Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 06:30

 

Département :   43 - HAUTE LOIRE

 

Le bourg : 

Ne révez pas, ceci est le dessin du château. C'est une ruine que vous allez visiter.     Situation (--> le voir sur une carte)

        Allègre est un joli village à 25km au Nord-Ouest de Le Puy et à 15km au Sud de La Chaise Dieu.

   Le château est planté à 1100m d'altitude, au sommet du village.

 Coordonnées du château :

45° 12' 5.519" N 3° 42' 40.81" E
 45.201533°  3.711336

 

     Origine du nom :

        Le nom Allègre est cité pour la 1ère fois au 13ème siècle. Il vient du mot latin ALACER signifiant : Ardant, Vaillant.  

 

Le site fortifié : 

     L'extérieur :

Présentation

      Pour comprendre cette ruine, il est important de regarder le plan de la fortification de la ville datant du 15ème siècle. Lorsque j'ai découvert ce plan dans une revue, j'ai eu de suite l'envie de me faire un petit week-end dans cette cité fortifiée (et vous ?).
   Un village fortifié sur 4 siècles avec 3 rangées de rempart est une bonne motivation à la découverte. Mais une question me vient :

"Pourquoi n'ai je pas entendu parlé de cette cité avant ?".


La découverte

     Depuis la vallée, le spectacle est comme un rêve. Au sommet du village, un puissant château est posé sur une butte naturelle. Protégée par la triple enceinte du village et par ses nombreuses tours, cette ruine a du faire réfléchir plus d'un assaillant.

J'ai hâte de découvrir ce site  (et vous ?). 

 

Est ce un rêve ?

    Sur la page suivante de ma revue apparaît le dessin du château (Reconstitution par E. Gautheron). Quelle puissance, quelle élégance, quel raffinement !....
   Les qualificatifs ne manquent pas devant cette construction....... 

"Mais.... Pourquoi n'ai je pas entendu parlé de cette cité avant ?".

 

L'approche
    Les remparts du village sont "presque" comme sur la gravure. Il est vrai que des antennes de télévision ont poussé, des paraboles captant les images du monde sont visibles, des voitures à essence ont pris la place des chevaux, le goudron au sol a remplacé les pavés, mais les remparts sont encore bien visibles.

Je suis dans une cité fortifiée ayant évolué sans cacher ses origines médiévales.

 

   Vite, je trépigne d'impatience pour admirer le château. Même s'il faut débourser quelques piastres, je veux le voir.

"Mais.... Pourquoi n'ai je pas entendu parlé de cette cité avant ?".

 

   Le château :   

Je suis fébrile

* Évidemment, il y a une "légère" montée,

* Évidemment les maisons modernes me cachent la vue,

* Évidemment, je suis tellement impatient que le temps me parait s'éterniser, mais je le sens... Il est au bout de cette ruelle...... 

"Mais.... Pourquoi n'ai je pas entendu parlé de cette cité avant ?".

 

     Je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps. Je vous sens très impatient de vivre avec moi une sensation incroyable !......    Je jette un dernier regard sur le dessin du château pour m'imprégner et........ c'est le choc.

Êtes vous prêtes et prêts pour ce choc ?

 

Je le vois

Il est là, devant moi !

  Ho, je vous vois surprises et surpris.

Un choc n'est il pas ?

 

Il est là !
   Évidemment, comme moi, vous vous attendiez à une forteresse imposante et non à "3  pierres". Il faut savoir que cette ruine a un surnom : La Potence.
    Dans les livres, les revues et les brochures, le mot Potence est plus souvent employé que Château.

  Découvrons ensemble toutes les beautés cachées de cette ruine.

 

Analyse rapide

   Même si la ruine est minimale, elle garde encore des détails de son luxe d'antan. Je ne me moque pas, regardez le raffinement des mâchicoulis. Classiquement les mâchicoulis (voir vocabulaire) ressemblent à cela et non à une succession d'ouvertures trilobées sur des corbeaux très fins.
   Autre détail d'élégance, l'association de couleurs de pierres. De très nombreux châteaux en Auvergne sont construits avec de la pierre noire volcanique (comme au château de Coppel) qui assombrit les ruines. Allègre joue sur les "couleurs" et devient très "élégant".

 

Détails de la potence

  En contournant cette "potence", une ouverture apparaît dans le montant gauche. C'était sûrement un axe de circulation au 1er étage du château haut. Quelques pierres sculptées ont résisté au temps et aux ravages des hommes. Ce bâtiment n'était pas pour des soldats mais pour un seigneur puissant, certainement son château principal. 

 

Tour de défense

   Un tel château se doit d'avoir des tours de défense. Un vestige avec des murs épais et sans décors précède la "potence". Ce reste de tour était le 3ème rempart de défense, ses entrailles ne comportent aucune sculpture ni décors. Pour comprendre les vestiges, je regarde à nouveau le dessin du château. Les parties claires ont totalement disparues, les constructions foncées sont les vestiges que j'observe.... Évidemment. 

 

C'est déjà fini

  La colline supportant la ruine est vaste avec parfois des fondations qui tentent de survivre aux attaques de la végétation et de l'herbe. Il est très difficile d'en comprendre les fonctions.

  Avant l'arrivée d'un orage de printemps j'admire le panorama et je profite des éclairages diffus sur les Puys volcaniques.

 

 

Histoire du château et de ses seigneurs :

* Au 12ème siècle, le site se nomme : Grazac. Une fortification semble existée sur les flancs d'un ancien volcan.
* En 1226, le seigneur Armand d'Alègre s'illustre dans des faits d'armes aux cotés du roi Louis VIII (voir liste des rois).
* Vers 1229, Armand II d'Alègre participe à des arbitrages de justice avec le (très connu) roi Saint Louis.
* En 1267, le seigneur Hugues d'Alègre est cité dans des actes de justice.
* En 1285, Armand III d'Alègre est cité dans un texte.
* En 1304, le roi Philipe le Bel demande à Arnaud III d'Alègre de se rendre à Arras et combattre en Flandre pour le royaume.
* En 1310, Eustache d'Alègre est cité dans des textes.
* En 1321, Eustache demande que ses terres soient détachées du Velay pour "rejoindre" l'Auvergne. Il devient ainsi le Baron d'Alègre (voir titre de noblesse). C'est le début de la construction du futur château d'Alègre.
* En 1343, Armand IV d'Alègre est le nouveau Baron.
* En 1361, durant la guerre de Cent Ans, Arnaud de la Marche avec ses routiers attaque le château. Durant ce combat, Armand IV est tué. Le château n'étant pas détruit par les Anglais, sa veuve, Alix de Chalençon, réside à Alègre.
* En 1364, son neveu Bertrand de Saint Nectaire revendique le château comme héritage, et chasse Alix de la forteresse.
* En 1365, Alix demande au Duc de Berry de reconquérir le château. Après 6 mois de siège, la forteresse est enfin libérée et Alix retrouve son bien. Pour éviter qu'un autre "héritier" revendique par la force ce lieu, Jean II d'Armagnac (beau frère du Duc du Berry) assure la garde du château.
* En 1385, Alix décède. Le Duc de Berry donne la Baronnie à Morimont de Tourzel.
* En 1386, ce nouveau Baron d'Alègre réalise de nombreux travaux d'amélioration de la défense, et surtout, il crée une fortification autour du village.
* En 1418, mort de Morimont. Son fils, Yves Ier de Tourzel d'Alègre continue les travaux de fortification, mais avec ce siècle naissant, il réalise des travaux d'embellissement comme les mâchicoulis tréflés.
* En 1442, Jacques Ier de Tourzel (fils de Yves Ier) est cité dans de nombreux textes. Il est Baron d'Alègre mais aussi conseiller et chambellan du Roi. La Baronnie "rayonne" dans tout le Languedoc.
* En 1469 (?), Jacques est l'un des nobles ayant l'honneur de porter le trône de la procession au Puy organisé par le roi Louis XI (curieuse procession dont le but est de demander à Dieu un héritier pour le royaume de France).
* A partir 1472, Jacques combat en Catalogne pour le Roi, mais ne délaisse pas Alègre. Il consolide les fortifications mises à mal par les attaques Anglaises de la "guerre de 100 ans". Il accorde le droit de marchés dans sa cité. Le château est le plus grand et le plus "beau" d'Auvergne.
* En 1485, Jacques confirme les privilèges accordés à certains habitants.
* Vers 1490, Yves II, fils aîné de Jacques, devient le nouveau Baron d'Allègre. Avec son frère François il menèrent de nombreuses actions militaire et diplomatique pour les rois de France (Charles VIII, puis Louis XII   voir liste des rois).
* En 1495, le château a un hôte de marque : Le roi Charles VIII, venu aux états généraux du Languedoc.
* En 1512, Yves II dit "Le Grand" meurt à la bataille de Ravenne. Son fils Gabriel de Tourzel devient Baron d'Alègre et participe à la campagne d'Italie avec le chevalier Bayard (voir "son" château).
* En 1515, le roi François Ier confirme le Baron d'Alègre dans ses "fonctions pour le royaume". Il lui accorde le droit de mettre sur son blason 6 fleurs de Lys.
* En 1533, le château a un hôte de marque : Le roi François Ier.
* En 1538, Gabriel meurt. Son 3ème fils devient le nouveau Baron d'Alègre sous le nom de Yves III.
* Vers 1560 (?), Yves est assassiné dans son château (une histoire amoureuse dit la légende). N'ayant pas d'enfant, c'est son neveu Yves IV qui devient le Baron d'Alègre et s'installe à Issoire. Sa veuve récupère le château d'Alègre et y habite.
* En 1592, Yves IV est assassiné par son épouse. Son fils Christophe II est le nouveau Baron d'Alègre mais fuit provisoirement en Italie suite à des ennuies judiciaires.
* En 1593, le château subit une attaque aux canons durant 2 jours. 
* En 1605, Christophe II habite le château et à la demande de sa femme très pieuse, fait construire un Hôtel Dieu.
* En 1640, Christophe meurt. Claude Yves de Tourzel devient Marquis d'Alègre (voir titre de noblesse).
* En 1665, Claude Yves meurt et le nouveau Marquis se nomme Yves V de Tourzel. Il réside parfois dans le château d'Alègre, mais ses fonctions à la cours de Louis XIV l'éloignent de l'Auvergne.
* En 1698 le 15 novembre, Yves V réside au château. Un feu se déclare depuis la cheminée de la salle haute. Il se propage très rapidement attisé par le vent. Le château est ravagé par les flammes. Il ne sera jamais reconstruit.
* En 1733, Yves V meurt sans héritier mâle.
* En 1935, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine du château est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe bien que faible.

 

Le luxe d'antan s'exprime même sur les mâchicoulis.

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 43 Vers Menu châteaux de Haute Loire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 20/04/2016 20:27

J’ai retrouvé, dans l’un de mes grimoires, quelques renseignements supplémentaires sur le seigneur d’Alègre, Arnaud III, que vous citez en 1304 dans l’historique (je n’avais pas son prénom, juste le titre : seigneur d’Alègre, mais il s’agit bien du même) :
… Philippe IV le Bel lui demanda de se rendre à Arras, comme vous l’écrivez, et il s’y rendit, car Arras fut le point de ralliement du ban et de l’arrière-ban convoqués par le roi pour la future bataille de Mons-en- Pévèle.
… Arnaud III d’Alègre participa à cette bataille de Mons-en-Pévèle cette même année 1304.
… J’ai même appris qu’il lui fut demandé d’amener avec lui 10 hommes d’armes. (ce qui me semble peu, comparé au nombre d’hommes d’armes exigés pour d’autres seigneurs : le seigneur de Mercoeur dut en amener 60, lui, par exemple).

Le Chevalier Dauphinois 21/04/2016 19:52

* Je suis toujours fasciné par votre documentation et sa richesse.
* Nous sommes complémentaires : Moi les bâtiments et les dates de construction, Vous les pans de l'histoire des seigneurs.
* Quelle dualité ! ! ! !

Anne la Dauphinoise 25/08/2014 20:54

P résentation du bourg est bonne idée, vraiment.
O n comprend de suite fonction des vestiges, antan...
T rop tard n'est-il jamais pour découvrir merveilles !
E t même si le castel n'est au dessin pareil,
N ous songeons, le mirant, à ce passé glorieux,
C ertes bien effacé, mais dont un détail ou deux
E chappés ont à destruction... c'est fabuleux !

D entelle de pierre sont les mâchicoulis : sont bels !
'
A ttestant qu'étaient riches les hôtes de ce castel.
L 'idée qu'aussi défenses furent ici raffinées
L aisse augurer du luxe qui devait se trouver
E n logis seigneurial. Tout dut être splendeur,
G randiose; à n'en douter, pour les yeux pur bonheur...
R êveur l'on ne peut qu'être sur autre "preuve" d'élégance :
E st un détail, dans les entrailles de la "potence",

A uquel l'on ne saurait insensible rester :
U n ensemble de "passages" travaillés et sculptés. "
V agabonder" dans ce château dut être plaisir ! -
E st-il plus facile l'imaginer que l'écrire...
R empart troisième et sa tour sont plus bruts, c'est vrai :
G ens d'armes uniquement jadis les "fréquentaient".
N e montrent, pour autant, signes de faiblesse, et croquis
E n donne un aperçu, vu côté ennemi :

N e fallut-il aux trois lignes "se frotter", je pense,
O ù villageois et soldats firent grand'vigilance...
T out, dans ces vestiges si minimes, est évoqué.
A lors, par magie est ressuscité passé.

P ar magie... de la vôtre, bien sûr, je veux parler :
S ont trois pierres debout toujours un vrai conte de fées !

Le Chevalier Dauphinois 26/08/2014 19:43



   Sur cette grande et magnifique cité, il y aurait beaucoup à écrire et à narrer. Ce n'est évidemment pas la mission de ce blog que d'écrire un livre sur cette beauté. J'ai donc tenté
une approche "amusante" et énigmatique.


  Ce viel article a peu vieilli il me semble, mâma si le nombre d'image aurait pu être plus important. Mais cela aurait de suite trahi le secret de la découverte. Votre longue prose me
prouve que raison j'ai eu.



Duflos 04/03/2012 19:49

Quel dommage qu'il y ait tant d'erreurs au sujet d'Allègre et de son (ses) château(x) dans ce site sympa. Sincèrement, puisez vos sources dans notre site spécialisé et reportez-les dans votre site
(en indiquent vos sources... Merci)

Le Chevalier Dauphinois 04/03/2012 21:15



Tant d'erreurs ?!


  N'y aurait il pas un peu d'exagération dans vos propos ?


   Je ne récupère pas mes informations depuis d'autres sites web. Les brochures des offices de tourismes, des livres régionaux, quelques dictionnaires sont mes sources.


  Je suis au service des ruines, donc si erreur il y a, je la corrige. Mais soyez plus précis svp.



Paul Hery de Chardat 05/11/2011 15:18


Bonjour !
J'étais déjà intervenu en Mai de cette année sur votre site, pour vous remercier d'avoir pu ainsi ranimer des souvenir d'enfance sur la "Potence" d'Allègre, d'où ma grand-mère était originaire. Une
histoire de cavalier invisible, - exacte - terminait l'ensemble. En relisant votre texte, je me demande s'il ne conviendrait pas d'y apporter un correctif. En effet, vous annoncez les Ruines du
Château d'Allègre à une hauteur de 900ms. Or, nous empruntions le train, mes parents et moi, au moyen d'un tacot poussif depuis St.Germain-des-Fossés. La Gare d'Allègre, en bas du village,
annonçait "Altitude : 1003 ms". La maison natale de ma grand-mère, lovée sous les ruines, exigeait une ascension laborieuse en raison de nos bagages. J'ai encore dans l'esprit le souvenir de la
côte particulière raide qui permettait d'atteindre le Portail de Monsieur (partie restante de la muraille d'enceinte) avant de pouvoir gagner la rue du Château, elle-même plus haute encore. Il
semblait se dire dans le village que La Potence était à 12OO ou 13OO ms d'altitude. A la nouvelle lecture de votre texte, les 9OO ms annoncés m'ont semblés bien modestes... Tout cela n'est pas
grave, mais le souvenir de la Gare (aujourd'hui sans doute désaffectée) semblait faire mentir votre appréciation. Cela ne va faire changer le monde, bien entendu... Merci de m'avoir lu à nouveau.
P.H. de Chardat.


Le Chevalier Dauphinois 05/11/2011 18:24



  Ce n'est pas l'altitude qui compte mais le dénivelé. Dans ma région, les montagnes de 1800m d'altitude sont plus difficiles à atteindre que certaines de Savoie (à plus de 3000m),
car la randonnée part de plus bas.


  J'imagine bien, en étant enfant et chargé d'une valise, que la montée vers les maisons au bout du bourg devait être une aventure.


Je viens de vérifier sur l'excellent site de l'IGN nommé : géoportail . "Votre" château est bien à 1100
mètres d'altitude : Regardez ici . Il faut se mettre en mode "Exploration" dans le menu déroulant en haut à gauche.


  Je corrige de suite ma prose et vous remercie pour votre commentaire.



Paul HERY de CHARDAT 07/05/2011 16:14


Merci, Cher Monsieur, de votre sympathique réponse. J'avais les yeux humides en lisant votre blog - pas si modeste que cela, et surtout pas en qualité. Il fut un temps, ou la partie centrale de "la
Potence" s'effritait, les pierres tombaient du poids de leurs siècles, et le mitant menaçait une très possible ruine par l'effondrement central. Un jour, sous la pression de la commune
probablement, des échafaudages métalliques furent placés au centre pour soutenir la partie la plus fragile, et... on les y oublia plusieurs années, faute de moyens financiers, sans doute. La
restauration fut enfin terminée et l'on peut voir aujourd'hui ce superbe reste - romantique en diable - de mâchicoulis "trêflés", disait-on - et l'ensemble fut conforté par une "couverture" moins
heureuse cimentée sur le dessus. Vu d'avion (il existaient des cartes postales qui le montraient clairement), l'effet était fâcheux et disgracieux. Et puis, je ne vous apprends rien, l'utilisation
du béton sur des constructions d'un autre age ouvrent sur des difficultés ultérieures, des pierres éclatées faute de pouvoir évacuer les eaux de pluie. La potence restaurée tiendra-t-elle la
promesse apportés par les siècles écoulés ?... Pour autant que je sache, les deux tours restant du donjon, ne sont que des tours pleines, des éléments de renfort des murs alors que l'on
construisait encore des forteresses comme celles de Foulque Nerra en Val de Loire. Les tours rondes, je crois, ne feront leur apparitions qu'au XIIe siècle. Quelques anecdotes me reviennent encore,
mais elles encombreraient sans doute votre travail, qui a su m'apporter une bouffée l'air frais des montagnes où j'ai passé une partie de mon enfance. Des défunts de ma famille, dans le cimetière,
même délogés de leur sépulture par suite des concessions non renouvelées, y sommeillent toujours, et mes pensées reviennent souvent à Allègre. Merci de m'y avoir conduit si joliment. Paul Hery de
Chardat.


Le Chevalier Dauphinois 07/05/2011 20:01



  En ouvrant ce blog il y a 5 ans, je n'imaginais pas faire ressentir autant de pensées et de sentiments par mes petites photos et ma modeste prose d'amateur passionné mais qui n'est pas
historien ni archéologue.


  Je vais donc redoubler de créativité pour tenter de donner encore plus de vie aux ruines de notre beau pays.


Merci pour votre prose de sincérité et d'encouragement.