Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 06:30

Un tireur embusqué va t il me brûler mon fragile pourpoint ?


 
Signification au 21ème siècle :

"A brûle pourpoint" signifie :
     * un acte réalisé sans prévision, brusquement,
     * ou une phrase dite sans lien avec la précédente
.
 
 
 
Naissance :

   Au 14ème siècle.
 
 
 
Origine de l'expression :

  Au moyen âge, un pourpoint était un vêtement qui partait du cou et descendait jusqu'à la ceinture. Il pouvait être dépourvu de manche.
Sous son armure, un soldat portait évidemment un pourpoint qui était constitué d'une double peau rembourrée de laine.

      C'est avec l'invention des armes à feu que cette expression apparaît.  

   Lorsque ce soldat reçevait une balle d'une arme à feu à courte distance, la balle traversait l'armure, et sa chaleur brûlait son pourpoint.  "Tirer à brûle pourpoint" signifiait donc "Tirer à bout portant".

  Si un tireur pouvait s'approcher si près qu'il brûlait un pourpoint, c'est qu'il a pu surprendre son adversaire. C'est cette surprise qui a été retenue dans l'expression utilisée au 21ème siècle.

 
 
 

Souhaitez vous retourner vers le menu des expressions ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Les Expressions
commenter cet article

commentaires

philae 08/12/2009 21:05


très intéressant ces explications il est vrai qu'on utilise souvent sans y penser des mots sans connaître leur origine


Le Chevalier Dauphinois 08/12/2009 22:11


Même si toutes les expressions que nous utilisons ne proviennent pas du Moyen Age, il est amusant de les lister et de voir leur évolution avec les siècles.


Mylène 04/01/2009 08:39

pas mal. j'aime beaucoup cette rubrique. quant aux journalistes, "eux pas écrire français"!!!! rrrrrrrrr...

Le Chevalier Dauphinois 04/01/2009 09:17


Merci pour ton passage Mylène.
    Les journalistes sont en vitrine, en face de nous, et hélas, chacune des leurs erreurs (même s'ils en commettent peu) est relevée par des milliers et millions de
lecteurs-écouteurs...... Pas facile d'être dans la lumière.
   Bien que la comparaison soit excessive, avant de faire ce blog, j'étais tranquillement dans mes recherches et mes marches. Mais maintenant, il faut que j'accepte des remarques
(souent positives, c'est génial), des contestations (l'histoires semble être un sujet de discordes et d'interprétations).....
   Pas grave, je vais tenter de m'améliorer.

=====================
Les expressions ayant traversé le temps me fascinent. point linguiste ou spécialiste je suis mais je voulais montrer mes petites découvertes..... maintenant, Quand une personne me dit :
"Alors, çà va ?".... Je pense à l'origine de cette expression et je me dis : "Ben oui, j'y suis allé ce matin, merci de t'intéresser à ma santé intestinale"... hihihi


Tedik 24/09/2007 22:35

Aaaaaaaaah, merci Chevalier pour cette leçon. Pourrais-tu maintenant aller expliquer à tous les journalistes naïfs et ignards que l'on n'écrit pas 'à brûle pour poings', comme on peut le voir parfois (et qui ne veut rien dire)?

Le Chevalier Dauphinois 25/09/2007 13:32

"Culturer" le monde journaliste !... Voilà une mission pour un chevalier..... Vite, mon heaume, mon destrier et je pars pour la Capitale ........

valserine 12/09/2007 11:16

J'aime beaucoup ces beaux chevaliers, chevelure et cape au vent ou qui marchent résolument dans l'infini de ce blog.

Le Chevalier Dauphinois 12/09/2007 12:07

Heuuu... je sais ce qu'il me reste à faire..... de la chirurgie esthétique et une scéance de repoussage de cheveux...... Pfff, pas facile de ressembler aux idoles.

Quichottine 08/09/2007 16:37

J'aime bien quand on s'amuse à jouer avec les mots... je viendrai donc une autre fois pour boire tes paroles.

Le Chevalier Dauphinois 09/09/2007 17:48

Ho, boire mes paroles..... hooo, une princesse qui veut être ivre de moi...   Heu, je voulais dire de mes mots, car point de maux de ton prince je voudrais recevoir .....