Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 07:00

 

Département :   32 - GERS

 

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La petite commune de Biran est posée sur une colline située à 18km au Nord-Ouest de Auch, un peu à l'écart de la N124 menant à Vic Fézensas.
   Coordonnées du château :

43° 41' 44.218" N 0° 25' 4.418" E
 43.695616°  0.417894°

 

  Toponymie :  (petite initiation)

      Comme beaucoup de communes du Gers dont le nom se termine  par an, il semble que l'origine soit Romaine : Le an ayant remplacé le ius.
   Biran devait donc se nommer Birius. Peut être est ce le nom du notable Romain ayant bâti le village.
 
Le village fortifié :

     Après une petite montée, la vision du village est étonnante. Les maisons modernes sont posées en alignement sur le plateau.  Proche du parking, l'ambiance est donnée : Une porte fortifiée médiévale.

     Au 13ème siècle, un rempart entourait le village et l'entrée était protégée par une tour-porte très impressionnante. Il faut montrer "patte blanche" pour visiter le village, sinon .....(voir le risque).   C'est au bout du village, sur l'éperon rocheux à l'opposé de la porte fortifiée que je découvre "mon Graal".  

 

Le château

    L'extérieur :

La découverte

Qu'il est beau !  

       Ne me dites pas le contraire, je vous sens frémissant derrière votre écran.
Oupssss, je comprends votre étonnement, j'avais oublié de le montrer. Admirez cette force et cette élégance.

     Le château de Biran se compose d'une épaisse courtine avec un haut donjon non habitable. Ce n'était pas le château d'un puissant seigneur, mais (peut être) un poste de surveillance de la vallée.

    Sur cette face, il parait très neuf ou plutôt restauré, mais en le contournant, des pierres non jointives trahissent son âge, d'ailleurs un panneau avertit le visiteur. Les portes dans les courtines ont été ouvertes entre le 19ème et le 20ème siècle. Cave de stockage était la fonction de ce vieux château.
   
Le donjon
   Ses dimensions ne le rendent pas habitable. Sa fonction principale devait être une tour de guet et un refuge ultime en cas d'attaque.
     A mi-hauteur,  une porte très géométrique devait être l'entrée principale dans la tour. Les corbeaux en dessous supportaient certainement une passerelle en bois. La petite ouverture légèrement au dessus à droite de la porte semble être un puits de lumière (voir vocabulaire).
     Avez vous remarqué l'empreinte d'un toit sur la face à l'ombre ?

 

Une dévinette

  En prenant un peu de recul, une autre découverte m'attend. 

     Ce n'est pas la porte basse, qui a certainement été ouverte au siècle dernier (comme celles du rempart) mais...... Je vous laisse chercher un peu.
    Certes le manque de créneaux au sommet peut être signalé, évidemment, vous avez vu que la tour ne possède aucune archère.

Surprenant n'est ce pas ?

Une énigme
          Mais la surprise est sur la gauche, il y a une "bretèche".

  * Curieusement, il n'y a rien à défendre en dessous, ce ne serait donc pas une bretèche.

  * Autre solution, ce sont des latrines, mais... beurk... car en dessous, ce devait être la cour ou un bâtiment.

L'architecte du Moyen Âge se serait il trompé ?

   Pour en avoir la certitude, il faut entrer dans le donjon.

 

    L'intérieur :

        Comme vous l'avez constaté, il n'y a plus de salle à visiter dans le château. Le donjon n'est pas ouvert à la visite.

 

 

  Histoire de la Tour :

* A l'époque Romaine, une cité fortifiée est construite.
* A la fin du 13ème siècle, une fortification semble existée en ce lieu (?).
* Au 14ème siècle, une porte fortifiée est construite à l'entrée du village.
* En 1875, l'enceinte et la tour du château sont classées aux Monuments Historiques.
* En 1947, la porte de la ville est inscrite aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite du donjon est interdite. Le risque de recevoir une pierre existe proche du rempart

 

  Cliquez pour voir le menu des châteaux forts du Gers Vers menu châteaux du Gers

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gascogne : 32 47
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 21/08/2013 13:40

Mal exprimée je me suis : mes 2 dernières phrases se reportaient seulement à la bretèche !... trop bien travaillée, la reconstruction, à mon avis.
... Sinon, avoir vu ce qu'il reste de ce castel m'a ravie ! Tous les châteaux gascons me ravissent apparemment (et en réalité !) Pays que j'aime presque autant que le Périgord...

Le Chevalier Dauphinois 23/08/2013 13:06



  Le Périgord possède de grands châteaux dont nombreux sont habités. Le Gers possède beaucoup de ruines consolidées mais non habitables. Le contraste de ces 2 régions me fascine, et je ne
sais laquelle est la plus belle.


  J'ose m'avancer en disant : Les deux. 



Anne la Dauphinoise 20/08/2013 13:45

B eauté que moult me sied à retrouver,
I nsolite par sa forme... Dans cette contrée
R uines merveilleuses vous nous avez montrées
A utrement conçues, qui m'avaient charmée.
N ul doute qu'à leur liste dois-je l'incorporer.

G randiose n'est-elle point, tant peu fortifiée
E mane pourtant certaine sécurité
R endue par le donjon si haut monté,
S urplombant la courtine, bien "ceinturé".

G râce je lui trouve, peut-être par le tracé
A douci de l'enceinte, presque courbé.
S ûr que les pierres qui furent utilisées
C ontribuent à beau visage lui donner.
O ncques ne pourrai-je, je dois bien l'avouer,
G rand mal dire des castels de cette contrée.
N 'ont-ils à mes yeux que des qualités.
E t toujours ravie suis-je les "visiter".
...

P eut-être qu'antan une porte a existé
S ous la bretèche que nous avez montrée ?
...

N e me plait t-elle, un tant trop "restaurée".
B ien dommage, tout le reste m'avait charmée.

Le Chevalier Dauphinois 21/08/2013 11:40



  Cet ancêtre est au bout du village, proche d'une école. Il semble logique que consolidation il y eu. De plus, la courtine est trouée. Elle a du servir de cave ou de stockage.


  Il y a tant de ruines cassées que heureux je fus de voir de haut mur et une tour immense.



Anne la Dauphinoise 25/02/2013 17:08

Je suis heureuse d'avoir retrouvé un seigneur de Biran dans mes grimoires, et mon bonheur vient du fait que ce fut un Dauphinois !
Histoire très complexe, dûe à la mainmise du roi sur les terres de la famille d'Armagnac (des rois, plutôt, car cette histoire se situe sous les règnes de Louis XI, Charles VIII, Louis XII
notamment, voire plus encore...?)

... Louis XI ayant confisqué les possessions de la maison d'Armagnac après la mort (disons plutôt l'assassinat !) de Jean V, les donna, en 1472 - Biran en faisait partie - en usufruit dans un
premier temps, à son chambellan et favori Ymbert de Batarnay, seigneur du Bouchage en Dauphiné.
... En 1476, par lettres patentes, Louis XI faisait cette fois don de Biran en fief (et des autres terres d'Armagnac) à ce même Ymbert de Batarnay. Ce dernier fut même pendant un moment comte de
Fezensac ! Tout cela était bien sûr sous réserve des descendants.

... Et Charles VIII, en 1484-85, redonna leurs terres aux descendants de la maison d'Armagnac, Ymbert de Batarnay se voyant donner une rente en contrepartie.

... Louis XII reconfisqua leurs terres aux Armagnac, et en refit don en fief à Ymbert de Batarnay, en 1498 ! Je n'ai pas de date à laquelle ces terres revinrent dans le giron de la famille
d'Armagnac : peut-être jamais, en ce qui concerne Biran ?... Je cherche à le savoir.
... Mais, pendant plus d'une dizaine d'années, ce magnifique château/maison forte a appartenu à un Dauphinois, bien que je sache pertinemment qu'il ne le vit sûrement jamais.

... J'ai même "une suite" à cette histoire, concernant Biran uniquement, mais il faut que je "fouille" un peu plus, si je le peux, pour recouper mes informations, car cette suite ne me semble pas
logique, alors que je ferais pourtant confiance à l'historien qui l'écrivit, car il est cité en bibliographie dans plusieurs livres d'historiens actuels "réputés" que j'ai lus, sur d'autres sujets
: Bernard de Mandrot, dont j'ai mis tant d'années à pouvoir acquérir son livre sur Ymbert de Batarnay (livre de la fin du XIXe siècle : si je le voulais, je n'avais pas le choix, et devais acheter
une édition de ce temps-là car il n'y en eut pas d'autres)
... Je reviendrai donc peut-être ici, si cette histoire s'est vraiment continuée sous Charles IX, à moins que quelqu'un ne contredise ce que j'ai pu savoir sur Biran... Cela me "peinerait", d'une
certaine façon, mais la vérité historique avant tout, et... un mouchoir sur mes "sentiments pro-Dauphinois" en ce cas !

Le Chevalier Dauphinois 26/02/2013 12:45



  Il n'est point toujours évident de faire un lien direct entre le nom d'un château et celui d'un personnage. Parfois les remariage, les rachats, les distention familiales font qu'un château
change de nom ou qu'un personnage soit renommé.


  Je suis pourtant heureux d'avoir lu votre prose sur un personnage éponyme. Merci



david/serialmaquetteur 11/09/2009 19:57

héhé, j'ai visité ce village début aout ^^ Effectvement, c'est beau et verdoyant à souhait, ce qui est rare dans un département du Gers qui est plutot sec et aride par endroit.

Le Chevalier Dauphinois 11/09/2009 21:54


Plusieurs châteaux dans le Gers sont incroyables. Certes, ils n'ont pas la prestance ni l'histoire des Grands Sites tant contés, mais il y a des finesses et des détails sans égal.... Biran en fait
parti.


Jacqueline 28/08/2009 19:10

peut etre que la bretèche fut condamnée par manque d'assaillants????

Le Chevalier Dauphinois 30/08/2009 20:47


Je reconnais bien là ton imagination de princesse romantique !
Peut être ..... en effet.