Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 06:30

 

Département :   63 - PUY de DOME

  Cette haute colline signifie que la marche d'approche sera difficile.

Le bourg : 

     Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Nonette est une petite commune dans le Val d'Allier, à 55km au Nord-Nord-Est de Saint Flour, à 25km au Nord-ouest de Brioude et à 10km au Sud d'Issoire. 

  Coordonnées du château :

45° 28' 23.941" N 3° 16' 43.223" E
 45.473317°  3.278673°

 

Le château : 

    L'extérieur :.

L'approche

     Au loin, une colline semble porter la ruine que je souhaite visiter. Je me régale d'avance de cette découverte. Mais curieusement, plus je me rapproche du village et plus cette colline parait inaccessible.

Y aurait il quelques envoûtements ?

 

Je suis proche

  En voyant le relief, je me pose des questions :

Y aura t il un sentier ?

Ou vais je encore faire une montée "griffante" dans les ronces ?

     Dans le village, je distingue quelques restes d'un rempart. Cette ruine n'est donc pas un simple château sur une colline. C'est un ensemble fortifié que je découvre.

    Pour mieux comprendre cette fortification, je consulte la copie d'un plan cadastral que j'ai vu dans une brochure. Le bourg de Nonette avait bien une petite enceinte à l'époque médiévale. Certes, ce n'était pas Carcassonne, mais ce village devait être important pour posséder des remparts aussi longs et de hauteur impressionnante.

 Après avoir lutter contre les hommes, la ruine lutte contre la végétation

Première découverte

      Au Sud, mes jambes sont soulagées, elles ne seront pas griffées puisqu'un sentier monte doucement pour mieux faire admirer cet ancien château que je sens très ruiné.

    La première fortification apparaît enfin. Elle tente de survivre dans la végétation. Le mur est très épais mais curieusement, il apparaît parfois de construction soignée et parfois d'un "rafistolage" peu solide.

Sont ce des réparations suite à des attaques ?

 

 

    En faisant le tour, je constate que le site a une superficie importante. Ce château ne devait être celui d'un petit vassal. La plate-forme portant la ruine est divisée en 2, séparée par un fossé qui ne me semble pas naturel.

Était ce pour créer une sorte de barbacane isolant le château habitable ?

  Que de questions devant cette ruine !

   Un peu plus loin à l'Ouest, une puissante tour m'invite à découvrir l'intérieur.

 

    L'intérieur :.

Fébrile, j'entre

Dans cette ruine sans toit, avec des murs presque inexistants dois je parler de l'intérieur ?

   Pourtant, un indice me confirme que je suis entré dans le château, puisque je viens de franchir les restes de l'ancienne porte. Voici l'emplacement de la herse. Vu la qualité de construction, je suis certain d'entrer dans le château d'un puissant seigneur.

 

Hélas, le site est presque vide

    La terre ayant envahi l'intérieur, les murs étant presque inexistants, la végétation ayant fait disparaître ou écrouler les restes des murs, il est très difficile de comprendre l'aménagement des salles.

   Quelques morceaux ont été cimentés récemment pour garder le souvenir. En observant l'Armorial de Revel, je tente de retrouver le plan de cette forteresse, mais la tâche me parait impossible. D'abord ce document est très imagé, ensuite, parce que la ruine a été dévastée par les temps et les hommes. 

 Est ce un jardin suspendu ?

Depuis le rempart

  Doucement, je m'avance près des remparts pour admirer l'à-pic. Impressionné par les puissantes tours du château, je ne m'aperçois pas qu'une ombre s'imprime dans l'herbe.

Est ce la mienne ?

Ou celle du fantôme d'un garde qui me surveille ?

 

La vue !

   Comme toujours dans une ruine médiévale, la vue est extraordinaire. La découverte des alentours est un des grands plaisirs de ce loisir.

  Avec un oeil d'aigle, je distingue au loin un piton comportant une construction.

Est ce une autre ruine castrale ?

   Vite, ma passion m'appelle ailleurs. C'est rapidement que je refranchi la porte du château

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, Nonette est le siège d'une vicairie
* Au 10ème siècle, un seigneur de Nonette est cité dans un texte.
* En 1169, Louis VII (voir liste des rois) dans sa guerre contre les seigneurs de Polygnac, s'empare du château de Nonette. Ce lieu devient une base avancée des Capétiens contre les "territoires du centre".
* En 1188, le roi Philippe Auguste souhaite consolider sa puissance locale. Il accorde des franchises aux habitants.
* En 1213, le capitaine Royal de cette place forte fait un inventaire des vivres et munitions. La liste d'arbalètes, de cotes de maille (etc...) montre la capacité de défense et le nombre d'hommes que l'on pouvait équiper rapidement. Cela prouve l'importance de ce château dans la stratégie Capétienne.
* En 1225, Alphonse de Poitiers reçoit de son père une partie de l'Auvergne (ainsi que le Comté de Poitiers et la Saintonge) en apanage. Le château de Nonette dépend maintenant du Comte de Poitiers.
* En 1271, affaibli et malade à la fin de la croisade, Alphonse de Poitiers meurt. N'ayant aucun héritier direct, le château de Nonette revient à la couronne de France.
* Vers 1289, des travaux de modernisation sont entrepris au château.
* En 1290, le roi de France Philippe IV le Bel demande (exige) aux habitants des astreintes de guet sur les tours contre quelques franchises d'impôts. Les Capétiens ont fait de Nonette une puissante base avancée pour surveiller les Comtes (voir titre de noblesse) d'Auvergne.
* En 1358, le roi donne à Thomas de la Marche le château de Nonette ainsi que des droits de justice.
* En 1360, Thomas tombe en disgrâce et perd ses biens dont Nonette. Le roi Jean II érige l'Auvergne en Duché.Jean de France, nouveau Duc d'Auvergne réside parfois dans le château.
* Vers 1370, des travaux sont entrepris pour renforcer les défenses du château.
* En 1426, à la mort du Duc de Berry, Nonette (ainsi qu'une partie de l'Auvergne) revient à Louis II Duc de Bourbon (arrière petits fils de Saint Louis), marié à Anne d'Auvergne.
* En 1562, Nonette est de nouveau dans le Royaume de France.
* En 1633, sur l'ordre de Richelieu la forteresse est détruite.
* Au 18ème siècle, les paysans font paître les vaches dans les ruines du château.
* En 1792, les révolutionnaires confisquent les ruines comme bien national. Ils souhaitent revendre les pierres. La population de Nonette s'oppose à cette réquisition révolutionnaire arguant que le terrain est communal.
* En 1810, un tribunal révolutionnaire donne tord aux villageois, les pierres sont vendues.
* Au début du 21ème siècle, une troupe de scouts belges a aménagé le sentier menant au château, a déblayé des gravas et a nettoyé les parois couverte de lierre.
* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

Quel spectacle ! La ruine médiévale offre un plaisir incomparable.

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne la Dauphinoise 16/08/2012 10:01

Trop gentil vous êtes "mon" Chevalier d'un autre temps, pour pardonner mes erreurs ainsi !
Il faut dire que ces temps, la météo s'y prêtant, je "navigue" le soir entre mes grimoires et l'observation du ciel... non pas dans la lune mais dans les étoiles (et planètes) dois-je être !... je
scrute Mars qui s'approche de nous depuis un moment (sans être grosse comme la lune, comme il a été dit ! elle parait bien petite !) et Saturne aussi (si point ne me trompe), et les pluies
d'étoiles filantes que je n'ai pas trop vues cette année. Au printemps, c'était Vénus et Jupiter qui "se tenaient la main" dans le ciel: magnifique vision que j'ai admirée plus d'une fois !

Le Chevalier Dauphinois 16/08/2012 12:09



Diantre !... Avoir la tête dans les étoiles et les pieds dans l'histoire des ruines.. Quelle vie magnifique !



Anne la Dauphinoise 13/08/2012 14:25

Erreur j'ai commise dans mon dernier commentaire: Gui de Dampierre, s'il fut bien le parrain de Philippe le Bel, n'a jamais été emprisonné à Nonette: seuls certains de ses chevaliers, vassaux l'on
été.
... Et je dirais qu'à Nonette vous n'avez dû être prisonnier que de vos rêves, je pense, et que vous vous y êtes évadé en rêves, également... non ?

Le Chevalier Dauphinois 14/08/2012 12:37



  Diantre... "Ma" Princesse Anne aurait commis une erreur ?!.... Que nenni, troublé vous avez été par cette ruibne, et vos doigts ont accrochés sur des idées fausses.


 



Anne la Dauphinoise 13/08/2012 00:21

Décidemment, je ne reviens à Nonette que pour donner le nom de prisonniers célèbres que je rencontre:
Je viens de lire que Jean II d'Alençon (le "gentil duc", compagnon de Jeanne d'Arc) fut un moment emprisonné à Nonette entre 1456, lorsque Charles VII le fit arrêter, et 1461, lorsque Louis XI le
fit délivrer.
... Nonette ne fut pas le seul lieu d'enfermement de Jean d'Alençon, l'une de ses 4 geôles seulement.
... Et le plus cocasse est ce lien que j'ai découvert avec un autre prisonnier que je vous avais nommé avant: Gui de Dampierre était le parrain de Philippe le Bel, et Jean d'Alençon, lui, était le
parrain de Louis XI...
... A croire qu'il fallait être parrain d'un enfant de France si l'on voulait "découvrir" Nonette !...

Le Chevalier Dauphinois 13/08/2012 12:51



   N'étant point le parrain d'un personnage célèbre, personne m'a emprisonné à Nonette. Il est vrai que la petitesse des murs au 21ème siècle facilite ... l'évasion ! 



Anne la Dauphinoise 14/04/2011 22:35


Autant vous aimez les ruines oubliées, autant j'aime les livres sur des épisodes (un peu) oubliés ou méconnus de notre Histoire, et, indirectement un livre sur la bataille de Courtrai me conduit de
nouveau à vos ruines du château de Nonette. Cela se passe peu avant cette bataille.
... Et je viens de croiser un petit-fils de Gui de Dampierre, le capitaine royal de 1213 que vous citez et que j'avais également retrouvé, et prénommé lui aussi Gui:
... Après la reddition sans condition de son comté de Flandre en l'an 1300, Gui de Dampierre - le petit-fils - se livra à Philippe le Bel, ainsi que 2 de ses fils et 50 chevaliers flamands. Ils
furent emprisonnés en des lieux divers et certains des chevaliers flamands le furent dans les geôles de Nonette.
... Si ailleurs les prisonniers furent bien traités, autant il y eut des problèmes pour ceux de Nonette, à cause du geôlier. Ce qui amena même une enquête du roi, car il veillait au code de
chevalerie (qui a dit que ce roi était dur ?...)
... Et, pour la petite Histoire: ce Gui de Dampierre prisonnier de Philippe le Bel avait été choisi par Philippe III le Hardi comme parrain de Philippe le Bel ! Belle ironie du sort, et de
l'Histoire...


Le Chevalier Dauphinois 17/04/2011 17:20



  Doucement, grâce à vous, la "petite" histoire de France se construit. Ce ne sont pas les Grands faits historiques qui ont créé les provinces, mais la vie de chaque seigneur.


 Merci pour votre participation.



Anne la Dauphinoise 03/08/2010 23:14


J' ai rencontré il y a peu le capitaine royal que vous mentionnez en 1213. Il s' agit de Gui de Dampierre, seigneur de Bourbon qui, cette même année 1213 s'est emparé de Nonette ( entre autres )
avec le capitaine routier / mercenaire Lambert Cadoc ( Philipe Auguste ne pouvant aller lui-même là-bas car pris par les problèmes qui s' annonçaient dans le Nord...) Gui de Dampierre eut bien à
faire l' inventaire du matériel militaire de toutes les places fortes qu'il venait de prendre. Les terres de Gui II d' Auvergne lui furent " données ", ainsi qu' à son fils Archambaud. Et en 1216
il s' engagea à rendre ces places fortes à Philippe Auguste sur son ordre.
Et savez-vous où j' avais également croisé le routier Cadoc ?: chez J. D' Aillon dans " Paris, 1199", ce même Cadoc qui blessa Richard Coeur de Lion la 1ère fois devant Gaillon, château qui lui fut
donné ensuite par Philippe Auguste ; ce routier qui devint même bailli - de Pont-Audemer - Voilà que ce sont mes livres qui " s'entremêlent " maintenant...


Le Chevalier Dauphinois 05/08/2010 20:32



Incroyable !... Des lecture qui s'entremèlent et construisent doucement l'histoire des ruines de France. Je suis fasciné !