Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:50

 

Département :   36 - INDRE

 

Le bourg :

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Levroux est une commune située à 80km au Sud-Est de Tours, à 60km à l'Ouest de Bourges et à 21km au Nord de Châteauroux. 

 

    Coordonnées du château :

46° 59' 16" N1° 36' 38" E
 46.98801073 1.610806

 

  Origine du nom :  (voir l'article d'initiation)

      Le nom actuel vient d'une léproserie construite au Moyen Age, appelée : Leprosum.

 

 

Le château :

    L'extérieur :

Où est il ?

* Au Nord du village, un parking est aménagé pour le départ d'une randonnée pédestre, passant proche du château.

* Après quelques courtes minutes, "sa majesté de pierres" m'attend dans un écrin de verdure.  

 

L'aventure

* La météo annonçant des pluies importantes pour l'après midi, je me suis levé tôt pour admirer les vestiges du château de Levroux.

* Évidemment avec ce soleil matinal, les ombres sont importantes donnant une ambiance presque surnaturelle.

* Plutôt que de marcher sur le sentier, je préfère découvrir le château par "la combe" correspondant à l'ancien fossé, comblé au 19ème siècle.

 

Le châtelet
  * Dans le silence du petit matin, les 2 grosses tours rondes semblent soupirer de bonheur à la venu d'un Chevalier Dauphinois .

 * Ce ne sont pas des tours d'angle (sinon le château serait très petit) mais les tours de défense du châtelet.

 * Elles comportent encore en partie basse des ouvertures de tir pour arme à feu, correspondant au type de défense du 15ème et 16ème siècle.

 * En observant leur construction, il me semble que ce sont des archères médiévales (voir vocabulaire) modifiées pour recevoir des arquebuses ou des petits canons.

Qu'en pensez vous ?

 * La Renaissance (?) a modifié leur esthétique et de grandes fenêtres ont été percées dans les étages rendant ces tours habitables.

 

    Le portail d'entrée

* Au milieu des 2 tours, une immense porte d'entrée rappelle l'origine médiévale du château.

* Bien que le fossé ait été comblé, je constate que l'entrée est surélevée.

* Les crapaudine en bas supportaient les axes du pont-levis et au dessus les flèches (voir vocabulaire) ainsi que les chaînes passaient par les 2 grandes fentes verticales (Voila une porte qui correspond aux standards du château fort de mon enfance).

* Des pierres encadrent la porte empêchant les assaillants de faire levier pour l'arracher.

* De chaque coté, la porte était protégée par les fentes de tir des 2 tours du châtelet : Défense classique mais efficace.

* Évidemment, une herse augmentait la protection dissuasive.

* Il ne reste que la rainure, mais sa largeur est imposante.

* Pour conclure la défense, deux vantaux fermaient l'ensemble (il ne reste que les montant de pierre). Voila une construction classique.

 

Curiosités

  Deux détails rompent le classicisme médiéval :

* D'abord la fenêtre au dessus de la porte. Elle a du être construite en même temps que celles des tours.
* Puis le blason au dessus de la porte.

* Ce blason a été massacré (peut être à la révolution ?), il est devenu "illisible".

* Un texte affirme que cette sculpture représentait les blasons des 2 "mécènes" lors des travaux d'amélioration et de consolidation à la fin du 15ème siècle :

- Le premier était celui de Jacquette de Peschin : "Coupe d'argent et d'azur à la croix ancrée de gueules sur l'argent et d'argent sur l'azur". 
- Le deuxième est celui de son époux, Bertrand V de La Tour d'Auvergne : "Écartelé, en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la tour d'argent maçonnée et ouverte de sable, en 2 et 3 de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, sur le tout d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople".

* Pour comprendre ce vocabulaire, je vous invite à lire ce site d'héraldique.

* Comme à mon habitude, je contourne le château pour le découvrir de l'extérieur. Curieusement, les remparts ayant disparus, j'accède à l'intérieur du château.

 
   L'intérieur :  

Où suis je ?

* Cette vue n'est pas l'extérieur du site, mais les restes d'un des murs intérieurs du château.

*Je suis de l'autre coté du châtelet.

Je vous vois interrogatifs !

Vous ne comprenez pas ?

 

Voici l'explication

J'ai contourné le château.

* Sur la droite (de l'image), il y a le fossé et la tour du châtelet avec un départ du mur d'enceinte (le voyez vous ?).

* La muraille d'enceinte couvrait une superficie de 2 ha, aujourd'hui, elle a fait place à une belle étendue herbeuse. 

* Sur la gauche (de l'image) un plateau qui devait être l'emplacement de l'intérieur du château.

* Le mur que je vous montrais est en face, dans le prolongement.

 

    1ère constatation des entraillesIntérieur épuré et pourtant révélateur

* L'intérieur du châtelet étant peu consolidé et dangereux, des grilles empêchent la visite.

* Mais en tendant le cou "comme une girafe", il est possible de comprendre l'aménagement interne.

* Dans la partie basse, un escalier descend vers une salle sombre, dont je ne peux comprendre la fonction.

* L'ensemble de ce niveau est éclairé par les nombreuses archères et bouches à feu.

* Un peu plus haut, je distingue des corbeaux devant supporter des plafonds (3 étages ?) ainsi que les grandes fenêtres à meneaux dépourvues de coussiège (voir vocabulaire).

* Il me semble deviner des traces de maçonnerie des cheminées, mais mon imagination dans une ruine est très fertile, il me faut être objectif.

 

    Peu mais fascinant

 * Sur la gauche, dans la tour du châtelet, les vestiges d'un escalier en colimaçon me montre les axes de circulation.

* Curieusement, il passe devant une archère.

Cette aberration fonctionnelle est elle du

à la consolidation du bâtiment au 20ème siècle ?

* Hélas dans cette ruine, il n'y a plus de trace de décors ou de sculpture.

Était ce un château pour soldats ou pour un seigneur ?

    Les nuages prévus par Météo France n'arrivant pas, je décide d'abandonner cette ruine puis de trouver une auberge dans le bourg proche.

Venez vous avec moi ?

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle (?), Un oppidum Gaulois est construit sur la colline d'un village nommé : Gabattum.

* Vers 1010 (?), un château primitif remplace l'oppidum. Il est l'oeuvre d'Eudes de Déols.

* En 1188, le château est attaqué et pris par Philippe Auguste (voir liste des rois).

* En 1189, par le traité d'Azay le Rideau, le territoire et le château appartiennent à Richard Coeur de Lion.

* En 1199, le Berry rejoint le domaine Royal de France. Le château change de propriétaire.

* A partir de 1229, les seigneurs de Levroux consolident le château et améliorent ses défenses.

* En 1413, Louis du Peschin, seigneur de Levroux, décrit au Roi Charles VI l'état du château dans un texte. Il semble que les défenses nécessitent de gros travaux et que l'entretien des courtines soit minimal.

* En 1416, Jacquette du Peschin épouse Bertrand V de La Tour d'Auvergne. Il devient le nouveau seigneur de Levroux et va devenir le commanditaire du château.

* Vers 1460 (?), commencent les travaux d'entretien et de modernisation du château.

* En 1461, Bertrand V meurt. Son fils Bertrand VI de La tour d'Auvergne devient le nouveau seigneur de Levroux.

* En 1566, Il semble que le château soit à nouveau en mauvais état.

* En 1653, un texte explique l'état de délabrement du château "féodal" après les guerres de religion.

* En 1689, un autre texte décrit l'état de ruine des bâtiments entourés d'un fossé.

* Au 19ème siècle, sur ce lieu, existe encore des ruines de grosses tours (dont une nommée Bonan) entourées d'un fossé.

* A la fin du 19ème siècle, les fossés sont comblés. Les restes des murailles sont détruits. La tour de Bonan semble ne plus exister.

* En 1927, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont entrepris.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. L'entrée est barrée par une grille, mais il y a assez d'ouverture pour admirer l'intérieur de cette ruine sans "enfreindre la loi". Le risque de recevoir une pierre est faible (si vous restez à l'extérieur).

 

 

 

 

 

  
 Vers Menu châteaux de l'Indre

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Pierrote 16/12/2016 22:06

L ‘impression d’un vestige « inerte » n’est plus.*
E ntrailles découvertes aujourd’hui** m’ont plu.
V ision externe du châtelet aussi
R avit mon cœur ! Je me sens bien parmi
O uvrages guerriers de cette époque passée ;
U n Moyen-Âge, dont mes siècles préférés
X Ie à XVe sont : tout a changé

I ndiscutablement ; histoire des gens
N és en ces temps me passionne vraiment…
D ame ! Que dut être bel ce castel jadis !
R ien que son entrée est déjà délice !
E st-elle forte encore avec ses deux tours

B ien protégeant la porte munie d’atours
E mblématiques de ces constructions.
R êve permet de créer les « omissions »,***
R endant à cet ensemble toute sa splendeur.
Y pénétrer fut moment de bonheur,

N ourri par vue des escaliers montant
O u descendant, pour moi représentant
T ranches de vie civile ou militaire
A chaque époque, de paix ou bien de guerre.

B ien sûr, archères n’ont pu que m’attirer.
E n elles, vois-je toute la simplicité,
N oblesse aussi, de ces « primaires » défenses.
E taient sécurités de moult confiance…

P eu est resté du site, mais l’avez dit :
S ait être fascinant… M’a t-il réjouie.

* par rapport à mon 1er commentaire où il me semble que j’avais trouvé cette ruine bien seule, ce qui signifiait un peu sans vie.
** Je ne « regardais » pas vos ruines de la même manière il y a quelques années : l’architecture en détail m’échappait un tant…
*** je veux dire : ce qui n’est plus des défenses aujourd’hui, mais qui furent là, antan.

Le Chevalier Dauphinois 17/12/2016 09:44

* Les rencontres, les échanges, les lectures modifient notre vision. Ainsi, ce château "presque entier", vous le voyez autrement.
* J'ai aussi cette sensation car il m'arrive parfois de revoir une ruine visitée il y a longtemps. Aujourd'hui je la ressens différemment (en bien évidemment).
* J'ai republié ce vieil article car je l'ai remis un peu en forme, puis j'ai ajouté 1 image et je l'ai enrichi de quelques mots.
* Et puis, j'ai réalisé dernièrement un article (qui apparaîtra dans 4 mois) sur la porte fortifiée du bourg. En me documentant sur l'une je compris mieux l'autre.

Pierrote 10/06/2016 22:11

Je vous ai retrouvé un seigneur de Levroux qui vivait en 1304, puisqu’il participa à la bataille de Mons-en-Pévèle, aux côtés de Philippe le Bel cette même année.
… C’était Philippe de Chauvigny (mais pas seigneur de Chauvigny, à l’époque du moins, car dans mon grimoire, un seigneur de Chauvigny est cité, ayant également participé à cette bataille).

Le Chevalier Dauphinois 12/06/2016 18:10

* Un Chauvigny de Levroux....
* Diantre, que les patronymes sont complexes et multiples en cette période !

B. 19/07/2015 17:34

Cher monsieur,

Je me permet de vous contacter afin d'obtenir des précisions sur quelques unes de vos sources (si cela est possible) :

Concernant : - "un texte affirme qu'il représentait les blasons des 2 "mécènes" lors des travaux d'amélioration et de consolidation à la fin du 15ème siècle"
- "En 1413, Louis du Peschin, seigneur de Levroux, décrit au Roi Charles VI l'état du château dans un texte."
- "En 1653, un texte explique l'état de délabrement du château "féodal" après les guerres de religion."

Pouvez-vous, s'il vous plait, d'ou vous tirez ces sources, car cela m’intéresse d'y avoir accès.
Bien cordialement.

Le Chevalier Dauphinois 19/07/2015 18:13

* Le but de mon blog est de montrer la richesse de notre patrimoine médiéval fortifié.
* Ainsi, j'arpente notre Royaume et je photographie chaque site.
* Pour agrémenter un peu la connaissance des constructions, j'inscris dans chaque article les quelques informations que je récupère.
1 - Parfois, c'est une documentation photocopiée ou photographiée ou notée rapidement dans un office de tourisme ou une mairie.
2 - Parfois, ce sont des fragments de document récupérés chez l'hébergeur de ma semaine de vacances (hôtel ou chambre d'hôte ou résidence de vacances).
3 - Parfois, ce sont des informations récupérées dans un livre emprunté dans une bibliothèque.
4 - Parfois, ce sont des panneaux (mis par une association de sauvegarde ou l'office de tourisme) aux pieds du site qui me servent de documentation.
5 - Etc.....
* N'étant pas un universitaire et ne souhaitant pas faire une thèse médiévale, j'ai conscience que ma prose dans chaque article n'est pas référencée par des notes en bas de page ni des citations d'ouvrages.
* Mais ceci est un blog d'images sur le patrimoine, donc j'assume ce manque.
*** Pour répondre à votre question, je vous donne les quelques références dont je me souviens.
- A - "Dictionnaire des Châteaux forts et fortifications médiévales" de Salch
- B - "Châteaux manoirs et logis de l'Indre".
- C - Un extrait d'un document réalisé par Armelle Querrien.
--> J'espère que mes modestes références vous seront utilisables.

Fadette 11/07/2013 13:24

Bonjour,
Suite à la lecture d'un roman historique pour la jeunesse paru récemment : "La Damoiselle de Levroux" de Adeline Paulian-Pavageau, je suis tombée sur votre blog en faisant des recherches sur le
château. Château qui sert de cadre évidemment à l'intrigue susdite. Merci pour tout ce descriptif et les impressions personnelles que vous nous apportez dans ce billet : c'est très intéressant.

Le Chevalier Dauphinois 12/07/2013 09:55



 N'étant point un historien de métier, ni un archéologue universitaire mais un simple passionné qui adore découvrir les châteaux forts durant ses vacances, il m'arrive parfois de supposer ou
de montrer autrement une ruine. Mais j'avoue que pour la rédaction des artricles, je m'appuie sur des documents pour ne pas trop laisser de liberté à mon imagination fertile.



Lemaire 06/02/2013 06:27

je vous ai mis sur mon site à la page histoire...
bonne continuation.
http://www.lemaire1957.net/pages/indre-36/levroux/

Le Chevalier Dauphinois 06/02/2013 12:29



Quel honneur messire d'être sur votre page. Mon blog qui est si modeste est heureux tout en rougissant car il n'est point habitué à être en première ligne.... Merci !