant le montrer
autrement, j'ai imaginé un style d'image différent. Cette caractéristique ne sera visible qu'en fin 2014 je pense.


  Oupsss.... Erreur j'ai commise, de suite je corrige ... Il n'est point aisé d'écrire sur un clavier du 21ème
siècle avec mon armure et des gants de fer.



faucon 24/08/2012 11:19

cher chevalier je vous remercie de vos conseil s en ce qui concerne ce château il n'y a uniquement que 140 m2 de salle qui sont classées le reste n'est que tas de pierres .
par contre il a subit plusieurs incendies durant ca longue vie depuis les années 900 , je pense donc qu'il sera utile de faire appel a un expert .
encore merci et surtout ne vous arrêtez pas

Le Chevalier Dauphinois 24/08/2012 12:36



  Attention : Si un mur, un toit, une cheminée etc... est classé, l'environnement doit aussi respecter une charte. Il est important de bien se renseigner avant, car le surcoût pourrait
s'avérer important.


  Pour ce blog, je ne suis pas encore au bout de mes articles. Ayant photographié plus de 3000 ruines et châteaux en Europe, j'ai du travail rédactionnel pour plusieurs siècles
(environ ).



faucon 23/08/2012 14:37

j'ai l'intention de racheter un château féodale en ruines et de le reconstruire pour lui redonner sa magnificence quels conseils éclairés me donneriez vous a part celui d'arrêter cette petite folie
.merci

Le Chevalier Dauphinois 23/08/2012 19:14



   Heu... A part d'arrêter cette folie  .... Que vous dire : De bien vérifier que "votre" ruine ne soit
pas inscrite ou classée aux monuments historiques ou tout autre classification régionale ou communale.... Sinon, il va vous falloir l'avis de multiples experts à chaque pose de pierre.


  Vérifier surtout la nature du terrain. Depuis 1000 ans, le climat et les cours d'eau ont changé et transformé les sous-sols. L'écroulement d'un mur n'est peut être pas du aux années de non
entretien, mais peut être aux fondations instables.


  Et puis, il est important de se renseigner avant sur l'historique, car (par exemple) des pierres ayant subit un incendie sont
devenues fragiles, ou des chercheurs de trésor ont fragilisé les fondations.


  Je n'aurai que 2 mots : Bon Courage !



L.G. 27/09/2007 13:45

Quelle bonne surprise et que de souvenirs, merci de cet article. En as-tu profité pour gouter le petit mousseux de Padern? Impatient de lire l'article sur la sixième merveille dont tu nous parles dans ta drenière missive!

Le Chevalier Dauphinois 27/09/2007 20:39

  Je suis heureux que cet article sur ce château oublié te fasse ressurgir des souvenirs !.. Hélas, point bu ce vin... j'y retournerais, car l'Aude est une région fascinante.   Sais tu que j'ai réellement "peur" de faire un article sur le château de Bonaguil. Je l'ai tellement imaginé avant, que mon imagination risque de l'emporter sur la réalité des photos... A moins que je sois transis....Peut être que cela sera mon cadeau de Noel ?