Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 06:30

 

Département :    18 - CHER

  De cet exceptionnel château, il ne reste que 2 tours.

Le bourg : 

  Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Mehun sur Yèvre est une petite ville à 15km au Nord-Ouest de Bourges et à 15km au Sud-Est de Vierzon.
      Le château est situé dans la commune. De nombreux panneaux guident le touriste dans sa recherche de la ruine.

  Coordonnées du château :

47° 8′ 34.08″ N 2° 13′ 0.12″ E
 47.1428°  2.2167°

 

  Origine du nom :

      Au 11ème siècle, le village se nommait Magdunum. C'est la contraction de 2 mots Celtiques :
       * Mag signifiant Champs,
       * Dunum  traduit l'idée de clôture, de hauteur.

 

Le château :   

    Cette ruine peut paraître "insignifiante", mais je vais vous faire découvrir un "chef d'oeuvre" d'architecture Gothique.

Vous ne me croyez pas !

   Pourtant, le chroniqueur Jean Froissart déclarait sans ambage qu'il s'agissait de : "L'une des plus belles demeures du monde".

 
 L'extérieur :

Bon sang... Quel château... J'en rougeois !    Avant de découvrir la ruine, je regarde ma brochure qui me révèle la somptueuse construction du Duc de Berry. C'est bien ce personnage si lettré et si connaisseur des arts du 14ème siècle qui est à l'initiative de ce château.

     Cette fortification n'est pas construite sur une colline (comme je vous en montre souvent), elle est au centre de l'ancienne ville médiévale, avec une architecture très classique. Le château "haut" a une base carrée renforcée aux angles par 4 tours rondes. L'ensemble est entourée d'un fossé profond.
    La base du rempart des tours extérieures comporte un fruit (voir vocabulaire) très classique au moyen âge. Les vestiges de ces tours, lourdes et froides, sont mal appareillées, cela est dû à de nombreuses attaques puis des nombreux travaux de consolidations effectués durant 5 siècles..

    Pour accéder à l'intérieur du site, il faut franchir un pont fixe moderne qui devait être à l'origine un pont-levis pour la défense du château.
   
 L'intérieur

    La première surprise est l'absence de mur. Mais l'aménagement interne est visible par un "bétonnage" montrant les plans des pièces sans que je puisse les identifier clairement. Quelques escaliers en colimaçon me permettent de comprendre les axes de circulation. La surface est vraiment imposante, je suis vraiment dans le château d'un grand seigneur, mais hélas aucun détail pour le moment traduit le luxe de ce fabuleux édifice.

  Il est temps maintenant de regarder les 2 vestiges importants. Ces 2 tours reflètent ce que fut ce château il y a 6 siècles.

 

   Puissance et légèreté sont les caractéristiques de cette tour.Les Tours :

La première

     La première tour est intacte, évidemment, il lui manque les flèches sculptées (voir le plan). Au premier regard, elle montre une origine du 13ème siècle et ne reflète pas le luxe comme je pouvais le supposer. Les corbeaux devant supporter les planchers des salles sont bruts, les mâchicoulis rappellent la défense médiévale, les fentes verticales ressemblent à des trous de lumière peu gracieux et primitifs.
     Mais avec un peu d'attention (et surtout en levant la tête au point de me rompre le couapparaissent des gargouilles à forme animale (cela ne vous rappelle t il pas les cathédrales ?), et des sculptures très fines sur les corbeaux portant les mâchicoulis, eux même trilobés.  Ce château est un savant mélange d'architecture médiévale défensive et de luxe gothique d'apparat.

 Est ce que cela ne vous fait pas penser au château de Allègre ?

(voir cette ruine).

   L'intérieur de cette tour est aménagé en musée, hélas fermé en ce mois d'avril.

 

 

La deuxième

    "Par chance", la deuxième tour n'est pas entière. Elle dévoile sans pudeur ses entrailles :

 

* Première observation, les murs sont très épais. Sa position de tour d'angle justifie ses puissants murs.
* Chaque étage comporte une porte de communication vers les salles internes du château. Ceci est contraire aux règles de défense médiévale. Voila une caractéristique qui prouve le désir de confort.
* A chaque étage, je distingue une cheminée. Cette tour n'était pas réservée uniquement au stockage ou à la défense. Elle devait être habitée et accueillir confortablement "ses hôtes".
* En levant les yeux, j'admire les restes d'un plafond à croisée d'ogive. Les culs de lampe (voir vocabulaire) sont finement sculptés. L'art gothique est présent sur chaque pierre.

 

Conclusion

    Même s'il ne reste que peu de murs, ce château est un bel exemple du luxe de la fin du 14ème siècle (préparant la renaissance), en opposition au classique canon architectural instauré 1 siècle plus tôt par Philippe Auguste pour la défense des châteaux du "nord" (voir Guédelon).
     Avant de quitter ce site, je consulte à nouveau le livre des "très riches heures du Duc de Berry" (voir explication) et je me mets à rêver de la beauté unique de ce château.

 

 

Histoire du château :

* Vers le 9ème siècle, une première fortification semble existée (des fouilles récentes le prouvent).
* Au 12ème siècle, une forteresse est construite par la puissante famille Courtenay.
* En 1332, Robert III d'Artois, héritier de la famille Courtenay est banni. Ses terres sont annexées au Royaume de France. Le domaine est donné par le Roi Philippe VI de Valois  (voir liste des rois) à Jean de Luxembourg, Roi de Bohème. Mais la même année, le fils de Philippe VI (le futur roi Jean II le bon) épouse la fille du roi de Bohème. Mehun retourne dans le domaine Royal de France.
* En 1360, Jean II le bon donne le Berry en apanage à son 3ème fils. Ce nouveau Duc de Berry est un grand combattant mais surtout un homme lettré passionné d'art et de culture.
* En 1367, Jean Ier Duc de Berry ordonne le début des travaux de modernisation des défenses et d'embellissement du château (trop) médiéval. Guy de Dammartin est l'architecte; André Beauneveu et Jean de Cambrai sont les sculpteurs.
* En 1390, les travaux extérieurs semblent terminés, mais commencent les réalisations d'habitation.
* En 1414, durant la guerre entre Armagnac et Bourguignon, le Duc de Guyenne quitte Paris et se réfugie au château de Mehun.
* En 1416, Jean Ier Duc de Berry (voir titre de noblesse) meurt, il ne verra pas la fin des travaux. Le Duc ayant reçu le Berry  en apanage, le château revient dans le domaine Royal.
* En 1417, le château est si luxueux et prestigieux qu'il devient l'une des résidences préférées des Rois.
* En 1429, la ville de Mehun reçoit Jeanne d'Arc après le couronnement du roi à Reims. La légende prétend que certains plans des futures batailles contre les "Anglois" ont été décidés dans le château.
* En 1461, le roi Charles VII (voir liste des rois) décède au château de Mehun.
* A partir du 16ème, les rois délaissent Mehun au profit des châteaux de la vallée de la Loire.
* En 1550, un incendie dû à la foudre ravage une partie du château.
* A partir de 1562, les guerres de Religions n'épargnent pas les bâtiments.
* Au 17ème siècle, le château est partiellement démantelé.
* Vers 1792, les révolutionnaires réquisitionnent le château comme bien national. Le saccage commence et sonne le glas de ce prestigieux monument.
* En 1817, un arrêté préfectoral donne la ruine à la ville de Mehun sur Yèvre.
* En 1840, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont entrepris. Un musée est installé dans le tour.
* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine et du site est libre et gratuite. L'entrée du musée (l'intérieur de la tour) est payante. Le risque de recevoir une pierre est très faible.

 

Même les mâchicoulis de ce château sont sculptés !

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 18 Vers Menu châteaux du Cher

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Berry : 18 36
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 03/04/2013 22:23

Je viens de lire une chose cocasse au sujet de ce château : "j'espionne" les Bourguignons par le biais des Anglois, et je m'aperçois qu'eux aussi (les Bourguignons) "espionnaient" les François !...
dans le domaine de l'architecture et de la décoration, dans mon cas :
... En 1393, le sculpteur Sluter et le peintre Jean de Beaumetz furent envoyés à Mehun-sur-Yèvre par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, pour voir comment était décoré le château, pour y prendre
des idées pour le château de Germolles appartenant à la duchesse de Bourgogne.
... L'année d'avant, le maître-maçon et le maître-charpentier du château de Hesdin (appartenant à Philippe le Hardi) avaient aussi été envoyés à Mehun-sur-Yèvre pour la même chose (concernant
l'architecture cette fois), tant ce château était réputé pour être la plus belle résidence princière du temps (qui avait été terminée récemment, ajoute même mon auteur)
... Alors, si je comprends bien, Philippe le Hardi avait une cour fastueuse et des châteaux fastueux en "copiant sur les autres" !... (je plaisante,bien sûr, mais apparemment il y a un peu de vrai
aussi) Comme j'aurais aimé voir l'intérieur de ce château du temps de sa splendeur ! (mais les ruines m'ont déjà bien contentée !)

Le Chevalier Dauphinois 05/04/2013 13:44



  Les architectes n'étant pas affectés à un seul "maître" (seigneur), les compagnons sculpteurs étant itinérants, il n'y avait point de secret. Le savoir traversait les langues, les
contrées, les provinces.


  J'aurai aussi adoré déguster ce chateau à sa grande époque. Mais s'il n'avait pas été détruit, il aurait certainement évolué à la renaissance pour devenir... Un château de la "Loire"



Anne la Dauphinoise 27/11/2012 20:37

Je savais que j'avais rencontré d'autres personnages illustres dans ce château :
... en 1419, Yolande d'Aragon s'y trouvait. Et c'est dans ce château qu'elle donna sa fille Marie au Dauphin, futur Charles VII, pour qu'il l'emmène à Bourges, pour l'épouser ensuite; et qu'elle se
sépara également de son fils René, le futur bon roi René, afin qu'il rejoigne son oncle, le duc de Bar.
... en 1424, cette place fut donnée en gage (avec 3 autres, dont Loches, et 2 otages) à Arthur de Richemont, afin qu'il veuille bien venir sans crainte (!... avec ces gages-là !) rencontrer Charles
VII à Angers (lequel voulait lui faire accepter l'épée de connétable).
... Et le plus illustre pour moi : un Dauphinois ! qui fut pendant près de 30 ans capitaine de Mehun-sur-Yèvre, de 1465 à 1494 : Ymbert de Batarnay. Louis XI puis Charles VIII lui confièrent tour à
tour ce rôle.
Bien sûr, je sais pertinemment qu'il ne dut pas y mettre souvent le pied (tellement il courut le royaume, surtout pour son maître Louis XI) mais c'est un lien auquel je tiens... un peu comme pour
vos châteaux : méconnus, mais illustres à notre regard, et dont on a retrouvé "la trace"...

Le Chevalier Dauphinois 28/11/2012 12:57



  Cela ne m'étonne point que ce château ait connu aurant de personnages et de  changement. En son siècle, il a été un lieu de rencontre, de pouvoir de luxe et de connaissance.


  Il faudra que j'y retourne pour mieux le photographier.



Anne la Dauphinoise 11/07/2012 22:39

Je viens de croiser un personnage illustre ayant "fréquenté" ce château:
Louis d'Orléans, notre futur Louis XII (et fils de Charles le poète) fut emprisonné ici quelques temps en 1488. Il s'était rebellé contre les Beaujeu, alors régents de Charles VIII. Je suppose
qu'il n'eut pas, comme son père, le temps de versifier dans ses geoles, ni sûrement celui d'admirer ce bel édifice... qui aurait pu lui donner matière à versifier à mon avis.

Le Chevalier Dauphinois 11/07/2012 23:34



  Voila un personnage historique et important que je n'avais pas listé dans l'histoire complexe de cette ruine. Diantre, que de personnages illustres ont vu ce site.



nath 17/08/2011 15:51


Les deux tours, ça me rappelle un livre que j'ai beaucoup aimé.... ;-)


Le Chevalier Dauphinois 23/08/2011 18:51



Ce château fait un peu parti de notre imaginaire. Je pense que nombre de romanciers et dessinateurs se sont inspirés de son architecture.



Anne la Dauphinoise 16/08/2011 23:22


J'ai croisé les personnages que vous citez, mais point ne savais que ce château ait pu leur appartenir:
les Courtenay pendant les croisades.
Robert d'Artois, et ses démêlés avec sa "tantine" Mahaut.
Jean l'Aveugle qui perdit la vie d'une drôle de manière à la bataille de Crécy.
et le duc de Berry, bien entendu... qui m'a d'ailleurs ramené à votre château de Nonette un instant.
D'après ce que j'ai lu, il ne fut pas d'une efficacité extrême pour conduire ses armées, mais comme fin lettré et amateur d'art, ce fut un autre "gabarit" : on voit son raffinement dans la forme
des mâchicoulis, et des corbeaux sculptés (et dans l'ensemble du château quand il était encore entier)
Comme j'aimerais posséder son livre d'heures...


Le Chevalier Dauphinois 23/08/2011 19:40



Il est possible d'avoir des reproductions d'une partie de son livre. Mais il faut rechercher beaucoup dans le web.


  Ce château a vu passé d'illustres personnages. Quelle vie !