Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 06:30
 

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VAUD

 

 

      Comment décrire un tel château ?

   C'est la question que je me suis posée en revenant de mes vacances. Il y a tellement de salles, de couloirs, de cours, de fenêtres, de coffres, de meubles, de......  Il faudrait un blog entier pour décrire toutes les beautés et les caractéristiques de cette merveille.
   Je ne vais donc pas vous faire une visite guidée comme pour "mes" ruines, mais un ressenti de mes 5 heures de bonheur. Il n'y aura pas de linéarité dans la visite.

 
    Ce château unique se savoure en écoutant un morceau de Vivaldi.... Allez, courage, cliquez !  

 

 

Le château :

 

  Situation :    (--> le voir sur une carte)

   Le château de Chillon se trouve sur la rive Est du lac Léman, à 2 km au Sud de Montreux.

 

   Origine du nom :

   Chillon est un dérivé du mot patois "Chillond" signifiant  : "Posé sur le rocher".  Il est amusant de noter que le bourg suivant se nomme : Villeneuve. Son origine vient du 13ème siècle avec la création d'une "Villa Nova Chillonis". 

  

  Description du château :

    En prenant la route qui longe le lac depuis le Sud, il est impossible de ne pas voir ce château qui est le plus célèbre de la Suisse.
 Deux possibilités pour le rejoindre :
    * Soit par la route en vous garant sur les immenses parkings entre la route et le chemin de fer.
    * Soit par bateau, et là, vous le découvrirez comme un gâteau que l'on déguste.

  De loin, depuis la berge, il ressemble à une simple forteresse, un amas de tours compactes. Mais plus j'avance, et plus il semble aérien et délicat pour montrer le raffinement de ses ex-propriétaires (les Comtes de Savoie); L'ensemble est puissant pour marquer le pouvoir.

 

    Vue de l'extérieur :

      Pour comprendre ce château, je vous propose la lecture de ce dessin. Le site a une forme ovale épousant le rocher, avec un donjon central et des bâtiments d'époques différentes autour. L'ensemble comporte 5 cours créant des îlots de défense mais aussi des axes de circulation entre les communs et les habitats.
 
   Le donjon est de style roman, central, carré, massif mais assez large pour être habitable. Le Comte souhaitait vraiment vivre à Chillon.
       Avec un peu d'attention, il est possible de voir dans la "maçonnerie" sous le crénelage actuel, les anciens créneaux du 11ème siècle. La tour a été surélevée en 1304 pour améliorer la surveillance mais aussi à cause de l'augmentation de la puissance des armes de jet.

 

    Les courtines du coté de l'attaque (coté Est) sont impressionnantes et dissuasives, car elles comportent de nombreuses bouches à feu (voir vocabulaire) et des fentes de tir pour une défense de loin, et des mâchicoulis pour la défense de près. Le rempart est renforcé par 3 tours flanques semi-circulaire.    Brrr, il fallait être stupide pour tenter une approche de ce coté.   Comme pour le donjon, il est possible de deviner sur la maçonnerie des tours, la surélévation de 1436.

     La défense (coté Sud) est renforcée par l'impressionnante tour carrée de 1380 nommée : Tour de l'Horloge (parce qu'aujourd'hui elle a.......... une horloge bien sur). Au rez de chaussée la salle est le corps de garde (tout un programme). Cette tour est facilement visible depuis la berge.
 
   Les bâtiments cotés Nord semblent moins guerrier. La légèreté de la fenêtre gothique en arc brisé ne doit pas vous faire oublier l'échauguette de défense au dessus, les bouches à feu et surtout légèrement en retrait l'imposante tour carrée du Duc (c'est son nom).
 
   Il est temps maintenant d'entrer dans le château. 

 

   L'intérieur :

      Je vous avais dit que la visite serait non linéaire, puisque je vais commencer la présentation par le haut. 

Quel incroyable château !

   D'abord parce qu'il est entier (contrairement aux très nombreuses ruines que je visite), mais en plus toutes les salles sont accessibles quelque soit l'étage. Et c'est depuis une fenêtre du bâtiment Ouest que je regarde dans l'une des nombreuses cours.

 Et que vois je ?

    Les attaquants du 21ème siècle : J'ai nommé les touristes.


   Au fond, l'imposant donjon marquant la puissance des Comtes de Savoie.
    Sur la gauche, une bretèche protège une porte des tentatives d'approche des assaillants. Evidemment, pour faciliter la surveillance et les tirs de flèches, un chemin de ronde "encercle" la cour. L'envie de me prendre pour un soldat m'invite à le découvrir.
 
   Le bois sent bon, les poutres craquent sous mes pieds, la lumière est filtrée par les orifices.... Quelle ambiance sur ce chemin de ronde. Mais je ne suis pas au bout de mes surprises, car plus loin, une autre cour moins "guerrière" et plus raffinée apparaît.  Quel contraste !

 Et si j'allais voir cette belle fenêtre gothique.

 

 

  Les salles d'habitation :

      Les premières salles ne sont pas vraiment des habitations, et pourtant y vivaient des hommes.

Qu'est ce ?

    Tout simplement la prison où quelques personnages illustres ont "vécus". Les murs comportent de nombreux graffitis, signatures et dessins de toutes les époques (même du 21ème siècle mais point prisonnier ils étaient). Lord Byron a aussi apposé sa griffe. Il n'était pas prisonnier, mais simple visiteur. Après sa visite, il a écrit en 1816 son célèbre poème "The prisonner of Chillon" inspiré de Bonivard enfermé de 1530 à 1536.
    Cette magnifique salle gothique voûtée a été construite lors de l'extension du château à la fin du 13ème siècle. Sa fonction première était une cave avec un accès au lac. Pour supporter les étages supérieurs, la salle est divisée en 2 avec de puissants piliers centraux. La voûte de droite est posée sur la roche et aussi sur l'ancien mur d'enceinte du 11ème siècle. D'autres salles aussi "rustiques et belles" se succèdent : Arsenal, cachot, gibet....

 

Je suis en admiration !     Et vous ?

   Les salles de vie, d'apparat et de prestige sont très différentes. Certaines sont vastes (celle-ci est nommée : "aula nova"), d'autres sont chaudes avec omniprésence du bois et de murs peints représentant les portraits des Comtes, d'autres sont plus intimes.


   A chaque franchissement de porte mes yeux se régalent (peinture, sculpture, trompe l'oeil...).

 

   Après avoir bien bu et bien mangé, que faisaient le Comte et ses invités ?

   Evidemment ils conversaient, et rien ne devait interrompre ces discussions. C'est pourquoi le château comporte des commodités de "groupe" .     Celle-ci a une caractéristique incroyable, une estrade surplombe les latrines pour recevoir (peut être) une troupe de troubadours ou un "liseur".

                                     Avez vous cela chez vous ?

 

      La nourriture terrestre n'est pas le seul besoin d'un seigneur, il y a aussi celle spirituelle. Une chapelle existe avec évidemment des croisés d'ogive, puis un plafond peint, ainsi que des murs décorés et des sculptures


      Vous avez compris que les Comtes de Savoie ont réalisé un château très luxueux où il faisait bon vivre. Au 16ème siècle, quand les Bernois ont occupé le château, ils n'ont pas détruit ces beautés, au contraire ils  les ont "améliorés"
 
  Mais le temps passe, et le préposé aux clefs me demande de sortir avant que le bateau quitte le port. Hélas, il est trop tard, et c'est par une fenêtre que je vois partir mon rêve de navigation. La marche sera mon seul moyen de retour.

 

 
Histoire du château :

  • * A l'époque Romaine, un castrum est construit non loin pour surveiller le passage et le lac.
  • * Au 9ème siècle (?), les terres appartiennent à l'abbaye de Saint Maurice (dans le Valais actuel).
  • * Au 10ème siècle, la maison Royale de Bourgogne donne les terres à l'Evêque de Sion.
  • * En 1032, à la mort du roi Rodolphe III, l'Empereur Conrad II intègre par la force le royaume dans celui du Saint Empire Romain Germanique.
  • * Au milieu du 11ème siècle (?), pour remercier le Comte Humbert Ier aux blanches mains (voir liste des Comtes de Savoie) de son soutien, l'Empereur lui donne de nombreux territoires dont ceux autour de Chillon.
  • * Vers 1050, commence la construction en pierres d'une tour d'habitation, d'une cour et de petits bâtiments entourés d'une enceinte.
  • * Vers 1150, fin des travaux des bâtiment principaux. La forteresse est souvent habitée par le Comte de Savoie.
  • * En 1200, le Duc (voir titre de noblesse) de Zähringuen souhaite étendre son territoire vers le lac. Il assiège le château de Chillon. Thomas Ier Comte de Savoie, en accord avec les Vaudois, contient les ambitions du Duc et lui fait subir une cinglante défaite.
  • * En 1255, Pierre II de Savoie demande à son architecte Pierre Meinier de renforcer la place mais aussi de la rendre encore plus confortable. Chillon doit être le reflet de la puissance Savoyarde. (rappel : Pierre II fonde dans le pays de Vaud de nombreuses forteresses dont Romont). 
  • * Durant plusieurs années, les différents Comtes de Savoie organisent dans le château de Chillon des réceptions fastueuses, accordent des audiences politiques et rendent la justice.
  • * Au 14ème siècle, des travaux d'embellissement des intérieurs sont réalisés (peintures décoratives, boiseries, immenses cheminées, etc...).
  • * Au 15ème siècle, les Ducs de Savoie n'habitent que rarement à Chillon. Un châtelain réside dans le château avec quelques soldats.
  • * En 1476, les Bernois souhaitent récupérer ce puissant château mais n'osent pas l'attaquer.
  • * Au 16ème siècle, avec l'amélioration des armes à feu, la forteresse reçoit de nombreuses bouches à feu (voir vocabulaire).
  • * En 1536, les Bernois tentent un siège devant Chillon, et sans combattre en prennent possession, (le châtelain a préféré fuir par le lac). Le prieur de Saint Victor François Bonivard, prisonnier au château pour son attitude favorable aux confédérés, est libéré.
  • * En 1537, un bailli s'installe dans le château. Quelques aménagements de décors et surtout fonctionnels sont réalisés par le Bernois.
  • * En 1733, le siège du bailli est transféré à Vevey. Le site devient un hôpital.
  • * En 1803, le château est donné au canton de Vaud qui le transforma en arsenal et en prison.
  • * Vers 1900, des recherches archéologiques sont entreprises.
  • * Au 20ème siècle, le château est aménagé pour la visite.
  • * Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

 

 
 

 

 

                         Pourquoi le choix de cette musique : Les 4 Saisons - L'hiver - 1er mouvement
Parce qu'il y a :
   1 - De la chaleur, comme les salles de ce château,
   2 - De la couleur, comme les multiples décors sur les murs et plafonds,
   3 - De la puissance, comme les tours et les courtines.

Et puis... Vivaldi, c'est le soleil, et il y en a souvent dans ce beau pays !


--> Auriez vous fait un autre choix musical ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Suisse médiévale
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 12/03/2011 20:40


Pour ma part, je ne me le suis jamais demandé... J'avoue que depuis le début je l'écoute souvent pendant la découverte d'une nouvelle ruine, et sinon elle me trotte dans la tête (mais je tente
d'autres morceaux aussi lorsque vous n'en proposez pas, et... même lorsque vous en proposez !)
Elle est faite pour vos ruines et châteaux, cette musique, quelle chance !


Anne la Dauphinoise 11/03/2011 22:03


J'ai omis de vous préciser que votre choix musical est incontestable, à mon avis, et, pour les raisons que vous avez énumérées il est fort judicieux... j'ai voulu "tester" les autres saisons: en
effet seul l'hiver convient (par contre, lorsque l'on admire les sous-sols je ne peux m'empêcher de penser à la Grande Sarabande)


Le Chevalier Dauphinois 12/03/2011 19:41



Cette omision est pardonnée.


  Parfois, je me demande si la Sarabande ne fonctionnerait pas avec toutes les ruines tant elle est puissance et énigmatique.



Anne la Dauphinoise 10/03/2011 22:45


Pour l'heure, je retrouve un "ennemi" savoyard/ bressan qui connut les cachots de Chillon. Peut-être y laissa t-il sa griffe, lui aussi, s'il en eut seulement le temps...
Il se nommait Guillaume Bolomier et était un gentilhomme "parvenu", tellement parvenu qu'il devint vice-chancelier d'Amédée VIII.
Or, un ennemi avait, de son propre camp: François de La Palud, seigneur de Varambon, capitaine savoyard/bressan également et qui combattit notamment contre le Dauphiné en 1430 (voilà ce qui me
relie à Chillon, car je connais un peu le seigneur de La Palud) Ce dernier ne supportait plus les agissements de Bolomier (trop long à expliquer, sauf qu'Amédée VIII, devenu pape entre-temps, ne
protégeait plus son vice-chancelier...) Vers le milieu du XVe siècle - on était sous le règne du Duc Louis à présent - il le fit emprisonner à Chillon, et condamner pour trahison et concussion.
Puis il le fit jeter dans le Léman, une pierre au cou.
Il faut dire que ce Bolomier, officier très zélé, n'hésitait point, entre autres, à faire raser les châteaux des seigneurs désobéissants...
D'autres versions existent apparemment sur cette "affaire". La mienne provient d'un de mes livres "magiques", recoupée en partie par un deuxième.


Le Chevalier Dauphinois 11/03/2011 12:21



  Je ne me souviens pas avoir vu (et photographié) la signature de ce personnage sur les murs et piliers. mais il y a eu tant de "graveurs" que certaines ont remplacer les plus vieilles.


  Diantre... Quelles histoires magnifiques ont eu ces vielles pierres, même si c'est au détriments des hommes emprisonnés. Merci princesse pour ces infos.



CHANTOU VIVE LA VIE 03/03/2011 01:03


Votre article est excellent, j'ai mis le lien dans mon blog : la Vadrouilleuse ! (dans mes favos).
J'ai habité 36 ans en Suisse, surtout à Lausanne et j'ai visité deux fois ce château.
Bonne continuation.


Le Chevalier Dauphinois 05/03/2011 17:52



Quand un château est incroayble, magnifique et unique, il est aisé de proser. Chillon est l'un de mes châteaux forts préférés.



Anne la Dauphinoise 30/09/2010 22:18


Je relis un de mes livres sur le Dauphiné et je me retrouve à Chillon: le maçon qui aurait fait les extensions de Chillon serait le même qui construisit le château de Fallavier (qui appartenait aux
comtes de Savoie entre 1250 et 1355): Maître Jacques, dit " Tassin de St Georges " (apparemment très réputé à l'époque puisque même le roi d'Angleterre Henri III le prit pour construire des
châteaux au Pays de Galles)
Les dates correspondraient à ce que vous écrivez: vous parlez de la fin du XIIIe siècle pour l'extension, et pour ma part j'ai Pierre II de Savoie qui aurait fait appel à ce maçon, donc à quelques
années près ce pourrait être vraisemblable... en aviez-vous entendu parler ? (et si vous y avez trouvé des marques de tâcherons, peut-être y avait-il la sienne ? que je ne connais pas par contre)


Le Chevalier Dauphinois 01/10/2010 19:19



Il ne me semble pas avoir vu son nom durant les mes lectures. mais je n'ai fait que peu d'articles sur le Comté de Savoie, et l'Angleterre est encore vierge pour moi.... Mais dans 1 siècle , je
saurai tout.