Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 07:30

 

Département :   73 - SAVOIE 

 

Le bourg :

Comme souvent les ruines aiment se cacher dans les bois.

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

       Le château se situe dans le massif de la chartreuse à 15 km à l'Ouest de Chambéry et à 30km à l'Est de Grenoble. A la sortie du village de Saint Pierre d'Entremont, prendre la D912 en direction de Epernay, puis à 3 km.

   Une petite route goudronnée monte vers le hameau de Teppaz.

        Coordonnées du hameau :

45+ 25' 56.244" N 5° 32' 42.834" E
 45.43229°  5.878565°

 

Le château :  

    Dans le petit hameau de Teppaz, je gare mon destrier à l'entrée puis je scrute l'horizon à la recherche de la ruine du château de Montbel. Il y a quelques panneaux indicateurs pour randonneurs, mais rien sur la ruine. Un peu de marche vers la colline me donnera une meilleure vision.

     Et après 5 minutes, le château apparaît là.

Le voyez vous ?

   Regardez, il est là, à 860 mètres d'altitude.

        Vos yeux ne semblent pas habitués à trouver des ruines qui ont la fâcheuse habitude de se cacher dans la dense végétation.

Pour vous, je fais un zoom.

 

   L'extérieur :    

     Le site du château de Montbel est vaste. Il occupe tout le sommet de la colline et domine les 2 vallées. L'emplacement est vraiment idéal pour la surveillance. Avec 3 faces en à-pic la protection du château est aisée.
    Je comprends maintenant pourquoi en 1307 le Comte de Savoie (voir liste) a dû envoyer une armée équipée de catapultes et de puissants engins de jet pour en venir à bout.

    Au pied de la colline, je pressens que les ronces seront au rendez-vous Si je ne trouve pas un sentier, la glissade sera le risque .......que je vais prendre pour vous ramener des photos de cette ruine historique (ne suis pas extraordinaire pour vous plaire  ).

    Heureusement, vers l'Ouest, un pseudo sentier grimpe entre les arbres.

 

   Le rempart extérieur :

      La première surprise est l'immense rempart entourant le sommet. Je pense que la colline a du être partiellement arasée par l'homme, car une telle surface aussi plane est assez rare dans le massif de la Chartreuse.

     Ce rempart rectangulaire d'une centaine de mètres de long est constitué de pierres pauvrement taillées et sans ouverture de tir. Il protégeait sûrement la basse cour. Un peu plus loin, il me semble distinguer les restes d'une tour d'angle, mais mon imaginaire est fertile dans un tel lieu, il me faut plus de rigueurs.

 

   L'intérieur du château :

Derrière cet assemblage de pierres et d'arbres se cache.......

     Dans la basse-cour, en levant les yeux, je remarque quelques murs qui tentent de survivre malgré l'attaque des arbres.

Est ce un 2ème niveau de rempart, ou les restes de bâtiments (communs, écurie...) ?

    Difficile à déterminer pour un castellologue amateur comme moi.  

 Pourtant, quelques mètres plus loin il me semble distinguer une citerne ainsi que des rochers taillés et aménagés. Il n'y a hélas aucune pierre sculptée.

   Le château ayant été abandonné depuis 5 siècles, les belles pierres ont peut être été récupérées pour aménager le petit hameau de Teppaz.

  Les murs peu épais et le rocher taillé prouvent la construction de nombreux bâtiments dans ce château, mais la végétation et l'état de ruine m'empêchent d'en définir les fonctions.

 

   Le donjon :

Évidemment, tout château médiéval comporte sa tour maîtresse.

   Celle du château de Montbel n'a plus sa splendeur d'antan mais quelques détails architecturaux permettent de la comprendre.

      L'épaisseur du mur est correcte quoique faible pour un donjon presque inclus dans le rempart.  Ce n'est pas un donjon-bouclier comme dans certains châteaux, il est loin de l'entrée et de la position d'attaque des ennemis. Il est bien appareillé avec des pierres de taille. Les trous de boulin (voir vocabulaire) montrent son ancienneté.
 
     En levant les yeux, je peux voir de nombreux étages ainsi que des traces de fenêtres de confort. Bien qu'il ne reste que peu de mur, par sa dimension il est évident que ce donjon n'était pas la tour de refuge ultime en cas d'attaque mais bien un bâtiment habitable. Hélas, aucune trace de cheminée ni de décors est visible, mais j'ai l'impression de voir les restes des latrines. 

    Réchauffé par le soleil du mois d'avril, bercé par le chant de oiseaux, transporté par le souffle léger du vent dans les branches, je regarde les montagnes encore enneigées de la Chartreuse.

    Les ruines castrales sont toujours dans des endroits merveilleux.

Qu'en pensez vous ?

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, certains historiens pensent que la butte aurait pu avoir une motte castrale (voir vocabulaire).
* En 1098, Philippe, seigneur de Montbel et d'Entremont est cité dans un texte narrant le départ aux croisades (Est ce l'ancêtre de la future famille d'Entremont ?).
* Au 12ème siècle, Philippe meurt au siège d'une place forte durant la croisade. Son fils Hugues Ier lui succède sur les terres allant du Granier à Saint Hugues.
* Vers la fin du 12ème siècle, Guillaume, fils de Georges de Montbel, semble être le premier seigneur reconnu d'Entremont.
* A la fin du 12ème siècle, la famille d'Entremont construit une fortification proche du lieu dit Teppaz.
* Au début du 13ème siècle, comme de nombreux seigneurs de cette région frontalière entre le Dauphiné et la Savoie, la famille d'Entremont essaie de rester indépendante. Tâche difficile que d'autres seigneurs ont tenté (voir exemple du seigneur de Clermont en Isère).
* En 1234, le seigneur Guillaume d'Entremont cède devant la pression des Dauphinois. Il rend hommage pour son château et ses terres au Dauphin André. Ce territoire devient une frontière face à la puissante Savoie.
* En 1240, le fils de Guillaume rompt l'hommage au Dauphin et devient vassal d'Amédée IV Comte de Savoie (voir liste des comtes de Savoie).
* En 1245, le Dauphin Guigues VIII revendique ses droits sur le territoire (les conflits entre Savoyards et Dauphinois sont nombreux, celui-ci est une "excuse" de plus pour justifier les incursions dans les différentes vallées frontières).
* En 1278, le nouveau Dauphin Jean Ier réclame à nouveau ces territoires, mais la famille d'Entremont confirme leur hommage au Comte de Savoie Philippe Ier.
* En 1306, contre toute logique, le nouveau seigneur Rollet d'Entremont remet son château, ses terres et son armée au service du Dauphin Jean II.
* En 1307, le Comte de Savoie Amédée V le Grand n'accepte pas cette trahison. Avec une puissante armée et des engins de jet, il attaque le château de Montbel. Les 300 soldats Dauphinois enfermés dans la forteresse résistent quelques jours à ce siège. Mais devant la puissance Savoyarde, le château se rend.
* Vers 1308 (?), le seigneur d'Entremont a l'autorisation du Dauphin de construire un autre château sur la rive gauche de la rivière Guiers Vif (voir sa description ici). C'est depuis ce jour que le village est coupé en 2. Même au 21ème siècle, un coté est Savoyard et l'autre coté est Isérois (voir carte).
* En 1314, le traité de Villard-Benoit valide la possession du territoire de Montbel aux Savoyards. Le château très détruit par le siège est quelque peu remanié pour héberger une garnison.
* En 1349, le Dauphiné est "transporté" au Royaume de France. Les conflits de frontière pour ce territoire n'existeront plus.
* A la fin du 15ème siècle, avec l'amélioration des équipements de guerre, comme les canons, cette forteresse n'est plus vraiment utile. Elle semble abandonnée. Son avenir est évident : Ruine elle sera.
* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est important. Ruine réservée aux passionnés (ou aux randonneurs ayant besoin d'ombre).

 

Comme toujours, la vue en Savoie est magnifique !

 

  Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 73 Vers Menu châteaux de Savoie

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier Dauphinois - dans Châteaux en Savoie Médiévale : 01 73 74
commenter cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 10/04/2011 01:51


Pour sûr qu'il y eut une descendance... Dans mon "livre des rêves" où elle est écrite il me faudra puiser pour la rechercher... aucun problème... la généalogie de Zizim et Philippine je vous donne
quand vous le souhaitez...(ce sera la cerise sur le gâteau...)


Le Chevalier Dauphinois 12/04/2011 20:05



  J'ai prévu de décrire la vie de ce Zizim, mais après avoir fait la description du château de Bourganeuf.  Donc , seulement à cette date, je saurais qui est le descendant de ce Prince.



aeschelmann 04/04/2011 12:32


Ce chateau hélas n'a jamais été remis en état. Des travaux importants et des fouilles permettraient de faire revivre (un peu) ce patrimoine très ancien de la région. Pourquoi pas une association de
sauvegarde si elle existe. Merci.


Le Chevalier Dauphinois 05/04/2011 20:24



   Monbel est vraiment très ruiné et peu accessible pour des camions et autres engins de manutention. Il y a d'autres ruines plus accessible dans la région pour des courageux voulant
faire revivre ces sites historiques. ;)



Anne la Dauphinoise 28/03/2011 22:16


Je viens de croiser un autre seigneur de ce château vers la fin du XVe siècle: Jacques de Montbel, seigneur d'Entremont. Peut-être n'habitait-il déjà plus ce château d'ailleurs...
Mais le plus extraordinaire pour moi est ce que ce seigneur de Montbel m'a enfin fait découvrir, car il fut le 3ème époux de Philippine de Sassenage... Vous aurez deviné l'histoire que j'ai enfin
connue... Je savais qu'un jour une de mes lectures me conduirait à la belle Hélène de Sassenage... (car point n'ai jamais voulu trouver ailleurs que dans un livre: c'eut été facile avec internet
mais cela ne m'intéresse pas) Je sais maintenant au moins une version de cette histoire et il m'aura fallu aller en Savoie pour cela !


Le Chevalier Dauphinois 09/04/2011 18:54



Les mariages entre Savoyrrd(e)s et Dauphinois(es) furent nombreux il me semble. Le Belle Hélène sera la poire (hooo) de votre désert de découverte.


  Mais il faudra aussi retrouver le Prince Zizim, qui aurait aussi séduit une Damoiselle de Sassenage... Y aurait il eu une descendance ?



Anne la Dauphinoise 27/12/2010 21:01


En effet, cette ruine est bien nichée dans un endroit merveilleux...
... Au sujet du siège de ce château par le comte de Savoie en 1306, j'ai lu que ce fut un évènement exceptionnel car un exemple d'utilisation d'engins de guerre - des catapultes en l'occurrence -
lors d'un siège.(ailleurs il semblerait que les assaillants avaient peu de matériel de siège, si peu même qu'en une occasion les Dauphinois en furent réduits à aller emprunter les échelles de notre
Dauphin !...)
... A la bataille de Varey, en 1325, le seigneur d'Entremont et Hugues de Bocsozel appelé à la rescousse par son père Guillaume (trop vieux pour participer à cette aventure) dégagèrent le comte de
Savoie Edouard le Libéral, qui venait d'être capturé par les dauphinois Auberjon de Mailles et le seigneur de Tournon, juste avant que ceux-ci ne lui ôtent son bassinet (il eût été leur otage
alors, et, selon le code de chevalerie ils n'auraient plus pu tenter quoi que ce soit). Ils le conduisirent en lieu sûr après avoir occis Auberjon de Mailles.
... Après 1357, suite à la réorganisation politique de la Province, des châteaux changèrent de main: le château du Touvet qui appartenait à la famille d'Entremont passa à la famille de Bellecombe.


Le Chevalier Dauphinois 27/12/2010 22:54



  C'est amusant : Chaque nom de personnage est pour moi un site castral :


Bellecombe... Il existe une ruine très ruinée qu'il faudra que montre prochainement.


Touvet... Le château est trop récent pour figurer dans ce blog.


Bocsozel... l'article est déjà fait.


Tournon... J'ai photographié les quelques tours. Un jour peut être article je ferai.


 



nath 27/12/2010 16:09


Il fallait un gros zoom pour l'apercevoir pour nos yeux non aguerris ou l'aide d'un chevalier...


Le Chevalier Dauphinois 27/12/2010 22:56



Avec la photo numérique, il est possible de faire un petit scénario. Avec un grand angle, je fais croire que le château est loin, et avec un recadrage, je m'approche... Malin je suis