Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 06:07

 

Département :   32 - GERS  

 

Le bourg :

  Situation (--> le voir sur une carte)

       La petite commune de Mansencôme est située à 3km à l'Ouest de Valence sur Baise et à 10km au Sud de Condom.  

   Coordonnées du château :

43° 52′ 17.78″ N 0° 20′ 17.83″ E
 43.871605°  0.338286°

 

Le château :

    L'extérieur :

Préambule

   Malgré sa proximité géographique avec le château de Lagardère, il ne lui ressemble pas du tout.
  D'après certains historiens, ce château faisait parti de la défense du Royaume de France face aux "envahisseurs Anglois" durant la "guerre de 100 ans".
     Je doute un peu qu'un château si peu fortifié (sans rempart et sans fossé) ait pu retenir les "Anglois", (mais peut être était il une garnison, un avant poste ?).  

 

Qu'est ce qu'un château Gascon ?

     Un médiéviste du 19ème siècle nommé Lauzun parlait des châteaux de "type Gascon" : (je cite approximativement) "Châteaux dont la caractéristique est la grande simplicité, des dimensions réduites et une grande économie de moyen".

     De nombreux châteaux et maisons fortes sur notre territoire répondent à ces critères et point Gascon ils sont. Ayant visité et photographié de nombreux bâtiments fortifiés et ruines de cette région, j'ose affirmer que :

   "Un château Gascon se reconnaît car il est ..... en Gascogne" (je m'étonne parfois d'être aussi intelligent  ).

 

Analogie

    De loin ce château me fait penser à une ruine située à 900km de là : Le Haut Andlau  (voir ce château Alsacien). Il semble composé :

  * D'un logis rectangulaire

  * Avec 2 tours opposées.

 

Quelle curieuse construction

     Après une petite marche d'approche, je constate que les tours sont construites, non pas sur les cotés, mais sur les 2 angles opposés en diagonale.
   J'ai l'impression que l'architecture avait prévu d'en construire 4 (schéma classique) et que la construction s'est figée à 2.
     Aucun texte confirme ma pensée fugitive, mais cela donne à cette bâtisse une caractéristique rare. Quoique,  pas si rare que cela, le château de Tauziat à quelques kilomètres lui ressemble un peu.

 

Les tours

   Ces tours me fascinent (vous l'avez remarqué je pense). En m'approchant vers le mur coté Sud, je découvre qu'elles ne sont pas identiques :

* Celle de gauche (à l'Ouest) semble être le donjon. Évidemment ses dimensions ne la rendent pas habitable. Sa fonction devait être la défense et le repli.

* La tour de droite (à l'Est donc.... brillant je suis aujourd'hui) possède en partie basse une "porte".

Etait ce une tour-porte ?

Ou un donjon-porte comme à Quillan (dans l'Aude) ?

   Au sommet, les créneaux ont disparu (mais y en avaient ils ?). Il est curieux de ne voir aucune bretèche pour protéger la porte, ni de mâchicoulis, ni d'échauguette (voir vocabulaire).

Était ce un château borgne comme au 12ème siècle ?

 

Une déduction

     En contournant le site, je vois enfin quelques moyens de défense : Des archères cruciformes superposées. Comme elles ne semblent pas avoir été ajoutées après la construction du donjon, je peux supposer que le château date du début 14ème siècle (?).

 

Le logis
     Ébloui par ces tours, j'en oubliais de vous parler de la plus grande surface de ce château :  Le Logis.
  Il mesure approximativement 15m x 18m, il est composé de 2 étages avec un rez de chaussée.
Différentes époques de construction  sont visibles. Des murs épais de défense (curieusement, je ne décèle aucune archère, même bouchée), puis une magnifique fenêtre géminée, et enfin des classiques ouvertures à meneaux en croix.

 

    L'intérieur :

      Hélas, la propriété est privée et la ruine n'est pas visitable. Mais un habitant, curieux de voir un "chevalier" mitrailler (en photo bien sur) le bâtiment m'a conté des détails.
  Voici le plan pour comprendre.
     La cour intérieure est aujourd'hui couverte. Les salles supérieures comportent des cheminées massives mais peu décorées.

 

 

Histoire de la Tour :

* A la fin du 13ème siècle, une fortification semble existée en ce lieu (?). Le territoire appartient à la famille Lasseran qui gardera ce fief durant 5 siècles.
* En 1319, Vital de Lasseran rend hommage au Comte d'Armagnac (voir titre de noblesse).
* En 1636, il semble que les terres soient érigées en Baronnie par Louis XIII (voir liste des Rois).
* En 1736, François de Lasseran Monluc vend la seigneurie de Mansencôme au Marquis Gaspard de Maniban. Ce dernier entreprend de nombreux travaux pour améliorer le confort de ce "vieux" château féodal. Mais son fils étant endetté, les travaux sont stoppés.
* Après la révolution Française, le château très abîmé change très souvent de propriétaires.
* En 1927, le château est inscrit aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

  Cliquez pour voir le menu des châteaux forts du Gers Vers Menu châteaux du Gers

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Gascogne : 32 47
commenter cet article

commentaires

Bo 15/08/2012 11:29

Les "états des garnisons" ne sont que des bases fiscales de remboursement des frais avancés par le seigneur en charge.
Les "services d'ost" étaient assurés par rotation. Il faut donc diviser ces chiffres par le temps de service spécifique à la forteresse à garder.
Même en temps de guerre, les garnisons n'étaient pas complétes....le rappel se faisait quand le "danger" était devenu réel...et des défenseurs arrivaient parfois trop tard ...ou traversaient les
lignes.
Enfin, les périodes de "conflits" ont plus ou moins étaient réglementées avec plus ou moins de succès.
Une campagne était menée....on s'arrêtait et on reprenait tranquillement plusieurs mois après.
Une recherche spécifique est nécessaire pour chaque site.
En 1615, le chateau féodal d'Estignols n'était défendu que par une quinzaine d'hommes armes (moins d'un tiers de la compagnie de chevaux légers d'un capitaine de compagnies de feu Henri IV, les
autres n'étant pas en "service") lorsqu'il fut assiègés par les 3.000 hommes de troupes commandés par M de POYANNE qui avait 3 pièces d'artillerie pour le siège. Le chateau résista, le seigneur
réussi à s'enfuir avec son fils aîné et un dizaine d'hommes en traversant les lignes de défenses à cheval au bout de 3 jours de siéges infructueux. Sa femme restée avec "les petits enfants" et
quelques hommes d'armes livra le château ....M de POYANNE en assura la protection, mais ne put empêcher "la colère des habitants de la ville de Saint-Sever de piller et mettre le feu au chateau
(compte-rendu aux AD 40)
Dans les guerres incessantes, ces chateaux forts du Sud-Ouest étaient parfaitement adaptés à une défense de troupe normale entre 15 et 50 hommes d'armes, ces troupes n'avaient jamais d'artillerie
avec eux

MONTLUC a "soigneusement évité d'attaquer de nombreux chateaux forts ... la prise de places plus fortement défendues (ex Mont-de-Marsan ne sera pris que par "achat de défenseurs qui ouvrirent une
porte ...).(compte-rendu aux AD 40)
La pratique du service alterné est restée en vigueur jusqu'à la révolution française où la période de service était 3 mois par an dans tous les corps armés.
Le sujet est vaste....les rolles de payes et les archives fiscales donnent beaucoup d'éléments....et aident à remettre le puzzle dans l'espace temps.

Le Chevalier Dauphinois 15/08/2012 18:42



   Je vous remercie pour votre passage sur mon modeste blog d'amateur et pour votre longue prose. Je me permettrai prochainement de l'utiliser dans des articles pour améliorer la
qualité de mes proses.



Denis 13/05/2011 14:55


Ce chateau était en fait une "caserne militaire" qui n'a jamais servi puisqu'il ne fut jamais achevé... Il a même falli servir de carrière de pierre comme beaucoup entièrement détruits aujourd'hui
et certains partiellement comme Lagardère...


Le Chevalier Dauphinois 14/05/2011 22:10



Merci pour votre contribution. Ce château se dévoile ainsi doucement.



Anne la Dauphinoise 17/09/2010 13:07


Il fallait bien sûr lire le sieur de "Mansencome"...(je n'aimerais pas que l'on "écorche" le nom de mon village)


Le Chevalier Dauphinois 18/09/2010 08:33



J'avais corrigé  cette faute due au clavier ;)



Anne la Dauphinoise 17/09/2010 00:04


Ce que j'ai pu lire sur ce château, c'est qu'entre 1346 et 1356 le sieur de Mansecôme, Manaut de Lasseran, au service du comte d'Armagnac, se vit confier la défense de la bastide de
Valence-sur-Baïse ( ils étaient 5 écuyers et 25 sergents, et en 1356 15 écuyers et 30 sergents, payés par le roi ) J'en déduis que son château était très certainement une garnison, comme vous le
suggérez, pas une défense contre "l'envahisseur Anglois" : mon raisonnement est-il bon ?


Le Chevalier Dauphinois 21/09/2010 18:31



Pour qu'il y ait autant de garde, il me semble que votre raisonnement est correct (bien que je ne sois pas un spécialiste des garnisons).



laurent 21/05/2009 15:27

Je suis issu de la région et je connais très bien la plupart des chateaux gascons, mansencome possède un assomoir comme tauzia, pour moi la grosse tour est effectivement un donjon parsemé d'archères et de cannaux dans l'épaisseur du mur pour déverser eau ou huile bouillante
Les chateaux gascons sont quasiment tous batis sur le meme modèle, corps de logis flanqué de deux tours dans les angles opposés.

Le Chevalier Dauphinois 21/05/2009 17:54


Merci pour votre passage sur mon modeste blog en ruine ;)
Oui, tu as raison, beaucoup de ces châteaux ont un corps de logis flanqué de deux tours dans les angles opposés. Mais il en existe aussi avec une architecture bien différente (exemple Lagardère
ou Pardaillan).
... Haaa, le mythe de l'huile bouillante perdure.... Nos princesses moderne savent qu'il faut beaucoup de temps pour faire chauffer de l'huile, donc lors d'une attaque ce n'est point ce liquide
(qui permets de conserver les aliments) mais tout ce qui peut être "liquéfié".